Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Compétition «east africa got talent»> Tambours burundais

Marche-manifestation contre son usage abusif

 

IMG 0034Les tambourinaires burundais se sont  insurgés contre le Rwanda dans une manifestation organisée dans la mairie de Bujumbura le samedi 24 août 2019.  Accompagnés par une foule de gens sous le rythme des tambours, les tambourinaires ont pointé du doigt le Rwanda qui héberge le club Himbaza. Celui-ci est accusé de violer la culture burundaise  par usage  du Tambour burundais avec des signes modifiés dans la compétition « east africa got talent » qui s’est déroulée au Kenya.  

 

La foule s’est réunie dans le quartier Kigobe tout près du snack bar appelé chez Gérard avant de prendre le boulevard Mwezi Gisabo.  Arrivée à la Nonciature, elle a dévié par la chaussé prince Louis pour  se diriger vers l’ambassade du Rwanda où étaient prononcés les discours du jour.  Malgré le soleil accablant, les tambourinaires tout comme la population présente ont manifesté la détermination par des danses et des chants du tambour. Prenant la parole, le secrétaire permanent au sein du ministère de la culture et des sports, Godefride Hakizimana, a fait savoir que le Tambour burundais est un patrimoine culturel du Burundi et que nul ne peut en retirer aux Burundais. Elle a ajouté que le Burundi respecte la culture des autres pays ; raison pour laquelle la sienne doit aussi être respectée. Mme. Hakizimana a appelé tout les Burundais surtout, les jeunes, à promouvoir la culture et la tradition de leur pays. Elle a remercié les tambourinaires pour avoir manifesté l’attachement au Tambour burundais et à la culture en général et leur a demandé de continuer dans cette bonne voie.

Obéir à la loi régissant le Tambour

Le président du club Komezakaranga qui s’est exprimé au nom de tous les tambourinaires a invité la population présente à observer une minute de silence pour rendre hommage au feu Antime Baranshakaje, gardien du Tambour sacré et figure historique de la culture burundaise. Après avoir rappelé à la population que le Tambour burundais est déjà reconnu par l’Unesco comme le patrimoine culturel du Burundi,  Dunia Abed a ajouté que la pratique du tambour se fait suivant la loi et les alinéas de cette loi précisent les personnes en ayant le droit, les tenues à porter, l’exigence de permission pour les gens vivant à l’étranger ainsi que les sanctions infligées aux déviants. A partir de cela, M. Dunia s’est inscrit en faux contre le club Himbaza pour avoir violé la loi et a condamné le Rwanda pour cette attitude qui ne vise qu’à confisquer le Tambour burundais par le dégarnissement de sa culture  et de sa valeur historique. Il a en outre appelé l’Unesco à suivre de près le comportement du Rwanda pour avoir volé et envoyé le Tambours burundais dans la compétition alors que ce dernier est déjà reconnu comme patrimoine culturel du Burundi. M. Dunia a fait savoir que les tambourinaires burundais ne se laisseront jamais succomber face à toute provocation visant le détournement du Tambour burundais. Il a enfin appelé tous les Burundais à respecter davantage la culture et les bonnes traditions héritées des ancêtres.

FIACRE NIMBONA (stagiaire)

 

BASKET-BALL > Le championnat national 2019

Une baisse de niveau a été observée chez les équipes de l’intérieur du pays

 

IMG 0016Le championnat national de basket-ball est à la phase finale qui se déroulera en province de Gitega le week-end du 24 août 2019. Le président de la fédération de basket-ball du Burundi, dans une interview qu’il a accordée au journal Le Renouveau le mercredi 21 août 2019 a indiqué qu’au cours de ce championnat, une baisse de niveau a été observée chez les équipes de l’intérieur du pays.    

 

Dans le cadre de la finale du championnat national de basket-ball, l’équipe Les Gazelles va rencontrer l’équipe Aigle noir et l’équipe Lacosta va rencontrer Yung sisters du côté dames. Côté hommes, Gymkhana contre Dynamo et Urunani contre New star. « Ce que nous avons constaté est que durant ce championnat, il y a baisse de niveau surtout pour les équipes de l’intérieur du pays à cause des joueurs qui sont venus à Bujumbura pour des raisons d’étude et qui ont renforcé les équipes de Bujumbura», a indiqué le président de la Fédération de basketball du Burundi, Augustin Kararuza.Il a expliqué que, pour renforcer les équipes de l’intérieur du pays, les présidents des associations et des clubs en partenariat avec la fédération doivent faire l’encadrement des jeunes qui vont remplacer les joueurs qui partent dans d’autres équipes. Il a souligné qu’il faut avoir une pépinière pour que ces équipes soient renforcées. « Nous sommes en train de faire un projet pour détecter les jeunes talents. Dans une semaine, il y aura une mission d’un entraîneur américain à Bujumbura dans le cadre du projet Sport for Africa. Il va nous aider à détecter les jeunes talents, à former des entraîneurs et des arbitres», a-t-il dit.

Dans l’un ou l’autre groupe, le Burundi peut rivaliser

Les équipes championnes vont participer aux éliminatoires de la zone V niveau Afrique. Notre interlocuteur a fait savoir que, pour les dames, les éliminatoires auront lieu à Dar-es-Salaam en octobre 2019. M. Kararuza a souligné que, du côté hommes pour les éliminatoires, le Burundi se trouve dans un groupe qui est complétement loin de chez nous avec les pays comme la Zambie, le Botswana et le Malawi. «Nous avons plaidé pour que le Burundi reste au niveau de la zone V avec le Rwanda, l’Ouganda et la Tanzanie. Nous attendons la réponse.», a-t-il dit. Il a précisé que, dans l’un ou l’autre groupe, les joueurs du Burundi peuvent rivaliser, mais que s’ils doivent voyager loin, cela demande des moyens qui ne sont pas disponibles.       

GRACE-DIVINE  GAHIMBARE

 
Ouvrir