Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Coupe du Président: Résultat des 16è de finales

Vital'0 FC écrase Rugeregere de Cibitoke-Rugombo par 9-0

 

Selemani Yamini Ndikumana a marqué quatre buts à lui seul, Les autres buteurs sont Niyonkuru Nassor, Shasir Nahimana, Styve Nzigamasabo, Hussein Shabani Tchabalala et Deo Ndayishimiye. Sur les seize équipes de la Ligue A, sept seulement sont encore en compétition dont Vital’0, champion en titre.

La cinquième édition de la Coupe du président de la République s’est poursuivie le week-end du 10 avril dans le cadre des seizièmes de finales. Vital’0 a sévèrement écrasé Rugeregere de Cibitoke (9-0) et Lydia Ludic Burundi a, de son côté, corrigé Etoile du Nord sur le score de 8 buts à zéro.
Moso sugar s’est qualifié aux tirs au but face à Muganuro, 7 contre 6. Au temps réglementaire, les deux équipes étaient à égalité d’un but partout. Les Crocos ont battu young team (2-1), les deux équipes sont de Rumonge. Les Jeunes athletics se sont inclinés devant Espoir (0-1) et c’est sur ce score, 1-0, que Buceco s’est imposé devant Young city. Lydia Ludic Burundi a donné une leçon de football à l’Etoile du Nord, 8 buts à zéro.
Burundi sport dynamik a gagné, 1-0, devant Ramba fc, victoire également de Rugofarm face à Smart (2-1). Messager Ngozi s’est qualifié pour les huitièmes en s’imposant aux tirs au but, 5 contre 3, devant Inter star, au temps réglementaire, les deux équipes étaient à égalité d’un but partout.
Dans les autres rencontres, victoire d’Olympic star, Aigle Noir, Buja city, Musongati et Pahorina respectivement devant Freedom (6-0), Santos (6-2), Transport fc (3-0), Ligal’s (1-0) et Unité (2-0). Uhuru de Nyanza lac avait battu Rusizi, 1-0, mais il a été disqualifié pour avoir aligné des joueurs irréguliers.

Courte victoire mais importante de Vital’0 face aux Eléphants (1-0)

Nous signalons qu’en matches en retard de la 26è journée de la première division, Primus league, Vital’0 a battu les Eléphants de Bubanza sur leur matchs (1-0) et pour le compte de la 27è journée, Vital’0 s’est imposé par 3 buts à 1, devant la formation d’Olympic star de Muyinga. Consécutivement à ces deux victoires, Vital’0 est déjà sacré champion de l’édition 2015-2016. Il ne peut plus être rejoint par la formation de Messager Ngozi, deuxième, qu’il distance de 12 points et 31 buts.
Athletico, qui représentait le Burundi à la Coupe de la Confédération, s’est incliné, 0-2, devant Aigle Noir de Makamba, le match s’est joué sur le terrain Peace park de Makamba. Et pour la deuxième rencontre, Athletico a de nouveau perdu face à Les Jeunes athletics (2-3).

Kazadi Mwilambwe

 

Cebulac> Etat des lieux des Clacs

Vingt-deux Clacs déjà opérationnels

 

Les Clacs (centres de lecture et d’animation culturelle) sont des bibliothèques publiques. Chaque centre dispose d’une collection de livres non spécialisés composés de volumes, de périodiques, de journaux et complétés par d’autres biens culturels dont les jouets éducatifs, les supports et équipements audio visuels.

 

DSC 0133Selon Jean-Bosco Nzigamiye, directeur du Cebulac (Centre burundais pour la lecture et l’animation culturelle) les clacs sont nés en 1992 sur demande du ministère en charge de la culture. Ces clacs devaient être implantés dans toutes les communes du pays.
En 1993, les choses ont complètement changé car l’objectif ne pouvait lui-même continuer. En 2003, le programme a évolué en véritable programme d’appui à la politique de lecture publique. Pour cela, ledit ministère en a profité pour mettre sur pied une politique culturelle qui a débouché sur la création du Cebulac. C’est à partir du 31 décembre 2010 que le Burundi comptait au moins neuf clacs répartis sur le territoire national. Actuellement, le Burundi compte vingt deux clacs opérationnels, éparpillés dans toutes les provinces du pays.

Une descente de prêt adultes en 2015

Pour M. Nzigamiye, la lecture publique sert au changement des mentalités de la jeunesse alphabète en particulier et de toute la population en général qui avoisine les clacs. Il soutient également la politique du gouvernement en matière d’éducation pour tous et de la promotion de la culture. Ces centres sont susceptibles d’être utilisés par tout ministère ou tout organisme qui exerce des fonctions dans le milieu rural.
S’agissant des statistiques, le directeur du Cebulac a indiqué qu’au niveau des prêts adultes, il y a eu en 2015, une descente par rapport à l’évaluation. Cela a été dû à la crise qu’a vécu notre pays, qui n’a pas permis que les fréquentations puissent continuer au même rythme.

Constats négatifs

Les expériences relatives au développement de la lecture publique en milieu rural ont donné des constats négatifs car il y a des collections sensiblement identiques. Ainsi, on retrouve peu à peu partout les mêmes titres, les mêmes acquisitions nouvelles. L’autre problème relevé est l’administration et la gestion aléatoires par des personnes sans connaissances techniques et sans formation en bibliothéconomie. Aussi, il y a peu de recherches et de références possibles compte tenu du faible stock de volume, ce qui éloigne les bibliothèques de leur véritable rôle de formation, d’information et de loisir. Egalement, le service est peu reconnu par les autorités. Pour M. Nzigamiye, la solution à ces carences consiste à impliquer le principe de coopération, de décentralisation du personnel, des achats et du travail technique pour plus de cohérence et d’économie.
En vue de promouvoir les écrivains burundais et avec l’appui de l’OIF (Organisation internationale de la francophonie), le Cebulac a déjà sélectionné quelques ouvrages écrits par les auteurs burundais ou écrits en Kirundi qui seront bientôt achetés pour les mettre dans les différents clacs.
Le Burundi travaille dans un réseau de 21 pays francophones. L’OIF fournit les biens culturels et les équipements. Il existe une convention entre le Burundi et l’OIF qui subventionne à raison de 15 mille euros par an, le développement des clacs.
Yvette Irambona

 
Ouvrir