Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE BURUNDAISE> L’importance multiforme de la vache

Elle est l’objet d’une grande considération

 

DSC 001Depuis longtemps, les Burundais étaient très attachés à l’élevage. Différents animaux domestiques étaient importants pour eux. Mais la vache était très particulière vue son importance multiforme. Cela est ainsi même aujourd’hui.

 

Au Burundi comme ailleurs, la valeur de la vache n’est pas négligeable en comparaison avec les autres animaux domestiques. Son rôle multiforme la rend si importante que celui qui parvient à en avoir une, surtout en milieu rural, est considéré comme riche. Même celui qui n’est pas capable de s’acheter la sienne s’adresse à celui qui en a beaucoup pour demander une à garder pour lui en vue d’entirer profit (kubitsa). Bien entendu, la grande partie de l’importance de la vache se remarque quand elle est vivante même si la viande est un des produits de la vache.
Plusieurs familles burundaises parviennent à se procurer de tout ce dont elles ont besoin grâce aux produits de la vache de son vivant. En vendant le lait et le fumier, on satisfait ses besoins. En premier lieu, le fumier est nécessaire pour la culture des vivres pour éviter la famine et les maladies conséquentes de la malnutrition. Ensuite, le lait est plus important pour la famille possédant la vache mais aussi pour l’entourage. Vue son importance dans la santé humaine, le lait sauve la vie des enfants qui perdent leurs mères étant très petits ou ceux dont leurs mères ne produisent pas de lait maternel suffisant. Non seulement les enfants, mais aussi les adultes en ont besoin parce que c’est un bon produit alimentaire.
Dans certaines régions du pays, ce sont les vaches qui servent de dot à l’occasion des mariages. Deux à trois vaches suffisent pour doter une belle fille. Cela montre que la vache est comparée à l’argent, donc à la richesse. Même dans les régions où on utilise l’argent pour la dot, des fois on vend des vaches pour pouvoir doter.

Cette grande importance accordée à la vache se remarque dans la vie quotidienne des Burundais. En dialoguant entre amis, dans les chansons traditionnelles ou dans les poèmes, des mots se rapportant à la vache sont très usités : « yampaye inka », «sabwe wampay’inka », «noyisasira Ruvuzo nkayorosa Birenzi », etc. Tout cela montre que la vache est beaucoup considérée dans la société burundaise.

Eric Sabumukama (Stagiaire)

Ouvrir