Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

JUDO> Championnat d’Afrique cadet et junior 2018

«La réussite de cet événement ne concerne pas uniquement la fédération, mais tout le pays »

 

New Picture 2Le Burundi accueille du 10 au 13 mai 2018, dans la capitale Bujumbura, le championnat d’Afrique cadet et junior de Judo. Les préparatifs, selon Valéry Manirakiza, président de la fédération burundaise de judo, avancent très bien. Il invite tout un chacun à donner sa contribution pour la réussite de l’événement. Suivez-le dans cet entretien qu’il a accordé au quotidien « Le Renouveau ».  

 

Le Renouveau : Monsieur le président, la fédération burundaise de judo a bénéficié de l’accord de principe d’abriter à Bujumbura, le championnat d’Afrique cadet et junior. A l’heure où nous en sommes, quel est l’état d’avancement des préparatifs.?

Valery Manirakiza : Au niveau des judokas, nous bénéficions du soutien du Comité national olympique (CNO) pour les entrainements qui se déroulent à notre satisfaction. Pour ce qui est des infrastructures, le ministère en charge des sports a favorablement accueilli les recommandations de l’inspecteur de l’Union africaine de judo et a promis de se mettre à l’œuvre pour aider la fédération. Au niveau de la présidence de la République, de la mairie de Bujumbura ainsi que des autres partenaires, les contacts avancent très bien.

L. R : Même s’il est encore tôt pour le demander, combien de pays ont confirmé leur participation à ce championnat ?

V. M : Ce championnat mobilisera en fait plus de trente-cinq pays avec un effectif de plus de trois cents judokas, et plus de cent cinquante officiels, et cela pendant une durée de dix jours. Plus de deux cents jeunes judokas burundais sont sollicités pour les préparatifs et au moins soixante -quatre vont officiellement représenter notre pays. Ce championnat trouve son importance sur le fait qu’il est qualificatif directement pour les Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires, la même année et indirectement pour les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020.

L. R : Quel est, d’après vous, l’impact de ce championnat pour notre pays?

V. M : Sur le plan social, l’organisation d’un tel événement est une aubaine pour notre pays en général et pour notre jeunesse, en particulier. Sur le plan économique, toutes les délégations auront à payer leurs visas pour l’entrée au Burundi, les hôtels seront complètement occupés de même que les restaurants et les marchands des objets d’art et autres.

L. R : Un inspecteur de l’Union africaine de judo était en visite au Burundi, du 17 au 19 août dernier. Quel avait été l’objectif de sa mission ?

V. M : Il a affirmé qu’il était venu pour accompagner le Burundi à pouvoir mieux organiser cet événement si utile sur tous les plans. 

L. R : Nous pouvons connaitre le constat qu’il a fait au terme de sa mission ?

V. M : Il a souhaité, en premier lieu, une réelle implication du gouvernement burundais car ce championnat, a-t-il dit, est beaucoup bénéfique sur tous les domaines de la vie du pays. Quand aux infrastructures sportives, il a approuvé les surfaces des compétitions dont la Fédération burundaise de judo dispose et a recommandé des modifications et des ajouts comme la construction des gradins VIP et publics ; le finissage de la salle d’échauffement en cours de construction et la construction des sanitaires appropriés. Un délai de soixante jours a été accordé pour la finition des travaux.

L. R : Votre message

V. M : Ce n’est pas seulement, la fédération de judo qui est concernée, mais c’est tout le pays, car ce sera la première fois que le Burundi organise un championnat continental. J’invite pour cela tout un chacun à donner sa contribution pour la réussite de cet événement.

Kazadi Mwilambwe 

Ouvrir