Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FOOTBALL> Entretien avec les supporteurs de l’équipe nationale

«Il ne faut jamais sous-estimer l’adversaire»

 

intamba2Le Burundi reçoit le Soudan du sud, le samedi 10 juin 2017 au stade Prince Louis Rwagasore de Bujumbura, pour le compte de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations Cameroun 2019. Un match dont tous les amoureux du ballon rond attendent la victoire de l’équipe nationale. Mais ces derniers demandent au staff technique et aux joueurs de ne pas sous-estimer l’adversaire.

 

Nous nous sommes rendus, le jeudi 1er juin 2017, au centre technique où l’équipe nationale poursuit ses entraînements qu’elle avait commencés depuis le 22 mai dernier, en vue de préparer ce match contre le Soudan du sud. Sur les huit joueurs évoluant à l’extérieur qui ont été convoqués, quatre étaient déjà à Bujumbura. Il s’agit de Selemani Ndikumana (Al Mesaiemeer, Qatar), Fréderic Nsabiyumva (Jomo Cosmos, Afrique du sud), Shassir Nahimana et Pierre Kwizera (Rayon sport Rwanda).
Les amoureux du ballon rond répondent nombreux à toutes les séances d’entraînement et souvent ils discutent, entre eux, sur le choix des joueurs, les qualités d’entraînement et osent même prendre le risque de comparer les deux équipes et donner parfois le plus de chances à celle du Burundi, laquelle, selon eux, est plus expérimentée et compte beaucoup de joueurs de renom international.
Nous avons fait parler quelques personnes et presque toutes convergent sur trois éléments : le choix des joueurs présélectionnés, le respect de l’adversaire, mais aussi la position de la presse dans tout cela.

L’absence de Saido Ntibanzokiza est une énorme perte pour les Hirondelles

A propos du choix des joueurs, nos interlocuteurs disent que la liste des joueurs convoqués n’est pas tellement mauvaise, mais qu’ils déplorent l’absence de certains joueurs. Ils ont notamment cité le cas de Saido Ntibazonkiza, qu’ils considèrent comme une grande perte non seulement pour le football, mais aussi pour le pays. Selon eux, ils ne comprennent pas comment le sélectionneur pourra expliquer les absences de Tambwe Amissi (l’un des meilleurs buteurs du championnat tanzanien), de Papy Faty, Abassi Nshimirimana (l’ex-joueur de Bujumbura city qui évoluerait au Mozambique) ou encore du gardien Arthur Arakaza, qui actuellement évolue dans le championnat ougandais.
Pour les autres, ils ne sont pas d’accord sur le fait que le sélectionneur se soit basé beaucoup plus sur les joueurs des équipes de l’intérieur du pays se méfiant de ceux de Bujumbura qui ont une grande expérience des compétitions internationales. Ils ont poursuivi en disant que le football burundais ne peut pas aller loin si on laisse de côté ceux qui ont le mérite.
Les autres ont tout simplement demandé à l’entraineur de prendre ses responsabilités, car, en cas de victoire ou de défaite, c’est lui qui répondra en premier lieu, aux questions. « Attendons voir », ont-ils conclu.

L’équipe du Soudan du sud mérite le respect

Tous ceux qui se sont exprimés ont demandé à notre staff technique ainsi qu’à nos joueurs le respect de l’adversaire. Pour eux, l’équipe du Soudan du sud se déplacera à Bujumbura avec les ambitions de défendre les couleurs nationales. L’expérience, ont-ils indiqué, trouve sa note à la fin du temps règlementaire du jeu.
Au classement de la Fédération internationale de football association (Fifa) du mois d’avril 2017, le Burundi est à la 141e place, alors que le Soudan du sud occupe la 154e position. Cela, ont-ils indiqué, n’explique pas automatiquement que le Burundi a déjà gagné le match.

Les commentaires de la presse sont toujours nécessaires

Les autres se demandent pourquoi la presse reste silencieuse et n’aide pas du tout les amoureux du ballon rond à dénoncer certaines choses qui ne contribuent pas au développement de notre football. « Notre souhait est de participer à une des phases finales de la Coupe d’Afrique des nations »
Au courant de la semaine, nous approcherons le sélectionneur national ainsi que quelqu’un de la fédération pour leurs réactions.
KAZADI MWILAMBWE

Ouvrir