Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEDERATION DE FOOTBALL DU BURUNDI> Résultats des matches en retard, 20e journée

Lydia Ludic Burundi bat Messager Ngozi (1-0) et prend la deuxième place

00a12Le championnat national de football de la Ligue A a repris le mercredi 22 février par des matches en retard de la 20e journée. Au stade Prince Louis Rwagasore, Lydia Ludic Burundi s’est imposé par un but à zéro devant Messager Ngozi, but inscrit par le capitaine Léon Rachidi à la 34e minute de jeu. Au stade de Gitega, Musongati, qui accueillait Vital’0, s’est imposé sur le score de 2 buts à 1.

Une reprise du championnat difficile pour les deux équipes qui représentaient le Burundi en coupes d’Afrique des clubs. Messager Ngozi s’est déplacé à Bujumbura où elle a été reçu par Lydia Ludic Burundi. Pour cette rencontre, le coach de Messager Ngozi, Momcilo Medic, a mis sur le banc certains titulaires de taille comme le capitaine de l’équipe Cédric Kagabo, Enock Sabumukama et Idi Museremu.
Le match a commencé très timidement avec une grande période d’observation au cours de laquelle aucune équipe n’osait prendre des initiatives. Il a fallu attendre la 34e minute de jeu, pour que le capitaine de Lydia Ludic, Léon Rachidi, sur son couloir gauche, prenne l’initiative de monter, d’éliminer trois joueurs et de lâcher une frappe enveloppée au deuxième poteau et d’ouvrir le score pour Lydia Ludic Burundi. Ont attendait la réaction de Messager Ngozi mais comme elle jouait avec un seul attaquant, Idrissa Ramadhani, c’était pratiquement difficile de trouver la faille devant des meilleurs défenseurs du pays comme Rugonumugabo et Demunga Gilbert.
A la 39e minute, Trésor donne une jolie passe à Claude Ndarusanze mais ce dernier rate son contrôle et pourtant il était bien parti seul devant le portier de Messager Ngozi, Dieudonné Hezwa. Les deux équipes ont regagné les vestiaires sur ce score d’un but à zéro en faveur de Lydia Ludic Burundi. Une première période où l’équipe de Messager Ngozi était passive et les joueurs ont montré des signes de fatigue, consécutives, peut-être, à leur match de la Coupe de la Confédération qu’ils ont joué contre le club KVZ Zanzibar.
A la reprise, l’entraineur de Messager Ngozi fait entrer Cédric Kagabo et Iddi Museremu pour donner du tonus à l’attaque. A la 48e minute, centre de Lewis, mauvaise sortie du gardien de Lydia Ludic, Fabien Mutombo, qui rate la trajectoire du ballon mais heureusement pour lui, il a été sauvé par son capitaine Léon Rachidi qui était revenu en couverture.
A la 60e minute, faute de main d’un défenseur de Lydia Ludic, dans la surface de réparation, les joueurs de Messager Ngozi ainsi que le public réclament un penalty mais l’arbitre estime qu’elle était involontaire.
A la 75e minute, Idi Museremu est blessé au niveau des ligaments externes du genou gauche et est obligé de quitter le terrain, laissant ses coéquipiers à dix car l’entraineur avait épuisé les remplacements. A la 84e minute, Chancel a la balle de 2-0 mais son tir est repoussé par les pieds du gardien Dieudonné Hezwa.

Vital’0 perd le match et la deuxième place
Le match s’est joué à Gitega et le stade, selon nos collègues journalistes qui étaient présents, était plein pour accueillir le champion sortant. Dans son fief et devant son public, Musongati a gagné par 2 buts à 1. Consécutivement à ce résultat, la formation de Vital’0 a perdu le match mais aussi elle a cédé la deuxième place à Lydia Ludic Burundi, vainqueur de Messager Ngozi. Les buteurs de cette rencontre dont Saidi Irakoze (27’) et Frank Barirengako (36’) pour Musongati et Gael Duhahindavyi (31’) pour Vital’0.
Vital’0 compte 40 points et Lydia Ludic est monté à 42 points. Signalons que le championnat va se poursuivre ce samedi et dimanche dans le cadre de la 21e journée.

