Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ART > Les atouts du théâtre vus par les acteurs

Créer un espace de discussion et de débat

 

DSC01189Lors de la conférence de presse sur le festival de théâtre Buja sans tabou le jeudi 29 mars 2018, les acteurs se sont exprimés sur les atouts du théâtre. Le plus important est de créer un espace de discussion et de débat.  

 

Selon la prénonmée Hyguette, une actrice, « on s’exprime librement au théâtre ». Abondant dans le même sens, un autre acteur a souligné que cette liberté d’expression est préservée même pour les spectateurs. « On considère notre rôle comme un vecteur de cohésion et de sociabilité entre les gens. Notre but n’est pas de dire aux gens comment penser ou de leur dire cela est bon ou mauvais. Nous sommes là pour leur dire qu’il faut penser et que c’est important de penser», a indiqué Freddy Sabimbona. Il a expliqué que l’autre rôle du théâtre est de briser le tabou. « Qu’est-ce qui se passe en brisant le tabou ? On en parle, il y a une discussion. Le but n’est pas de provoquer ou de choquer, mais de créer un espace de discussion et de débat. Que la parole puisse avoir toute son importance dans notre société», a-t-il dit. Il a souligné qu’après avoir vu une pièce de théâtre, les réactions des spectateurs diffèrent. « Il y a des gens qui peuvent aimer et qui peuvent ne pas aimer. L’important pour nous est qu’on puisse en parler et aller en profondeur des choses, qu’on ne s’arrête pas à la surface, mais qu’on aille dedans, qu’on mette le doigt là-où même des fois ça peut faire mal. Le but n’est pas que ça fasse mal, mais qu’on puisse en parler.», a souligné M. Sabimbona. Il a expliqué que c’est pour cette raison qu’après chaque pièce, il est créé un débat avec le public. « C’est le public qui a la parole. Il peut nous dire, j’ai aimé ou je ne suis pas d’accord», a-t-il mentionné. 

Il permet de parler des interdits

Le théâtre permet aussi d’aborder les faits en faisant ce qu’ils ont appelé le «no comment». «No comment parce qu’on n’arrive pas à trouver les mots adéquats pour qualifier un événement, une situation qui dépasse l’entendement. No comment encore une fois parce que rien n’est éternel ou que tout est voué à l’échec quoi qu’on fasse», a dit l’acteur prénommé Romain. Sheilla Inangoma, référent au théâtre intitulé «Umugore n’umugabo», a indiqué que grâce au théâtre, on peut parler des interdits de la culture burundaise notamment la sexualité. 
Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir