Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Musaga>Eau et assainissement

Inauguration du renforcement du système d'alimentation en eau potable

 

Kamesa1Le Comité international de la Croix-rouge (CICR) et la Regideso ont organisé, le mardi 14 novembre 2017, les cérémonies d'inauguration du renforcement du système d'alimentation en eau potable dans la zone Musaga en commune Muha de la municipalité de Bujumbura. 

 

Le renforcement du système d'alimentation en eau potable dans la zone Musaga s’inscrit dans le cadre du projet de réhabilitation des infrastructures hydrauliques  Le projet inclut le captage de trente-deux sources d’eau, la réhabilitation de six bornes fontaines dans les collines de Buhonga et la construction de six réservoirs de cent cinquante mètres cube à Kamesa desservant douze autres bornes fontaines en aval dont neuf bornes neuves à Gitaramuka, Gikoto et Kamesa haut.Le chef de la délégation du CICR, Philippe Beauverd a indiqué qu’il se réjouit de ce grand réservoir et des bornes fontaines pour inaugurer officiellement le projet de renforcement d'adduction d'eau potable.  Il a fait savoir que le CICR travaille avec la Regideso depuis 1999 sur des programmes de renforcement et d'approvisionnement en eau.Selon le chef de zone Musaga, Antoine Rumenyetso, plus de 56 000 habitants de Musaga n'avaient pas d'eau potable. Il a demandé que ce geste soit aussi fait pour l'électricité qui est insuffisante.L’assistant du ministre de l’Energie et des mines en compagnie du chef de la délégation du CICR et du directeur général de la Regideso a procédé à la coupure du ruban symbolique, signe de l'inauguration du réservoir d'eau. Ils ont également ouvert solennellement les robinets contenant l’eau potable.Les cérémonies d’inauguration ont été agrémentées par le rythme du tambour.
Eric Mbazumutima

 

ZONE RUZIBA> Nouveau visage du quartier Nyabugete III après sa viabilisation

Un ouf de soulagement pour les populations de cette localité

 

DSC00409Le nouveau visage du quartier Nyabugete III en zone Ruziba  de la  commune urbaine de Muha, en mairie de Bujumbura après sa viabilisation ainsi que la réhabilitation de certaines routes donne plus d’espoir aux usagers, malgré de nombreuses difficultés que rencontrent les habitants de ce quartier surtout pendant la saison des pluies. Les usagers de ces routes ainsi que les populations locales poussent un ouf de soulagement et apprécient l’initiative du gouvernement du Burundi. 

 

La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue, le lundi 30 octobre 2017, au quartier Nyabugete III en zone Ruziba de la mairie de Bujumbura pour se rendre compte de l’état d’avancement des activités de viabilisation de ces quartiers nouvellement créés dans cette zone, et  en plus de recueillir les avis de certaines populations sur le beau nouveau visage de ce quartier. Le constat est que les routes et les caniveaux qui constituent ce quartier sont tous réhabilités. La même rédaction s’est également entretenue avec certaines personnes  rencontrées dans le quartier. Elles ont indiqué que la viabilisation  ainsi que la réhabilitation des routes sont venues comme une solution à pas mal de difficultés que  rencontraient les populations de cette localité. « Il s’agissait entre autres de l’effondrement des maisons, de l’impraticabilité de toutes les allées  du quartier. Et ce genre de situations s’observe pendant la saison des pluies. Mais, actuellement, avec l’aménagement des caniveaux qui acheminent les eaux de pluies jusque dans le lac Tanganyika au niveau de chaque route, la circulation des biens et des personnes est facile », ont-elles ajouté, tout en précisant que c’est un ouf de soulagement chez les populations de Nyabugete III.Quant à Innocent Niyonzima rencontré également sur le lieu, il a informé la presse qu’auparavant, quand la pluie tombait,  la plupart des gens risquaient de rester à la maison suite au débordement des eaux de pluie provenant des collines surplombant ce quartier jusque dans les ménages. M. Niyonzima a terminé en saluant cette bonne initiative du gouvernement du Burundi d’avoir pensé à viabiliser ce quartier afin de sauver la vie des populations.
Avit Ndayiragije

 

Environnement> Projet de reboisement national

Il sera exécuté avec un budget estimé à 11 168 465 500 FBu

 

DSC00059Le chef de cabinet civil adjoint du président de la République, Sabine Ntakarutimana, a procédé à l’ouverture de l’atelier de  lancement du projet de reboisement national « Ewe Burundi urambaye » le lundi 13 novembre 2017. Ce projet qui est de l’initiative de la présidence de la République via les Forces de défense nationale sera exécuté avec l’intervention de cinq ministères coordonnés par celui de la défense. 

