Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

LITTERATURE> Remise du prix littéraire Rumuri

Dix gagnants à la compétition ont été primés

0AC012Les cérémonies de remise du prix littéraire Rumuri ont eu lieu le jeudi 23 novembre 2017 au campus Mutanga de l’Université du Burundi. Les gagnants ont reçu une somme d’argents entre 50 000 et 300 000FBu.

Les gagnants à la  compétition ont été sélectionnés parmi soixante-neuf concourants dont trente trois en langue anglaise et 36 en langue française.  Il s’agit de cinq étudiants pour chaque version.Les concourants ont été recueillis dans les Universités tant publics que privés de la municipalité de Bujumbura et des provinces de l’intérieur du pays à savoir Gitega et Ngozi.Inès Ornella Ngabire de l’université du Burundi, de la catégorie française a remporté la première place avec son œuvre       

« N’oublie pas la promesse ».

Dans la catégorie anglaise, la première place a été remportée par Clarisse Kaneza de l’Université du Burundi avec son œuvre intitulée « I love my wife »Les premiers de chaque version ont reçu une enveloppe de 300 000 FBu, tandis que les second ont obtenu une somme de  200 000 FBu ; les troisièmes 100 000 FBu et 50 000 FBu pour les quatrièmes et les cinquièmes.Le directeur de l’Assurance qualité à l’Université du Burundi, Valos Runyange a félicité les écrivains en herbe pour avoir pris part à cet exercice afin d’améliorer les capacités rédactionnelles.Le prix littéraire Rumuri est le fruit de l’initiative d’un étudiant de l’Université du Burundi, Aminadab Havyarimana.   

Ce dernier l’a initié en  2014 dans le but de promouvoir la culture à travers la création littéraire, avec la version française uniquement. L’édition 2017 a été organisée avec la nouveauté d’inclure la version anglaise. La langue kirundi sera introduite avec la prochaine édition.Il convient de rappeler que le prix littéraire Rumuri, première édition 2014 a été célébré lors de la commémoration du cinquantenaire de l’Université du Burundi. Il  a été remporté par un étudiant de l’université du Burundi, dans son œuvre, « Entre quatre virus, papa ».

Eric Mbazumutima

 

Mairie de Bujumbura> Clôture de la caravane des pays des Grands-lacs

« Vivre ensemble »

 

DSC 4558Dans le cadre de la clôture de la caravane des pays des Grands-lacs, un match de football a opposé le mardi 14 novembre 2017, l’équipe d’Uvira Maika de la RD Congo et celle du Burundi Bujumbura City FC au stade Prince-Louis Rwagasore. Cette caravane avait pour thème « Vivre ensemble». 

 

Il existe une plate-forme des pays des Grands-lacs qui englobe huit villes fondatrices. A cet effet, une caravane a débuté à Kinshasa, puis s’est dirigée vers Kigali en passant par Rubavu, Bukavu, Uvira et le point de chute de cette caravane était  Bujumbura. Les joueurs de l’équipe de Bujumbura City FC étaient en maillot rouge tandis que ceux de l’équipe Maika en maillot vert-blanc. Les deux équipes ont pu montrer leur technicité, et l’équipe du Burundi a essayé de marquer trois fois mais en vain. Les deux équipes se sont séparées sur un score nul.
                  

La jeunesse, une force importante pour un pays

D’après le maire de la ville de Bujumbura Freddy Mbonimpa, le peuple des pays des Grands-lacs (Burundi, Rwanda et RD Congo) a besoin de collaborer, de faire des rencontres socioculturelles, et d’échanger sur certaines opportunités économiques étant donné que ce sont des pays limitrophes. Pour lui, l’objectif de cette caravane est de traverser ces villes avec le drapeau de la plate-forme des pays des autorités locales pour faire connaître cette plate-forme au sein des populations respectives.La jeunesse est une force importante pour un pays. Mais, elle est souvent utilisée dans la destruction alors que « nous avons besoin d’elle pour bâtir les pays des Grands-lacs et renforcer son encadrement. La femme a été aussi privilégiée dans ce thème car elle doit participer activement dans le développement de nos villes », a souligné le maire de la ville de Bujumbura.

Yvette Irambona

 
Ouvrir