Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SPORT> Sponsoring dans le football burundais


Il n’est pas encore à un niveau considérable

 

aaqsdg Le sponsoring désigne un soutien financier ou même matériel à un événement. Celui ou celle qui donne ce sponsoring va en contrepatrie bénéficier de quelque chose. Au Burundi, le sponsoring en sport existe mais pas à un niveau considérable comme dans les autres pays. Plus de quatre entreprises sponsorisent la FFB (Fédération du football du Burundi). Et les équipes dépendent de cette dernière.

 

 Fabrice Niragira, le chargé du marketing et de la communication à la Fédération de football du Burundi (FFB), a indiqué qu’au niveau de la FFB, il y a la Brarudi qui sponsorise le championnat national appelé « Primus ligue ». Egalement, Lumitel sponsorise seulement l’équipe nationale senior masculine. Aussi, il existe une entreprise russe « Instat » avec laquelle la FFB a signé un contrat. Cette entreprise se charge des statistiques des joueurs et des matchs. «Nous payons un certain montant pour que cette entreprise nous amène des caméras servant à filmer les matchs. On a négocié avec Huwaei pour nous aider dans le payement de ce projet. Ainsi, Huwaei fait partie de nos partenaires», a-t-il précisé.
La Fenacobu (Fédération nationale des coopecs du Burundi) aide un peu la Fédération du football du Burundi dans la Coupe du président de la République à partir des demi-finales en lui donnant une certaine somme.

Une visibilité et de la publicité pour les entreprises

Faisant partie des négociations, ces entreprises gagnent en contrepatrie la visibilité et la publicité à la radio. En prenant l’exemple de la Brarudi, des retransmissions des matchs de la Primus ligue sont faits pour que les gens, surtout ceux de l’intérieur du pays, qui ne peuvent pas voir le match, puissent au moins l’entendre à la radio, d’après le chargé du marketing à la FFB. Lumitel les sponsorise dans la Coupe du président de la République mais aussi dans l’équipe nationale. Pour les deux entreprises, la visibilité est presque la même, entre autres, en faisant les spots publicitaires, la visibilité à l’intérieur des stades, la publicité sur le site web de la FFB avec les logos de la Brarudi et de Lumitel. Des panneaux publicitaires situés au siège de la fédération, sont donnés à cette dernière entreprise. L’autre point concerne les liens d’amitiés qui s’observent entre la FFB et ses partenaires.

Plus de 90% des équipes de football dépendent de la FFB

A partir de l’année prochaine, la FFB demandera aux équipes d’avoir leurs sponsors pour les présenter au sein de la fédération. L’équipe Vital’o par exemple, lors de la Champions Ligue jouée l’année passée, a amené ses sponsors au stade Prince Louis Rwagasore comme le Club du Lac Tanganyika et Aquavie. L’équipe Aigle noire a aussi sur ses maillots de matchs l’entreprise qui la sponsorise. A part ces deux équipes, on ne voit pas d’autres équipes qui sont sponsorisées, d’après Fabrice Niragira. Pour cela plus de 90% des équipes, que ce soit dans la première ou la seconde ligue, dépendent en grande partie de la Fédération. Ainsi, les sponsors en provenance de la Brarudi aident ces équipes à se développer (le déplacement des joueurs et autres).
Les entreprises ne sont pas nombreuses à s’y impliquer car, a-t-il expliqué, cela dépend de leur vision mais aussi de la politique des équipes. Comme ailleurs, une équipe doit normalement avoir son propre bureau, son terrain d’entraînement, un staff technique, une administration dont celui chargé du marketing qui doit chercher les sponsors. Au Burundi, on peut trouver une équipe qui ne dispose pas de tous ces éléments. Alors, « comment une équipe peut-elle avoir du sponsor alors qu’elle n’a pas celui chargé de les chercher ? Il s’agit d’un grand problème ».

Les avantages du sponsoring sont nombreux

Le chargé du marketing à la FFB a fait savoir que les avantages du sponsoring sont nombreux dans le sport, plus particulièrement pour le football. Lumitel sponsorise l’équipe nationale par exemple. Il permet de payer les primes des joueurs qui sont en local, les primes des matchs, le déplacement des joueurs et sans oublier le développement du football. Pour ce dernier élément, les recettes au sein des stades participent aussi à l’essor du football. D’où le rôle des spectateurs dans le stade est prépondérant.
Pour le cas du Burundi, il n’y a pas beaucoup de gens qui vont regarder les matchs. Mais par contre à l’intérieur du pays (Gitega, Muyinga), le public vient en grand nombre. Il y a eu récemment à Muyinga un grand match de championnat qui a opposé Olympique Star à Aigle Noire, et l’entrée était fixée à 1 000 FBu. « On a pu récolter plus de 4 500 000 FBu alors que dans la capitale Bujumbura, il est carrément impossible d’avoir la moitié de ce montant », a déploré notre interlocuteur.
Le football est le sport qui attire beaucoup de gens. Pour cela, notre interlocuteur invite les entreprises à apporter leur soutien pour le développement du football burundais.

