Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SPORT > Célébration à Gitega de la Journée olympique 2017

Sous le thème : « Le sport et la culture, vecteurs de la paix et du développement »

 

aaaqqsdgrze Différents clubs sportifs et culturels se sont rencontrés à Gitega le samedi 24 juin 2017 pour célébrer la Journée olympique 2017. Au-delà des manifestations sportives organisées, c’était aussi une occasion de célébrer la paix, l’unité, l’amour du prochain et surtout le fairplay.

 

 Le samedi 24 juin 2017, le Comité national olympique (CNO) du Burundi a organisé à Gitega les cérémonies marquant la célébration de la Journée olympique 2017. Plusieurs activités sportives étaient à l’ordre du jour et cela pour les genres masculins et féminins. Des matches de football, volleyball, basketball, handball, Sitting volleyball (pour les personnes vivant avec handicap), le tennis de table et plusieurs compétitions d’athlétisme et de karaté ont été organisés pour égayer le public.
La présidente du CNO, Lydia Nsekera, a vivement remercié le gouverneur de la province de Gitega qui a accepté que ces cérémonies se déroulent dans sa circonscription. Elle a ensuite rappelé que le sport est pratiqué par quiconque le veut : jeune, adulte et même par des personnes en âge avancé. Et d’ajouter que la célébration de cette journée est une occasion de démontrer les multiples avantages du sport. Elle n’a pas manqué de souligner que le sport est important pour la santé humaine, d’où le CNO encourage le sport pour tous, qui n’exclue personne, et même pour les personnes vivant avec handicap. C’est pourquoi, dit-elle, le CNO s’adjoint aux autres pays du monde pour célébrer cette journée olympique. Elle a enfin appelé les filles à dépasser les préjugés et à s’adonner davantage au sport.

Le sport est au service de la paix

De son côté, Evariste Ndayishimiye, président d’honneur du CNO, a lui aussi remercié la population de Gitega et la présidente actuelle de CNO pour son courage et son œuvre. Pour lui, le sport est la source de la joie. Comme le thème retenu le stipule bien, précise-t-il, le sport et la culture apportent la paix et le développement. « Là où le sport et la culture sont pratiqués, là abondent la joie et le bonheur. La paix est là. Vous avez remarqué vous-même comment les personnes vivant avec handicap elles-mêmes bondissaient de joie et cela grâce au sport et aux démonstrations culturelles ! Sachez bien, celui qui n’aime pas le sport et la culture n’a pas en lui la paix. Celui qui n’a pas en lui la paix n’est même pas venu se joindre aux autres ; cela veut dire alors qu’ici, nous avons tous la paix ».
M. Ndayishimiye a également dit que la célébration de cette journée lui rappelle les années 2004-2005 où des compétitions ont été organisées entre les anciens combattants, les forces régulières et les civiles. Ici, Evariste Ndayishimiye a dit que les résultats ont été très positifs. On a abouti au cessez-le-feu définitif. Car après les compétitions, les anciens combattants et les forces de l’ordre régulières s’embrassaient amicalement et partageaient un verre. Ce qui l’a poussé à réaffirmer que les compétitions sportives sont vecteurs de la paix et du développement.
M. Ndayishimiye a terminé son allocution en remerciant encore une fois la population de Gitega d’avoir répondu massivement à la célébration de la journée, l’ambassadeur de Chine au Burundi qui était présent aux cérémonies, sans oublier Lydia Nsekera pour sa bravoure. Il a saisi cette occasion pour demander à tous les Burundais de soutenir les sportifs et les clubs culturels nationaux pour qu’ils soient les premiers au niveau mondial.
Révérien Ndikuriyo, le président de la FFB a, quant à lui, indiqué que pour éviter que la population burundaise se livre à l’alcoolisme, il y a un projet urgent d’organiser de grandes activités sportives dans les communes. « Ainsi, le sport les retiendra et ils se distrairont », a-t-il souligné. Il n’a pas lui non plus oublié de remercier la province de Gitega pour son hospitalité.

JEAN Bosco NKUNZIMANA
(STAGIAIRE)

Ouvrir