 

Pendant sept ans, un projet de boisement national sera exécuté avec un budget estimé à 11 168 465 500 francs burundais.  Sabine Ntakarutimana dit que la forte densité démographique rurale a des effets directs sur la protection des sols. La déforestation, l’aggravation des phénomènes d’érosion et la dégradation des écosystèmes sont généralement associées à l’accroissement de la pression démographique.   Cet état des choses entraîne différentes conséquences sur les sols et les écosystèmes. Ce projet «Ewe Burundi urambaye» va contribuer dans la réduction des effets de la déforestation,  et la lutte contre la dégradation  des paysages burundais. « Nous avons une armée, une Police nationale et des ministères sectoriels pouvant agir ensemble et de commun accord pour intégrer dans divers paysages de toutes les provinces du pays des millions d’arbres par an », dit Mme Ntakarutimana. Selon elle, le souhait du Chef de l’Etat Pierre Nkurunziza est que les Forces de défense pilotent les actions de reboiser tous les espaces dénudés partout dans les cinq régions militaires en associant la police nationale, l’administration territoriale, les acteurs environnementaux et agricoles ainsi que la population locale. Ensemble, ils vont planter divers types d’arbres entre autre les arbres fruitiers, les espèces fourragères, agro forestières, les arbres à bois de sciage et de construction, les arbres rituels  marquant l’histoire,   comme Umumanda, Umurinzi, Umuhororo…  Elle estime que les recommandations issues de cet atelier, vont contribuer à la lutte contre la sécheresse, restaurer la fertilité des sols, l’augmentation de la production en bois, diversifier la production animale et végétale, la protection de la biodiversité naturelle et promouvoir le retour de la diversité animale, stabiliser les berges des rivières, et assurer la protection des forêts naturelles pour promouvoir l’écotourisme. Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Emmanuel Ntahomvukiye, se réjouit de la confiance portée en son ministère. Il souligne cependant qu’il ne saurait réaliser cette mission  sans le concours d’autres partenaires dont les ministères impliqués dans la prévention des risques et gestion des catastrophes. 

Alfred Nimbona

 

MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT> Signature d’un mémorandum d’entente sur l’établissement d’une zone économique spéciale à Warubondo

Cette zone va favoriser l’entrée des devises dans le pays

 

DSC 4285Le gouvernement de la République du Burundi représenté par le ministre de l’Eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, Célestin Ndayizeye, a signé le jeudi 9 novembre 2017 à Bujumbura, un mémorandum d’entente avec la société anonyme Procerv sur l’établissement d’une zone économique spéciale(ZES) à Warubondo de la zone Gatumba en commune Mutimbuzi.  

 

M. Ndayizeye a dit que l’idée de l’établissement de cette zone économique spéciale a fait objet d’analyse et d’enrichissement lors d’une réunion que le Deuxième vice- président de la République avait organisée en date du 2 novembre 2015, à l’intention des ministres en charge des finances, de l’environnement et du commerce. Le ministère de l’Eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, a été saisi pour la recherche du terrain bien disposé pour mieux servir de  zone économique spéciale. Il a fait savoir que la zone économique spéciale est une zone territoriale, géographiquement délimitée et placée sous une autorité administrative et de gestion. Les entreprises qui y sont implantées bénéficient des avantages fiscaux tels qu’une réduction des impôts et des taxes et les marchandises qui y sont fabriquées sont généralement destinées à l’exportation. M. Ndayizeye a ajouté que cette zone économique spéciale va être installée à Warubondo dans la commune Mutimbuzi car, c’est la commune qui est stratégique au niveau économique. Elle offre des avantages environnementaux au niveau géographique dans la mesure où elle est proche du port de Bujumbura, de l’aéroport international et près de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC). D’où l’avantage indéniable d’attirer des investissements directs étrangers, d’accroître la capacité d’exportation, de favoriser l’entrée des devises, de promouvoir la création d’emplois et de contribuer à la croissance économique pour le pays. M. Ndayizeye a indiqué que dans un délai très proche, les activités vont commencer. 
EVELYNE HABONIMANA

 

Page 1 sur 243

Ouvrir