Yvette Irambona

 

 

MISS-BURUNDI> Son rôle pour le développement de notre pays


Elle doit être une ambassadrice du pays

 

aaqqsdfh Le concours de Miss Burundi est un concours de beauté et d’intelligence. c’est également un concours qui va dans le cadre de la valorisation positive de l’image du pays. Une miss doit être une ambassadrice et un miroir pour le pays. Elle doit représenter le Burundi à l’échelle internationale.

 

 Dans un entretien qu’André Hakizimana, chargé de la communication Burundi 2017 a accordé à la rédaction du quotidien d’information Le Renouveau, il indique que la miss-Burundi 2017 a été lancé sous le thème « Les femmes comme acteurs clés dans le développement socio-économique du pays ». Ce thème va régir tout le concours de cette année. « Nous avons voulu mettre l’accent sur le rôle des femmes dans le développement socio-économique du pays. Toutes les candidates qui seront sélectionnées, tous les projets qui seront présentés dans le concours vont tourner autour de ce thème », a dit M.Hakizimana.

La Miss doit préserver les valeurs de l’Ubuntu

Il a précisé que le concours Miss Burundi est un concours de beauté et d’intelligence. C’est un concours qui va dans le cadre de la valorisation positive de l’image du pays. Car ces derniers temps, notre pays a connu une période de crise. Durant cette période, les valeurs humaines et d’autres aspects du Burundi avaient été complétemment ignorés. Les gens avaient ignoré qu’au Burundi nous avons de belles filles, des filles intelligentes, une culture préservée. La miss qui sera élue doit préserver d’abord les valeurs de l’Ubuntu, les valeurs culturelles du pays. La miss doit également être une ambassadrice et un miroir pour le pays. Elle doit représenter le Burundi à l’échelle internationale. Comme par exemple la Miss Burundi 2016, Ange Bernice Ingabire, devra représenter le Burundi au mois de juillet au concours Miss united countries qui sera organisé dans les îles Philippines. Elle devra aussi représenter le Burundi dans Miss Africa qui aura lieu au mois de mai.
Il a fait savoir que la miss est aussi celle qui invite les gens à venir visiter le pays. Là, il y a tous les aspects de l’industrie du tourisme qui y va avec, parce qu’en étant l’ambassadrice, elle parle du Burundi, elle montre cette face cachée du Burundi dont on parle le moins. Parler du Burundi, inviter les gens à venir visiter le pays est un aspect touristique qui va dans le cadre du développement socio-économique du Burundi. Parce que quand nous avons des gens qui viennent visiter notre pays, il y a des devises qui entrent dans la caisse de l’Etat.
Il y a aussi des aspects sociaux car une miss élue doit avoir un projet qui cadre avec le thème ou un projet qui la tient à cœur. La miss qui a été élue en 2016 a été élue sur base d’un projet intitulé « Assistance psycho-sociale des enfants qui naissent avec des handicaps ». C’est un projet qui la tient à cœur et elle est en train de l’exécuter. A côté des enfants qui sont nés avec handicap, elle est toujours avec plusieurs centres qui aident les enfants qui sont nés avec des malformations comme le Saint Kizito, le centre Akamuri, le CNAR de Gitega et elle plaide pour ces enfants.

Inscrire le Burundi dans Miss Monde ou Miss-Univers

aaaqdgfy « Étant une ambassadrice, la miss représente toute la culture burundaise. Elle travaille avec des artistes, les femmes qui font des activités génératrices de revenus. Elle les accompagne et elle est leur porte-voix. Quand tous ces artistes travaillent ou font des projets avec la miss, cela les aide car la miss utilise son image, son titre ou sa couronne pour les aider à plaider auprès des différentes autorités et institutions en charge de la culture ou d’entreprises, et ça les aide dans leurs œuvres culturelles, a souligné M. Hakizimana.
M.Hakizimana a indiqué qu’à travers l’organisation de Miss Burundi 2017, ils sont en train de voir les modalités d’inscrire le Burundi dans Miss Monde mais aussi dans Miss Univers. Ce sont les deux grands événements de Miss qui sont organisés à l’échelle mondiale. Or, le Burundi n’a pas encore participé dans ces deux grands événements. « Nous sommes en pleine négociation avec les organisateurs à l’échelle internationale et une fois que le Burundi sera inscrit dans ce concours, ce sera une occasion pour représenter le Burundi dans ces événements mondiaux suivis par plus de 7 millions de téléspectateurs dans le monde».

Emélyne Iradukunda

 
Ouvrir