Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Avec une fille qui pratique le jeu de luttes associées

Les techniques d’immobilisation d’un adversaire par terre l’ont poussé à s’intéresser  à ce genre de sport

0abeaLa rédaction du journal Le Renouveau  s’est entretenue le samedi 23 décembre 2017 avec Marie-Rachelle Niyomukiza, une fille qui pratique le jeu de luttes associées, sur sa motivation à s’intéresser à ce genre de sport. Ce sont les techniques d’immobilisation d’un adversaire par terre.

Marie-Rachelle Niyomukiza  a informé qu’elle est ressortissante de la commune Songa de la province de Bururi. Elle a ajouté qu’elle joue aux luttes associées depuis 2014 pour le lycée Rumeza dans le club Kara, un des 4 clubs que compte la province de Bururi. Elle appartient à la catégorie des juniors, celle qui englobe les lutteurs ayant l’âge compris entre 18 et 20 ans.« Lorsque j’assistais à l’entraînement de luttes associées pour la première fois, j’ai été attirée par les techniques utilisées pour faire tomber l’adversaire par terre.  C’est ainsi que je suis entrée dans le club Kara. Je suis parmi ceux qui ont commencé  ce club et nous étions trois filles et un garçon, a précisé Mlle Niyomukiza. Elle a indiqué qu’ayant  toujours vaincu à la compétition nationale, elle a une vive ambition de participer aux compétitions internationales. 

Mlle Niyomukiza venait de gagner une compétition nationale de luttes associées organisée, le samedi 23 décembre 2017, en décrochant une médaille d’or. « J’ai raté edeux fois à participer au championnat d’Afrique. Pour la deuxième fois, j’ai raté, à la dernière minute, l’occasion d’aller représenter mon pays le Burundi au championnat d’Afrique qui s’est déroulé en Algérie alors que j’avais déjà eu le passeport. La Fédération burundaise de luttes associées (FBLA) m’a signifié qu’il n’y avait pas de moyens financiers pour me payer  le ticket d’avion et le séjour durant le championnat, s’est indignée Mlle Niyomukiza.Mlle Niyomukiza a conclu qu’en pratiquant la discipline de luttes associées, on découvre beaucoup de talents, on  entretient le corps, on prodigue de bons conseils utiles dans la vie de tous les jours. On a les occasions de découvrir d’autres provinces et pays pendant les compétions nationales et internationales.

 EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir