Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FFB> Lancement de la campagne distribution de ballons de football aux équipes de 3e et 4e divisions

Mille six cents ballons vont être distribués au niveau national pour les compétitions communales

DSC 0171Le président de la Fédération de football du Burundi (FFB), Révérien Ndikuriyo,  a lancé,  le jeudi 10 août 2017, une campagne de distribution de ballons aux équipes des 3 e et 4e divisions de la mairie de Bujumbura au Centre technique national de football. Chaque équipe  bénéficie de deux ballons pour  les compétions communales. Cette distribution se poursuivra sur tout le territoire du Burundi. Au total, 1 600 ballons vont être distribués à 600 équipes de la 4e division et à 200 équipes de la 3e division. 

 

Le président de la Fédération de football du Burundi a informé que les ballons sont donnés surtout pour les compétions communales où se situe la 4e division. Et de dire que quatre vingt dix communes parmi les 119 ont des associations de football et, pour développer le football, les équipes des juniors dans les communes ont été formées. Prochainement, a ajouté M. Ndikuriyo, il y aura la mise en place de la vision 2026 pour préparer les équipes de catégorie junior à participer à la coupe du monde de 2026. Cela demande la préparation des joueurs de 9 à 18 ans, qui seront en 2026 âgés de 21 à 27, parmi lesquels on va choisir 23 qui représenteront le Burundi à la coupe du monde de 2026. « Ces ballons ont été achetés par la FFB appuyée par la société Azam TV qui, dans sa vision, a pour but de vendre les décodeurs au Burundi pour suivre les chaînes de  télévision de football qui distribuent les images par la voie de satellite et veut faire aimer le football au niveau des communes, des zones et des collines afin d’avoir une grande clientèle pour l’abonnement et l’achat des décodeurs lorsqu’elle commencera les activités », a précisé M. Ndikuriyo. Il a fait savoir que la télévision nationale peut mettre en exécution ce programme parce qu’elle va acquérir une technologie lui permettant   de montrer les chaînes de télévision via le satellite. M. Ndikuriyo a indiqué que les équipes de la 1ère division vont également bénéficier de plus de ballons parce qu’il leur a été demandé de former des équipes des juniors de 18 ans et de 15 ans.    La mairie de Bujumbura a beaucoup d’équipes  (48 dans la 4e division et  33 dans la 3e) et il a été demandé de les réduire à 24 dans chaque division tout en n’empêchant pas aux enfants de jouer.  Il a signalé que, dans la capitale, on ne cultive pas mais on fait différents métiers comme la forge, la soudure, mais aussi le football.
Ezéchiel Misigaro

 

Académies de basketball> Spéciales vacances

Promouvoir le basketball dès le bas-âge

 

DSC01020L’Académie de basketball « Sport for life Kazoza Academy » a démarré depuis l’année dernière, une activité qui vise à promouvoir le basketball dès le bas-âge. C’est dans cette optique que notre rédaction s’est rendue le jeudi 10 août 2017, au terrain de basketball du Parquet où les enfants tant les filles que les garçons âgés de 3-16 ans s’entraînaient à cette discipline.

 

La devise de cette académie est de faire de ces enfants des champions au sport et dans la vie. Les avantages du basketball chez les enfants sont nombreuses entre autres l’aspect sportif, psycho-social, mental et physique. Ainsi, un programme a été élaboré pendant cette période des grandes vacances.  A peu près cent-dix enfants participent à ce programme. Ce dernier est donc un investissement à long ou moyen terme. D’après Alexis Hakizimana, co-fondateur de cette académie, les entraîneurs se divisent en différents groupes ou ateliers, et chacun prend les enfants selon un âge déterminé. « On fait en sorte que tous les enfants puissent apprendre selon leur niveau. Nous partons de la logique où ces enfants sont aptes à saisir toutes les notions de base de basketball car ils ont un âge permettant d’acquérir des connaissances et des gestes techniques de basketball ».

Des talents sont déjà détectés

Des talents ont été déjà détectés, et on ne serait pas surpris de voir ces enfants jouer dans les ligues professionnelles aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, a rassuré M. Hakizimana. Néanmoins, des problèmes ne manquent pas dans la mesure où encadrer un tel nombre d’enfants n’est pas facile mais, a-t-il ajouté, certains d’entre nous ont fait les études d’éducation physique. D’autres sont des entraîneurs agréés et certifiés qui ont des compétences en matière de gestion de groupe, de motivation  des enfants pour que chaque enfant puisse s’épanouir.Notre interlocuteur n’a pas manqué de remercier le ministère en charge du sport qui leur a accordé l’utilisation des terrains de jeux. La fédération de basketball leur a octroyé les ballons, les parents ont contribué à l’achat de quelques ballons.Un léger recul au niveau du basketball s’observe par rapport aux années passées, mais la naissance des académies et les efforts collectifs ou individuels font que le niveau du basketball puisse encore redorer son image et être la meilleure fédération de la zone 5, a souligné Alexis Hakizimana. Il a invité les entreprises à s’investir dans ce sport pour apporter les moyens car ces derniers leur font défauts.                     Yvette Irambona

 
Ouvrir