Kazadi Mwilambwe

 

SPORT > Championnat intercommunal édition 2017

Pour le développement intégral de notre pays

000aaLa troisième édition du championnat intercommunal de football portera sur le développement intégral de notre pays. Les organisateurs comptent démontrer que, de la même manière qu’il faut un travail d’équipe pour remporter un trophée de football, les habitants d’une commune doivent aussi travailler en synergie pour développer la circonscription.

Selon Laurent Nzeyimana, directeur des sports de masse et de l’éducation physique au ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture, le championnat intercommunal de football est l’un des grands événements qui ont été mis en avant sur le plan d’action du ministère. « Nous voulons être tout près de la population et lui donner des messages pendant cette période de reconstruction et d’auto-développement. C’est une période où beaucoup de défis sont en face de la population burundaise.», a indiqué M. Nzeyimana. La sécheresse, la pauvreté, la famine sont quelques uns des défis cités par notre interlocuteur. Ainsi, le ministère compte donner des messages de paix, de développement et de lutte contre les problèmes démographiques, etc. par le biais de ce championnat. « C’est pourquoi nous voulons être accompagnés dans ce grand championnat par nos partenaires qui vont nous aider à formuler aussi les messages. Nous sollicitons la présence physique au plus haut sommet pour donner un tonus à cet événement.», a-t-il dit.
Un développement horizontal est visé
Il a expliqué que le thème pour cette année est en cours de validation, mais qu’il est orienté sur le développement intégral de notre pays. « Nous visons un développement horizontal. Qu’au niveau de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, etc., il faut se développer et ainsi être complémentaire.», a expliqué le directeur des sports de masse et de l’éducation physique. Il a souligné que, pour un développement concret dans tous les secteurs, il faut une synergie de toutes les parties prenantes, dont l’autorité administrative de la base au sommet, les forces de défense et de la sécurité, les élus locaux, les jeunes scolarisés et non scolarisés, etc. tout le monde doit conjuguer les efforts pour le développement de la commune.
« Nous espérons que cette 3ème édition sera un succès. Le championnat se déroulera étape par étape. La première étape concerne la sensibilisation qui sera suivie par la formation des équipes communales regroupant les différentes parties prenantes déjà citées. Des éliminatoires se dérouleront au niveau des communes qui seront suivies par les finales provinciales. Aussitôt après avoir connu les 18 équipes championnes au niveau des provinces, elles seront réparties en quatre régions, c’est la phase régionale. On aura ainsi quatre équipes qui vont se rencontrer en demi-finale et finale.», a-t-il expliqué. Il a précisé que le championnat est présentement au niveau de planification. « Avant la fin du mois de février, nous comptons faire la première descente sur terrain. Le lancement des activités est prévu le 25 mars 2017. Nous avons donc un mois de sensibilisation. Nous allons travailler en étroite collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique pour la sensibilisation. Nous comptons beaucoup sur l’appropriation de ce championnat par les administratifs locaux.», a-t-il souligné.

Faute de moyens, le championnat n’est pas régulier
Il a expliqué que les organisateurs du championnat comptent faire d’une pierre deux coups. « Si nous parvenons à réunir un nombre important de participants, ce sera une occasion de leur démontrer que de la même manière qu’il faut un travail d’équipe pour remporter un trophée de football, les habitants d’une commune doivent aussi travailler en synergie pour développer la circonscription notamment dans les travaux communautaires.», a-t-il dit.
Le championnat intercommunal de football a été un succès en 2007. «Nous étions en pleine crise, les terrains étaient plein de brousse, il faillait débroussailler. Nous l’avions baptisé championnat pour la paix et la réconciliation et la deuxième édition de 2011-2012 portait sur le développement durable au Burundi.», a-t-il dit. Il a expliqué qu’en principe, si les moyens financiers le permettaient, le championnat intercommunal de football serait annuel. « Un événement d’une telle portée demande beaucoup de moyens et, si nous n’avons pas un partenaire qui accepte de financer une partie ou la totalité du budget, on est limité. Je tiens à remercier vivement l’ambassade de France qui a financé une grande partie du budget de la 1ère et la 2ème édition de ce championnat.», a-t-il conclu.
Grâce-Divine Gahimbare

 
Ouvrir