Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Biennale internationale de Bujumbura> Ouverture officielle du colloque international

Moment d’échanges et de partage d’expériences

 

Dans le cadre de la Biennale internationale de Bujumbura, un colloque international a été ouvert officiellement le jeudi 16 avril 2015. Le thème de ce colloque est « L’art et la culture, facteurs de paix et de développement».

 

biennaleLe secrétaire permanent au ministère de la jeunesse, des sports et de la culture Désiré Havyarimana a indiqué que la culture constitue un instrument de paix, de cohésion sociale et de développement durable. Il est reconnu que la culture contribue à l’augmentation du produit intérieur brut du pays(PIB), pris comme une stratégie de développement durable.
Le Burundi s’est engagé à relever les défis lancés à la culture, pour améliorer le niveau de vie et la condition des artistes acteurs et opérateurs culturels. « Cela permettra de redynamiser le secteur culturel et de rendre plus professionnel pour donner les chances à la jeunesse burundaise de sortir du marasme économique et de lutter contre la pauvreté », a-t-il précisé

Modernisation culturelle du pays

Quant à la représentante légale de la Biennale internationale de Bujumbura, Rose Ndayiragije, elle a fait savoir que cette Biennale va contribuer aux efforts de cohésion sociale et de développement. Elle offrira aux artistes une opportunité de s’inscrire d’une part dans la modernisation culturelle du pays et d’autre part, dans l’épanouissement social des artistes.
Pour la représentante de l’Unesco, les sujets traités seront au regard de la paix et du développement. Une autre originalité de taille, c’est que les artistes seront formés à la formulation de projets en vue de la mobilisation de ressources financières et d’aucun savent que le secteur de la culture mobilise difficilement des financements du moins pour le cas du Burundi. « C’est une situation paradoxale quand on s’imagine le rôle primordial joué par l’art et la culture dans la société à travers la créativité, l’innovation, la mobilisation sociale et la communication notamment pour la paix », a-t-elle déploré
Ce colloque va durer trois jours et sera un moment d’échanges et de partages d’expériences.
Yvette Irambona

 

ART ET CULTURE> Ouverture officielle de la biennale internationale de Bujumbura

« L’art et la culture, facteurs de paix et de développement… »

 

La biennale internationale de Bujumbura est une manifestation culturelle rassemblant des artistes venus de tous les horizons. La première édition se déroule à Bujumbura du 10 au 18 avril 2015 au Musée vivant de Bujumbura. Le thème choisi pour cette année est « Art et culture, facteurs de paix et de développement».

 

DSC 2092Le ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya a rehaussé de sa présence, les cérémonies de l’ouverture officielle de la biennale internationale de Bujumbura, le vendredi 11 avril 2015. Dans son discours, le ministre Rukenkanya a fait savoir que la tenue de ces assises de la biennale internationale à Bujumbura ainsi que la présence des missions étrangères est un témoignage éloquent de la confiance que la communauté internationale porte sur le Burundi.
C’est une occasion mémorable, a-t-il dit, de rendre hommage à la dignité de l’Homme à travers son signe créateur qui transcende tous les réflexes identitaires sectaristes et divisionnistes et qui met en valeur l’intégration des cultures au service d’un dialogue positif entre les peuples.
M. Rukenkanya a indiqué que la biennale internationale de Bujumbura rassemble différentes hautes personnalités, artistes et journalistes venus du monde entier, des opérateurs culturels représentant différentes institutions culturelles du pays. Ce qui honore une fois de plus le Burundi, a-t-il ajouté.

Une opportunité pour évaluer les valeurs fondamentales afin de construire l’Humanité

Partant du thème choisi pour cette année « Art et culture, facteurs de paix et de développement », le ministre ayant la culture dans ses attributions a fait remarquer que cette biennale offre des opportunités qui interpellent tout un chacun pour une évaluation des valeurs fondamentales. Cela parce que chacun est porteur de valeurs en tant qu’acteur sur son parcours vers la reconstruction de l’humanité. La preuve en est qu’elle propose une gamme d’activités répondant au rapprochement des peuples, a-t-il martelé. La biennale va également permettre la mise en exergue du contenu de la renaissance culturelle africaine en matière de développement économique, social et culturel a-t-il poursuivi.
Le ministre Rukenkanya a rappelé que c’est dans ce sens que le Burundi vient de faire un pas en avant à la fois significatif et historique en faisant inscrire pour la toute première fois son tambour sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.
La biennale internationale de Bujumbura verra la participation des artistes venus de plusieurs pays. Mais au moment de l’ouverture officielle, étaient représentés les pays comme le Burundi, le Bénin, la Côte d’Ivoire, l’Italie, la République démocratique du Congo, le Congo Brazaville, le Sénégal et le Cameroun. En marge des chansons et danses qui vont marquer la biennale, une vente-exposition est organisée au Palais des arts et de la culture de Bujumbura du 10 au 16 avril 2015. Des ateliers et séminaires seront également organisés pour permettre un rapprochement des différentes cultures représentées.

Amédée Habimana

 

 
Ouvrir