Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Musée vivant de Bujumbura> Sa fréquentation pendant la période de crise

Il a subi des pertes d’au moins 10%

 

Le Musée vivant de Bujumbura est un milieu touristique. Depuis le début de la crise que traverse le Burundi, l’attrait touristique a sensiblement diminué dans la mesure où il n’est plus fréquenté comme auparavant.


DSC06508Le Musée vivant de Bujumbura est fait du parc animalier, de la maison de la nature renseignant sur le passé du pays, d’un espace réservé aux spectacles. Parmi ces trois endroits, c’est le parc animalier qui est le plus visité. Il héberge les animaux tels que le léopard, les crocodiles, les différentes espèces de serpents, les volailles, l’aquarium, les tortues, les singes, les antilopes.
Selon Emile Kwizera, conservateur du Musée vivant de Bujumbura, le taux de fréquentation de ce musée a diminué d’au moins 10%. Ce sont surtout les étrangers qui le fréquentent souvent « mais actuellement, ils craignent beaucoup pour leur sécurité et ne sont plus dans la capitale. Pour cela, ce musée n’a pas été épargné comme les autres domaines du secteur socio-économique ».
La visite du Musée vivant de Bujumbura se fait surtout pendant les périodes de vacances. Le moment favorable est vers la fin de la semaine. Une autre période est celle des vacances pour les étrangers, et le Musée vivant en profitait également.
Le Musée vivant de Bujumbura est un lieu intéressant pour les élèves finalistes qui viennent faire leur voyage d’études vers la fin de l’année. Avant le début de cette crise, d’autres élèves de l’intérieur du pays avaient fait des dates de réservation pour visiter le musée. D’autres encore viennent mettre en pratique ce qu’ils ont appris en classe.

Avec la crise, le tourisme n’est pas une priorité

Les milieux touristiques accueillent des gens qui veulent profiter de bons moments pour mieux se détendre, passer agréablement une journée surtout vers la fin de la semaine. Avec la crise, ce loisir n’attire pas de gens. Il faut d’abord avoir quelque chose à manger avant de penser aux moments de plaisir. Le tourisme n’est pas placé au premier plan si les besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits, a déploré M. Kwizera.
Le conservateur de ce musée souhaite que toute responsabilité soit mise en évidence au plus haut niveau. Par rapport aux autres pays de la sous-région, le Burundi est un peu en arrière, mais des propositions peuvent être émises pour que ce musée soit digne de son nom.
Yvette Irambona

 

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS et de la culture> Point de presse du ministre Adolphe Rukenkanya

« Rassembler la jeunesse autour des activités sportives et culturelles »

 

Le ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya, a animé, le jeudi 18 juin 2015, un point de presse, au cours duquel il a annoncé l’organisation des activités sportives et culturelles par son ministère, ce samedi 20 juin 2015. L’objectif, selon le ministre en charge des sports, est de rassembler la jeunesse pendant cette période des préparations des élections.

 

DSC 1961Selon le ministre en charge des sports, ces activités sont inspirées par le président de la République, Pierre Nkurunziza. Au programme, a dit Rukenkanya, il y aura la compétition cycliste qui va réunir les treize communes de la ville de Bujumbura avec un effectif de 130 compétiteurs (soit dix par commune). Il a également invité, pour cette course, les volontaires à y participer, à leur rythme. Le circuit sera de 18 km qui sera parcouru deux fois (soit 36 km) pour les femmes et trois fois (soit 54 km) pour les hommes.
Pour ce qui est du circuit, le départ sera donné au port de Bujumbura, à partir de 9 h du matin. La course passera à côté du terrain Tempête, avenue du Large, boulevard du Japon, Rond point du Soldat inconnu, boulevard du 28 Novembre, Gare du Nord, Pafe, Rond point des Nations unies, avenue d’Uvira, Cotebu, Chanic, Brarudi et l’arrivée sera sur le terrain Tempête.
La deuxième activité sera culturelle où les cinq meilleures troupes des tambourinaires du pays prendront part : Gishora, Makebuko, Akayazwe, Buyenzi et Buterere. Cette activité se tiendra au Musée vivant et l’entrée sera gratuite.

Une confirmation de la reprise de la vie dans la mairie de Bujumbura

Le ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Adolphe Rukenkanya, a expliqué le choix de l’organisation de cet événement dans la ville de Bujumbura. Selon lui, certains quartiers ont été affectés par des manifestations et le moment est venu de rassembler la jeunesse autour des activités sportives et culturelles afin de mieux préparer les élections paisibles.
M. Rukenkanya a précisé que 12 communes sur les 13 se sont déjà fait inscrire. Pour ce qui est de la participation du genre, il a souhaité que les filles soient également représentées en nombre suffisant ; dans le cas contraire le ministère fera appel à l’équipe cycliste féminine de Mpanda pour l’équilibre du genre.
La question de la sécurité a également été posée. Le ministre a indiqué que rien n’a été négligé, la sécurité sera bien assurée. En ce qui concerne les prix pour la motivation, M. Rukenkanya a indiqué que la commune qui prendra la première place gagnera une enveloppe de 200 000 francs burundais, 150 000 FBu (2e place) et 100 000 FBu (3e place). Sur le plan individuel, le 1er (chez les hommes comme chez les femmes) recevra une enveloppe de 50 000 francs et chaque participant va recevra 10 000 francs pour le rafraîchissement.

Kazadi Mwilambwe
Vincent Mbonihankuye (stagiaire)

 
Ouvrir