Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE> Tenue du tournoi du Cecafa au Burundi

L’impact est positif sur l’image du pays

 

Que ce soit sur le point social ou économique, la tenue du tournoi Cecafa 2018 est un plus pour le Burundi. Le Conseil des associations du football d’Afrique de l’Est et Centrale (Cecafa) est en train de tenir son tournoi au Burundi depuis le 14 avril 2018. Le Burundi a donc été honoré d’accueillir ce tournoi. Cela améliore l’image du pays malgré les informations circulant sur le Burundi. 

 

Divers interlocuteurs se sont exprimés sur la question. K. M. indique que c’est une fierté pour le pays, malgré ce qui se dit à l’extérieur sur le Burundi. De mauvaises langues avancent que rien ne va au Burundi. La décision de ce conseil est une victoire pour le Burundi. Même  le secrétaire général Nicolas Musonyi a félicité le Burundi pour l’organisation de ce tournoi tout en s’associant aux autres en souhaitant que le Burundi puisse abriter d’autres compétitions plus grandes que celle-ci. En ce qui concerne ces compétitions des jeunes, la jeunesse burundaise apprend des autres. Certaines expériences doivent commencer par-là pour aller loin dans d’autres hautes compétitions. Cela va aussi inspirer les fédérations burundaises de football à mettre beaucoup de moyens dans le football des jeunes. Le fait de commencer sa carrière tôt étant soutenu donne de bons résultats dans l’avenir.Sur le plan économique, l’organisation d’un pareil tournoi fait profiter au pays. Le tourisme gagne aussi car ces jeunes vont sillonner des endroits touristiques. Cela va faire rentrer des devises dans les caisses de l’Etat.  Les hôtels, les marchés et les différents centres de négoce vont voir affluer des clients.Quant à M.S., il estime évident que la communauté internationale est convaincue que ce qui se dit sur le Burundi est faux.  Si des tournois régionaux  peuvent être organisés au Burundi, c’est que ce qui est dit ne reflète pas la réalité sur terrain.  Les pays africains qui se sont organisés pour choisir le Burundi sont convaincus que ce dernier est paisible. Ce qui montre qu’ils veulent justifier et montrer à la communauté internationale que la vie continue au Burundi. « S’il y avait insécurité comme on le dit, il n’y aurait pas moyen d’organiser un tel tournoi », dit-il. Ce tournoi qui concerne des jeunes vient à point nommé car ce sont ces mêmes jeunes qui sont le plus connectés au monde par Internet. Les mauvaises  informations qu’ils ont sur le Burundi ne les ont pas empêchés de venir. 

Blandine Niyongere

Ouvrir