Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUSIQUE> Sa contribution

Elle contribue au développement de l’artiste d’abord et du pays ensuite

 

L’art de chanter est souvent considéré comme un simple loisir ou divertissement. Cela fait que la plupart des gens ne croient pas que l’artiste musicien puisse vivre de cet art seulement. Mais le musicien Blaise Nduwayezu s’inscrit en faux contre l’idée de ces derniers et affirme que la musique contribue au développement de l’artiste d’abord, et du pays ensuite. 

 

L’art de chanter est un métier comme les autres. Il génère des revenus au chanteur lui-même et contribue au développement du pays », fait savoir Blaise Nduwayezu, lors d’un entretien avec Le Renouveau. Celui-ci poursuit  en disant qu’un artiste musicien engagé peut vivre de l’art de chanter et se développer comme ceux exerçant d’autres métiers. Notre interlocuteur part du niveau qu’il a atteint pour expliquer combien la musique contribue au développement. « Une démarche engagée  coûte toujours trop cher, j’ai déjà bénéficié du prix de mon engagement », signale M.Nduwayezu. Tenant compte des activités déjà réalisées, l’interlocuteur fait savoir qu’il n’est plus chômeur, même s’il n’est pas  fonctionnaire de l’Etat. Celui-ci témoigne que son art lui génère des revenus et il parvient à couvrir plus de 80%  de ses besoins, malgré qu’il soit nouveau dans ce domaine. « Certains de mes projets sont aujourd’hui réalisables grâce à mon art », se réjouit-il.En plus du développement du chanteur lui-même, M.Nduwayezu fait aussi savoir que  la musique contribue au  développement du pays. « Ce n’est pas seulement l’artiste musicien qui profite de la musique, mais le pays en profite aussi », précise-t-il. Il explique que celle-ci éduque, conseille, enseigne et éveille la population, et contribue ainsi au développement du pays. «  C’est à travers les chansons que la population est interpellée aux différentes stratégies d’auto développement», argumente-t-il.Dans cette  même optique de la contribution de la musique dans le développement du pays, M.Nduwayezu  signale que les artistes musiciens paient des taxes lorsqu’ils organisent des concerts. Il parle aussi des devises qu’amènent les chanteurs étrangers  qui viennent au Burundi pour leur mission de chanter sans oublier celles ramenées par les Burundais qui vont chanter à l’étranger.
Eric Sabumukama

 

FFB >Résultats du championnat national de la Ligue A, 10e journée

Aigle noir corrige Musongati (4-1) et se maintient à la tête du classement

 

Nouvelle image KawadiLe championnat national de football de la Ligue A s’est poursuivi, le week-end du 6 au 7 octobre 2018, pour le compte de la 10e journée.  Musongati (2e) s’est  incliné devant Aigle noir (1er), au  stade Ingoma de Gitega (1-4).  Les supporteurs de Musongati ont jeté des pierres sur le terrain blessant un joueur d’Aigle noir, Seydou Keita. 

 

Le samedi 6 octobre, l’équipe de la Police nationale du Burundi, Rukinzo, quoi que dominé par le club de Messager Bujumbura, a gagné les trois points de cette rencontre sur le score d’un but à zéro. A 16 heures, sur le même terrain du stade Prince Louis Rwagasore de Bujumbura, Bujumbura city s’est imposé devant Bumamuru, 1-0, le match auquel le Deuxième vice-président de la République du Burundi, également président du club Bumamuru, Joseph Butore, a assisté.Bujumbura city, consécutivement à cette victoire, se retrouve à la 4e place (16 points) derrière Ngozi city (18 points) vainqueur de Flambeau du centre (2-1). Bumamuru, au terme de cette journée, a reculé de deux places pour se retrouver en 5e position avec 16 pts, ex-æquo avec son adversaire de la journée.Flambeau de l’Est et Kayanza united se sont quittés sur un résultat nul et vierge (0-0). Les supporteurs de Kayanza united ainsi que le président de ce club, l’Ombudsman du Burundi, Edouard Nduwimana, ont déploré le comportement de l’arbitrage, d’avoir refusé un but en faveur de leur équipe. Ce n’est pas seulement Kayanza united, plusieurs équipes se plaignent de l’arbitrage, elles demandent à la Fédération de football du Burundi d’agir avant qu’il ne soit trop tard.Le dimanche 7 octobre, les Lierres a battu Athletico (1-0) et c’est sur le même score que Vital’0 s’est imposé devant Lydia Ludic Burundi. Les deux matchs se sont joués sur le stade Prince Louis Rwagasore. Cette victoire permet aux joueurs de Gilbert Kanyenkore, entraîneur de Vital’0, de quitter le bas du tableau pour se classer provisoirement à la 13e place.

Aigle noir a gagné le derby face à Musongati 

C’est dans un stade Ingoma de Gitega, plein à craquer, que le club de Musongati (2e au classement) a accueilli celui d’Aigle noir (premier), une rencontre qui a fait vibrer la ville de Gitega pendant toute la semaine. Le stade était très animé avec des supporteurs des deux équipes qui sont venus avec des tambours, des trompettes et des sifflets.Après l’ouverture du score par l’équipe hôte sur penalty, les joueurs d’Aigle noir ont mis la pression et sont parvenus à égaliser par Héritier Hakizimana. Comme une pluie torrentielle, Yussuf Nyangé Ndayishimiye a tué le match avec un doublé. Bienvenu Kanakimana  a ajouté un 4e but qui a mis fin aux espoirs des supporteurs de Musongati. L’équipe de Makamba s’est maintenu à la première place avec 28 points.A la fin du match, les supporteurs de Musongati ont jeté des pierres sur le terrain, blessant un joueur d’Aigle noir, Seydou Keita. Un comportement à combattre dans le sport.

Le président de la FFB adresse un messagede condoléancé au club Aigle noir  

Le président de la Fédération de football du Burundi, président du Sénat du Burundi et président fondateur de l’Académie Aigle noir, Révérien Ndikuriyo, a adressé, sur son site, un message de condoléance au club d’Aigle noir et particulièrement aux familles qui ont perdu les leurs dans un accident  de route au moment où ils étaient en train de regagner Makamba, après le match. Il a également souhaité bonne guérison à tous les blessés qui sont dans les hôpitaux sous les soins.
Kazadi MWILAMBWE

 
Ouvrir