Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUSIQUE> Entretien avec un jeune musicien burundais

«Je produis de la musique gospel et moderne »

 

DSA 007L’artiste musicien et compositeur, Prince Tuombemungu, pense qu’il n’y a pas d’incompatibilité dans ses productions dont les unes sont du gospel et les autres sont profanes.  Il justifie en disant que  l’Eglise évolue dans la société. Avec la musique profane, il est tout simplement question de composer des chansons qui cadrent avec la morale sociale. Ses productions tournent autour de cinquante, dont dix du gospel.  

 

Le quotidien « Le Renouveau» s’est entretenu, le lundi 8 janvier 2018,  avec un jeune artiste musicien, Prince Tuombemungu,  sur ses productions.  D’après lui, il n’est pas seulement artiste musicien, mais aussi compositeur de la musique gospel. Il a à son actif plusieurs productions audio-visuelles. Il a déjà produit une cinquantaine de chansons dont dix dans le domaine religieux. Les plus célèbres sont « Tucheze tucheze », « Indusoko kulu kulu »(langue Zulu) et « Sitakuacha ». Il vient de sortir une chanson intitulée « Turwanye igiturire ».  A la question de savoir comment il concilie la musique gospel et la musique profane, notre intervenant a fait remarquer qu’il fait partie de la chorale « Maradufu ya ushindi» de l’Eglise Trinité Libre de Jabe. Il appartient également au groupe « Prince Band » dont il est initiateur. De cette manière, il organise des karaokés lors des cérémonies de mariage. Les chrétiens trouvent leur compte et les non chrétiens trouvent le leur également. Il a exclu l’idée de l’incompatibilité entre la musique religieuse et la musique profane étant donné que l’Eglise évolue dans la société. Avec la musique profane, il est tout simplement question de composer des chansons qui cadrent avec la morale sociale. Il a profité de cette occasion pour préciser qu’il trouve son inspiration dans les versets bibliques et les faits observés au sein de la société. Sa dernière chanson s’appelle « La Chance ». Il participe à certains concerts. Il a donné l’exemple de « Pamoja Festival » qui avait été organisé à Karera Beach. Lui et son orchestre ont organisé un concert à l’Odéon Palace. Il n’a pas manqué de répondre à l’invitation de la compétition organisée par l’Olucome au cours de laquelle il a remporté le deuxième prix. 

Masta Shabani

Ouvrir