Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

AIPS> Sa contribution dans la promotion de la presse sportive

Elle est très prépondérante

 

DSC 2541L’Association internationale de la presse sportive (Aips) a un grand rôle à jouer dans la promotion du journalisme sportif comme le dit Riccardo Romani, le mentor italien qui fait partie du comité exécutif de ladite association. 

 

Dans un entretien  accordé au quotidien d’informations, Le Renouveau, Riccardo Romani a fait savoir que le rôle de l’Aips dans la promotion du journalisme sportif est prépondérante. «L’exemple illustratif est le programme « Young reporters » organisé en faveur des jeunes. A travers ce programme, les jeunes reporters apprennent beaucoup de choses qui leur permettent d’acquérir une grande expérience. Cela constitue un grand atout dans la promotion des médias respectifs de ces jeunes reporters et surtout les journalistes sportifs. L’Aips a  une influence remarquable dans l’enseignement des principes  du journalisme sportif et elle compte continuer à donner tout le nécessaire pour que la presse sportive se développe davantage, a-t-il expliqué»M. Romani a indiqué que durant les trente dernières années, il n’y avait pas de journalisme sportif comme tel. Mais le monde a changé et a forcé les journalistes à être dans une variété de sujets qui ne leur permet pas de rester dans un petit territoire. « Normalement si un journaliste veux écrire sur le football, il  doit  être informé sur l’aspect financier du football, l’aspect légal du football quand il parle des transferts et les droits  des joueurs. Cela est un grand changement qui a été enregistré dans le  journalisme sportif comparativement à la situation au cours des années antérieures. La technologie s’est développée et les gens pensent que la technologie et les medias sociaux sont la fin du journalisme parce que tout le monde peut être journaliste juste à travers le téléphone, mais, d’autre part,  cette dernière a donné au journalisme un aspect de professionalisme qui n’existait pas longtemps avant».Selon le mentor  italien, il ne suffit pas d’écrire un article n’importe comment et se dire qu’on est journaliste. Il faut plutôt savoir quoi faire et comment bien le faire en suivant les règles du métier. « L’Aips  prône l’indépendance et la liberté dans l’exécution du métier. Ce sont des preuves qui montrent que ce qu’on a appris est en train d’être mis en œuvre. C’est vrai, le journalisme a besoin de l’éthique et de la déontologie mais pour le moment, c’est comme une créature de 5 ans. Avec la nouvelle technologie, nous espérons qu’il y aura une évolution remarquable», a-t il conclu.   

Olivier Nishirimbere

Ouvrir