Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Remise des maillots aux clubs de première et deuxième division

Deux jets de maillots pour les clubs de Ligue A et un jet pour ceux de Ligue B

 

Le président de la Fédération de football du Burundi (FFB) et président du Sénat du Burundi, Réverien Ndikuriyo, a tenu, le lundi 2 octobre 2017, au Centre technique de Ngagara, une réunion à l’intention des présidents des clubs de première et deuxième divisions. Il leur a remis des jets de maillots et leur a prodigué des conseils sur le développement des équipes en particulier, et du football burundais en général.

 

Dans son message de circonstance, le président de la Fédération de football du Burundi, Réverien Ndikuriyo, a d’abord salué le climat paisible qui se fait remarquer depuis le début de ce championnat en cours de Ligue A. Il a ensuite demandé aux équipes de fournir des efforts et d’intéresser la population dans les travaux de réhabilitation ou de construction des stades.Réverien Ndikuriyo a insisté sur le volet de la formation des entraineurs à la lecture du jeu. Cela, a-t-il souligné, ermettra à nos équipes de bien préparer leurs matches. Il a déploré le départ massif des entraîneurs burundais ayant la Licence A Caf et des joueurs burundais dans les championnats étrangers, mais cela constitue également une fierté pour le football burundais.Les seize équipes de première division ont reçu chacune deux jets de maillot complet (maillot, culotte et bas) de couleur différente, un pour les matches à domiciles et l’autre pour les matches en déplacement. Un jet est composé de vingt-huit maillots dont vingt-cinq pour les joueurs de champ et trois pour les gardiens. Les deux maillots portent trois logos, celui de la Fédération de football du Burundi, celui du club et sur l’épaule, celui du sponsor Primus ligue. Les équipes de deuxième division, au nombre de seize également, ont reçu un jet de maillot complet.S’agissant des élections du comité exécutif de la fédération, le président de la fédération a indiqué que chaque candidat aura le temps, la veille des élections, de présenter son programme aux électeurs qui seront tous présents ce samedi à Gitega.Les présidents des clubs, très touchés par la remise de ces maillots, ont d’abord remercié le président de la fédération car, ont-ils laissé entendre, certaines équipes de première, tout comme de la deuxième division, avaient énormément de difficultés à s’acheter des maillots. Ils n’ont pas caché leur souhait de prolonger le mandat du président sortant qui arrive à terme le 8 octobre 2017, date des nouvelles élections.
Kazadi Mwilambwe

 

 

 

Entretien> sur la Lutte associée

Les problèmes que la fédération rencontre

 

IMG 3305Il existe au Burundi beaucoup de jeux et sports, entre autres, le karaté, le judo, l’acrobatie  et autres, mais il existe aussi d’autres jeux qui sont en train de naître et qui évoluent à un bon rythme. C’est le cas de la lutte associée, mais elle rencontre quelques problèmes surtout d’ordre financier. 

 

La lutte associée a été créée le 28 février 2012 et a été affiliée au Comité national olympique (CNO) au mois de mars 2012. Dans l’entretien que le quotidien Le Renouveau a mené avec le secrétaire général de la Fédération burundaise de lutte associée (FBLA),  Alfred Nimbona, il a fait savoir que dès la création, «nous avons procédé à la recherche des techniciens qui avaient des notions en lutte associée, ensuite nous avons pensé à la création des clubs qui vont par après se former en associations. Au départ on avait créé deux clubs, celui de Bujumbura et celui de Songa, mais après nous avons créé des clubs de Bubanza, Cibitoke, Ruyigi et Rumonge». C’est alors après la formation des entraîneurs que la lutte  associée a commencé à se développer. On a formé 30 entraîneurs, garçons et filles, provenant des provinces différentes et on leur a demandé d’aller enseigner et, enfin, former des clubs. Certains de ces entraîneurs l’ont fait, d’autres ne l’ont pas fait suite au problème de manque de moyens. Il y en a qui ont manqué de lutteurs et d’autres qui ont manqué de terrain pour pratiquer la lutte ou qui n’y sont pas parvenus suite au changement du lieu de travail.Comme la FBLA n’a pas encore eu les moyens de se construire une salle, elle se sert de la salle de la Fédération de judo ou bien se sert du gazon ou du terrain sableux, a indiqué M. Nimbona. Il a ajouté que même si c’est un nouveau jeu, la lutte associée est en train d’évoluer et les gens l’aiment. «En 2013, nous sommes allés à Madagascar et nous avons décroché une médaille d’argent. En 2014, nous avons participé au championnat d’Afrique et nous avons également décroché une médaille d’argent et une médaille d’or. En 2015, nous n’avons participé à aucune compétition à cause de la crise que le pays a vécue ; même chose pour l’an 2016 ». La FNLA remercie vivement le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture pour l’avoir aidée dans l’exonération du tapis olympique offert par la Fédération internationale de lutte associée et dans le payement de quelques frais nécessaires, et le CNO pour l’avoir aidée à  former les entraîneurs. Mais, elle demande au ministère de la Jeunesse de faire tout son possible pour soutenir les jeux des fédérations car c’est un grand honneur tant pour le ministère que pour le pays.
Olivier Nishirimbere

 
Ouvrir