Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE> La fête va bientôt commencer pour les amoureux du ballon rond

A moins de quarante-huit heures des cérémonies d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations Egypte 2019, tout le continent africain vibre à l’image de cette compétition. Les vingt-quatre équipes qualifiées sont déjà sur place en Egypte et sur les médias, on accorde beaucoup de temps, que d’habitude, à cet événement sportif. Dans les bureaux tout comme dans les ménages, la grande partie des discutions tourne autour du football.

 

Au moment où les supporters sont en train de chanter, de crier et de faire des commentaires à haute voix, les sélectionneurs, quant à eux, sont en train de passer des heures très difficiles car la grande responsabilité est sur leurs épaules. Ils sont obligés de mettre en place des stratégies de jeu contre leurs adversaires et d’analyser les points forts et faibles de chaque équipe. « La victoire appartient aux joueurs et la défaite à l’entraîneur » comme on aime le dire après les matchs. Les joueurs essaient de se concentrer sur leurs adversaires jusqu’à ce que quelques-uns parmi eux n’ont plus l’appétit de manger.Toutes les vingt-quatre équipes attendent cette date du 21 juin, pour l’ouverture du tournoi mais elles oublient déjà que le 2 juillet, huit équipes auront fermé leurs valises pour rentrer à la maison avant les autres. Mais, cela n’explique pas la fin de la fête car les seize équipes qui vont continuer vont entrer dans une autre dimension où la défaite sera égale à l’élimination. Quelles seraient les explications des uns et autres au moment ou les gouvernements ont mis tous les moyens pour que leurs équipes arrivent plus loin..Le sélectionneur des Hirondelles du Burundi, Alain Olivier Niyungeko, avait déclaré avant leur départ pour le Qatar, dans le cadre des préparatifs, que son équipe arrivera plus loin, sans rien préciser. Il sait pourquoi il a dit cela mais si nous suivons les autres sélectionneurs, ils ne font que dire le même langage.Les pronostics, qui fusent de partout, accordent beaucoup de chance à certaines équipes d’arriver dans le dernier carré comme l’Egypte (le pays hôte), le Sénégal, la Tunisie, le Nigéria, l’Algérie. La seule chose, à laquelle on peut croire est que le football va rouler pour toutes les équipes et que les meilleurs vont gagner.La fête commence, ce vendredi 21 juin au Caire, la capitale égyptienne où il est annoncé la présence de plusieurs chefs d’Etat africains et des artistes africains pour les cérémonies d’ouverture. Le Burundi y sera représenté par le président du Sénat, RévérienNdikuriyo.

Kazadi Mwilambwe

Ouvrir