Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ART ET CULTURE > Groupe «Dushigikire amahoro» de la commune Mwumba

Il participe au développement communal à travers ses chansons

 

DSC 0474«Dushigikire amahoro» est un groupe culturel des femmes de la commune Mwumba de la province de Ngozi. Selon la responsable de ce groupe dans un entretien qu’elle a accordé au journal Le Renouveau, le groupe joue un grand rôle dans le développement de la commune et dans le renforcement de la culture.

 

Jeanne Ndayisaba, responsable du groupe «Dushigikire amahoro» a indiqué que le groupe a commencé ses activités en 2005 et qu’il a cinquante (50) membres. En tant que femmes, elles font tout pour trouver le temps de faire des répétitions sans négliger leurs tâches familiales. Les chansons du groupe portent sur la culture, le développement et la sensibilisation sur la santé. La responsable du groupe a indiqué que parmi les membres, il y a des compositrices et que grâce à elles, le groupe utilise ses propres compositions. Mme Ndayisaba a fait savoir qu’il y a des membres qui ont été remplacés compte tenu de leur âge mais qu’ils continuent d’assister le groupe notamment dans l’encadrement des nouveaux membres du groupe. Elle a salué l’appui de l’administration communale aux groupes culturels surtout en ce qui concerne l’octroi des uniformes.
 

Le groupe s’organise pour toucher un grand nombre de gens

Notre interlocutrice a expliqué que le groupe, à travers ses chansons, contribue au développement de leur commune et au renforcement de la culture.  Elle a expliqué qu’en plus de contribuer à l’accueil des hautes personnalités en visite à Mwumba, le groupe fait des visites au niveau collinaire pour que les conseils contenus dans ses chansons touchent un grand nombre de gens. Elle a souligné qu’en observant le comportement des jeunes notamment en ce qui concerne l’habillement et le comportement en général, elles ont fait le constat que les mœurs burundaises régressent. Il y a donc, selon Mme Ndayisaba, un besoin de conseiller les nouvelles générations et le groupe va s’y atteler dans ses prochaines productions.La responsable du groupe a fait savoir que la collaboration avec les médias contribue à la conservation de leurs chansons. Elle a donné l’exemple d’une de leurs chansons sur l’indépendance du Burundi qui a été enregistrée à la Radio-télévision nationale, il y a 5 ans et qui passe toujours sur les ondes de cette station.             

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir