Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FESTICAB> Clôture de la tournée cinématographique dans les écoles

Soixante écoles ont été sensibilisées sur le respect des droits de la femme

 

La tournée cinématographique organisée dans différentes écoles du pays par le Festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi (Festicab) a été clôturée le vendredi 9 juin 2017 au lycée Clarté Notre Dame de Vugizo. Au cours de cette tournée, soixante écoles ont été sensibilisées sur le respect des droits de la femme.

 

Les activités de clôture de la tournée cinématographique dans les écoles ont débuté par une projection de la chanson «Ndasemerera» d’Albert Kuru et des films produits par les Enfants Journalistes en Herbes. Ces derniers ont montré l’expérience des jeunes filles burundaises qui ont lutté pour continuer leurs études ou pour exploiter leurs talents dans les domaines du sport et de la danse. Les participants ont conclu qu’il faut que la fille burundaise soit organisée pour contourner les défis et extérioriser ses talents car c’est un don de Dieu.

Que les auteurs des ces violations soient punis d’une façon exemplaire

Grâce à cette chanson, les élèves participants ont répertorié différents cas de violation des droits de la femme. Ils ont notamment cité les violences sexuelles, les femmes battues, le fait de délaisser les travaux ménagers à la femme, etc. Ils ont demandé que les auteurs des ces violations soient punis d’une façon exemplaire pour les décourager. Ils ont souligné que pour que ces crimes soient punis, il faut qu’ils soient dénoncés, mais que dans certains cas il est difficile de dénoncer l’auteur. «L’auteur du viol peut être le beau-frère ou le mari de ma tante. Dans ces cas, je ne pourrais pas le dénoncer car, on peut ne pas me croire et j’aurais brisé le mariage de ma sœur ou de ma tante.», a dit une élève. Un autre intervenant l’a contredit soutenant que, quel que soit les liens de parenté avec l’auteur du viol, il faut le dénoncer pour prévenir ce crime. Un intervenant a disculpé le mariage illégal par le manque de moyens.
Amandine Inamahoro qui animait le débat, a souligné que les différents crimes susmentionnés sont punis par la loi n°1/13 du 22 septembre 2016 portant prévention, protection des victimes et répression des violences basées sur le genre.

Grâce-Divine Gahimbare

 

SPORT>Participation de l’équipe nationale de karaté dans le championnat d’Afrique

«Nous nous sommes bien comportés à Yaoundé», dit Christophe Nkurunziza

 

IMG 1212L’équipe nationale de Karaté est de retour du championnat d’Afrique qui était organisé à Yaoundé au Cameroun du 29 mai au 5 juin. C’était le 16è championnat d’Afrique des seniors pour l’édition 2017. Vingt-sept pays avaient participé à ce championnat. Le Burundi a occupé une place satisfaisante jusqu’à même décrocher une coupe Fair Play.

 

La rédaction du quotidien burundais d’informations, Le Renouveau a rencontré ce jeudi le président de la fédération burundaise de karaté Sensei Christophe Nkurunziza pour s’entretenir sur la participation du Burundi au 16e championnat d’Afrique des séniors, édition 2017. Le Burundi avait choisi neuf karatékas pour représenter le pays. Presque tous ces joueurs se sont très bien comportés parce que beaucoup d’entre eux ont pris la cinquième place et un autre a pris la troisième place. Il s’agit de Jean Claude Irambona qui s’est classé 5e (84 kg) ; Sylvain, 5e (67 kg) ; Elvis Terambere, 5è (61 kg) et Kaze Jinnah Pérec qui s’est classée 5e, femmes (61 kg). L’équipe kata s’est classée 3e et a décroché la médaille de bronze.
« Sans doute une preuve que notre karaté reste le meilleur de la sous-région, voire sur le plan africain. Surtout on va vite retrouver notre niveau d’antan si on renoue avec les tournois internationaux », s’est félicité Christophe Nkurunziza, président de la Fédération Burundaise de Karaté (Febuka).
Christophe Nkurunziza a salué la place que le Burundi a occupée car dit-il, ça aidera à améliorer davantage pour mieux préparer le championnat de l’année prochaine qui se tiendra à Kigali (Rwanda) et pour le championnat du monde qui va se tenir en Espagne en 2020.
Le championnat de Yaoundé a été remporté par le Sénégal mais on reste convaincu que le Burundi peut remporter celui de l’année prochaine parce que les karatékas de l’équipe nationale ne manquent pas de talent.
C’était une belle occasion aussi pour Reverien Mbanzendore, un arbitre burundais qui a pris la troisième place dans l’examen qui a été donné aux arbitres, ce qui lui a permis d’être classé parmi les arbitres continentaux.
M. Nkurunziza n’a pas manqué de remercier le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture pour le soutien tant moral que matériel. Il lui demande de continuer dans la même voie.
OLIVIER NISHIRIMBERE

 

 
Ouvrir