Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Assemblée générale extraordinaire

Le rapport financier 2015 a été adopté à l’unanimité par acclamation

 

La réunion s’est déroulée dans la province de Gitega et elle était présidée par le président du Sénat burundais et président de la Fédération de football du Burundi, Révérien Ndikuriyo. Le bilan financier 2015 a été adopté par acclamation mais les membres de l’Assemblée générale ont recommandé au comité exécutif d’apporter les détails pour les prochaines assemblées.

 

DSC 7950Avant la réunion, le secrétaire général de la fédération, Jérémie Manirakiza, a procédé à l’appel pour voir si le quorum est atteint. Toutes les associations provinciales et clubs membres étaient bel et bien présents, ce qui a donné la possibilité au président de la Fédération de football du Burundi d’annoncer les points à l’ordre du jour, à savoir : la présentation du rapport financier 2015 ; l’agrément de nouvelles associations provinciales de football et les divers.
Dans la présentation du rapport financier, il a été constaté que le total des produits des compétitions était de 1 534 097 000 FBu et que le total des charges des compétitions est évalué à 1 531 351 000 FBu. Le solde, à la fin de l’année 2015 était de 2 746 000 FBu. La grande partie de ces fonds a été utilisée dans le football masculin.
Les membres de l’assemblée générale ont salué la manière dont le rapport a été présenté. Selon eux, elle est différente des autres présentations. Ils ont recommandé que les formations soient soutenues, de doubler les primes de championnats pour les équipes vainqueurs et de soutenir les associations de l’intérieur du pays en leur trouvant surtout des ballons et maillots.
Après les réponses du président de la FFB que les membres de l’Assemblée générale ont estimé très satisfaisantes, ces derniers ont émis la recommandation d’apporter les factures détaillées dans les prochaines réunions. Révérien Ndikuriyo a marqué son accord. Et le rapport financier 2015 a été à l’unanimité adopté par acclamation.

Agrément de nouvelles associations

Quatre associations provinciales ont présenté, devant les membres de l’Assemblée générale, leur demande d’agrément. Il s’agit de Rutana, Mwaro, Cankuzo et Bururi. Selon le président de la fédération, il fallait voir si ces associations remplissaient les conditions qui sont entre autres : avoir six équipes au minimum; avoir organisé deux championnats et posséder des statuts.
Après avoir constaté que les conditions étaient remplies, le président de la FFB, avec l’accord des membres de l’Assemblée générale, a donné l’agrément aux quatre associations provinciales.

La Coupe du président de la République démarre au mois d’avril 2016

Soixante-huit équipes prendront part à cette édition qui sera composée d’un tour préliminaire de huit équipes avant de jouer les 32e des finales. Les matches seront joués en une phase et les frais de déplacement sont prévus pour les équipes qui se déplacent. Une commission sera chargée d’inspecter les terrains et à partir des huitièmes, les terrains seront désignées par la fédération.
Toutefois, le président de la fédération a indiqué que les équipes qui n’auraient pas payé les frais d’inscription (200 000 FBu), quarante-huit heures avant le match, seront sanctionnées par un forfait.

La question de Saido Ntibazonkiza

La question des sanctions infligées à l’international burundais Saido Ntibazonkiza a été de nouveau posée dans les divers car le Burundi reçoit la Namibie, le 26 avril prochain dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2017. Mais le président de la fédération est resté catégorique et a insisté sur la discipline et le respect du drapeau national. « Cette question, je l’ai même effacée dans ma tête », a dit Révérien.

Kazadi Mwilambwe

 

Fédération d’athlétisme du Burundi> Assemblée générale

« Les défis sont les moyens »

 

La Fédération d’athlétisme du Burundi a tenu le dimanche 13 mars 2016, une assemblée générale. « On aimerait bien faire beaucoup plus mais faute de moyens, nous sommes obligés malheureusement de nous limiter à certaines activités seulement ».Tels sont les propos de Dieudonné Kwizera, Président de la Fédération d’athlétisme du Burundi.

 

DSC01380Le Président de la Fédération d’athlétisme du Burundi a indiqué qu’il est de leur devoir de donner un rapport annuel par rapport aux objectifs qu’ils s’étaient fixés pour la saison 2015. « C’était donc l’occasion de dire les réalisations aux niveaux technique, administratif et expliquer les moyens qu’on a pu collecter ».
Pour lui, les défis existent toujours, car, a-t-il expliqué, pour diriger une fédération nationale, il faut avoir des moyens pour pouvoir organiser une compétition sur piste ou autre compétition. Aussi, pour engager nos athlètes au niveau international, ou envoyer des entraîneurs dans des centres de formation ou encore, envoyer des administrateurs dans des stages à l’extérieur, il faut toujours des moyens. « Donc, les défis sont les moyens. Plus de moyens on a, plus on fera de compétitions et plus des résultats seront produits », a-t-il souligné.

Les problèmes évoqués nécessitent des moyens

Concernant les inquiétudes des participants pour ce qui est des pistes, le président de la Fédération d’athlétisme du Burundi a précisé que la piste reste toujours un problème. Quand nous avons couru, il n’y avait pas de piste. Mais cela ne nous a pas empêché de remporter des médailles et le Burundi a remporté une médaille aux jeux olympiques de 1996, a-t-il poursuivi. Il est vrai que c’est regrettable d’avoir les athlètes que nous avons déjà produits au niveau continental, au niveau du championnat du monde, au niveau des jeux olympiques et qu’aujourd’hui, il n’y a pas de piste.
Il s’est réjoui du fait qu’avec le nouveau président de l’IAAF qui connaît ce problème, il lui a promis de trouver une solution. « Nous avons déjà signé un accord avec le Comité national olympique qui dispose d’une piste cendrée. Nous allons d’ici peu mettre une piste synthétique au stade Olympe africa ».
Pour ce qui est de l’agrément de certaines associations provinciales, M.Kwizera a fait savoir que la plupart des provinces ne sont malheureusement pas membres de leur fédération. Leur devoir est de faire rayonner l’athlétisme au niveau national. « Les associations qui le demanderont et qui seront en ordre seront agréées dans notre fédération. Malheureusement, il y a des associations qui existent sur papier depuis longtemps mais qui ne participent pas dans des compétitions. C’est quelque chose à éviter, car il ne faut pas agréer une association provinciale parce qu’elle le demande, plutôt il faut voir qu’elle est sur le terrain. Notre devoir est que toutes les provinces soient membres de la fédération d’athlétisme du Burundi », a-t-il précisé.
Lors de la présentation du rapport technique, on a montré que depuis 1998, certaines disciplines (triple saut, saut en longueur, etc.) ont été oubliées. A cette question, Dieudonné Kwizera a dit que les gens ont évoqué un problème d’infrastructures. « On ne peut pas sauter sur un ciment, il faut qu’il y ait un sautoir. La seule piste praticable utilisée est celle du stade FFB .C’est le problème d’infrastructures qui a fait que ces disciplines disparaissent ».
Yvette Irambona

 
Ouvrir