Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEDERATION BURUNDAISE DE JUDO> Conférence de presse

Le Burundi accueille du 26 au 27 février 2016, le 10e championnat d’Afrique de l’Est

 

Cela ressort d’une conférence de presse que le président de la Fédération burundaise de Judo et président en exercice de la sous-région, Valéry Manirakiza, a animée, le dimanche 14 février 2016, dans les enceintes du Dojo de la fédération. Il a indiqué que les préparatifs des judokas burundais vont bon train et toutes les dispositions ont été prises pour la réussite de cet événement.

 

Le mot liminaire, le président de la Fédération burundaise de judo a d’abord remercié le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture pour son appui à l’organisation de ce championnat. Il a en outre souligné que huit pays ont confirmé leur participation à ce championnat. Il s’agit notamment du Burundi (pays hôte), du Rwanda, du Kenya, de l’Ouganda, de la Zambie, de la Tanzanie, de l’Ethiopie et de Djibouti.
Valéry Manirakiza a rappelé que lors du 9e championnat qui s’est déroulé dans la ville de Moshi, en Tanzanie, les judokas burundais se sont bien comportés et ont pris la première place. Il a pour cela invité la population à venir nombreuse les encourager afin de gagner encore ce dixième championnat, surtout qu’il se déroule à domicile.
Sur le plan de l’accueil, hébergement et restauration des visiteurs, a-t-il dit, il y a une équipe de logistique qui est déjà mise en , et pour ce qui concerne les préparatifs des judokas burundais, les entrainements ont commencé depuis le mois d’octobre 2015, à raison de cinq séances par semaine, et se poursuivent depuis le mois de janvier, avec sept séances par semaine.

Le Burundi sera représenté par 42 judokas

Répondant aux questions des journalistes, Valéry Manirakiza a indiqué que les gradins du dojo seront prêts dans les dix jours qui restent afin de permettre au public de s’installer confortablement. S’agissant du nombre des compétiteurs, le Burundi a-t-il précisé, sera représenté par 42 judokas. Pour les autres pays, comme il y a quatorze catégories dans le judo (sept chez les filles et sept chez les garçons), ils ont le droit de mettre trois judokas au maximum dans chaque catégorie.
Ce championnat, selon M. Manirakiza, prépare les judokas pour représenter leurs pays au niveau continental et pour cette année les meilleurs se rendront au championnat d’Afrique qui se déroulera à Tunis au mois d’avril 2016 où ils pourront obtenir les minima afin de représenter leurs pays aux Jeux olympiques de Rio, au mois d’août 2016. En 2012, le Burundi a été représenté aux Jeux olympiques de Londres.
Le président de la Fédération burundaise de judo reste optimiste pour ce dixième championnat d’Afrique de l’Est, selon lui, il compte sur l’expérience des judokas burundais pour remporter un nouveau titre, le sixième de ce championnat pour le Burundi.
Kazadi Mwilambwe

 

Fédération d’athlétisme > Etat d’avancement du projet de piste synthétique

« Les discussions avancent bien »

 

Depuis 3 ans, la Fédération internationale d’athlétisme comptait financer les travaux de construction d’une piste synthétique au Burundi. Le premier défi consistait à identifier le terrain sur lequel implanter la piste. Le projet est revenu sur la table des discussions et avec le concours de tout un chacun, le Burundi sera doter d’une piste synthétique.

 

DSC07591Selon le secrétaire général de la Fédération de l’athlétisme du Burundi Protais Cishahayo, le projet de piste synthétique, est un projet qui est revenu sur la table de discussion entre la fédération et la Fondation internationale d’athlétisme, (IAF). « C’est un dossier qui était resté dans les tiroirs de la fondation dû à des problèmes de relations qui existaient entre le président de la Fédération burundaise et la fondation.», a-t-il expliqué.
Après avoir constaté que différents terrains locaux notamment celui du stade prince Louis Rwagasore et celui de l’Ecole normale supérieure ne sont pas favorables pour l’implantation de la piste synthétique, la fédération nationale est en train de choisir des plans pour l’installer au terrain du Centre olympe Africa. « Nous avons un contrat de partenariat entre le Comité national olympique du Burundi (CNO) et la fédération. Nous avons signé un accord d’utilisation et de gestion du Centre olympe Africa. Je crois que les discussions avancent bien.», a-t-il dit.

Il y a d’autres paramètres qui entrent en jeux

Selon M. Cishahayo, une équipe d’experts de la fondation IAF va venir visiter le terrain pour examiner s’il remplit toutes les conditions requises. « Il y a déjà une visite qui avait été effectuée dans le temps et l’appréciation a été positive. Nous avons envoyé des photos à la fondation, c’est vraiment un bon site. Je crois que d’ici peu, on pourra entamer, pas les travaux proprement dits, mais des actions concrètes de terrain par la fondation IAF et la fédération nationale», a-t-il souligné. Il a expliqué qu’il y a d’autres paramètres qui entrent en jeu, notamment la part du gouvernement dans le financement de l’implantation de cette infrastructure. « Nous avons des contacts à ce niveau pour que le gouvernement puisse s’acquitter de sa part et avec le concours de tout un chacun, nous pourrons avoir la piste synthétique ici chez nous.», a-t-il conclu.
Grâce-Divine Gahimbare

 
Ouvrir