Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SCULPTURE> Entretien avec un vendeur d’objets d’art sur son mode de vie

Même en l’absence des touristes, il reçoit d’autres clients

 L’emploi  à l’Etat est devenu un problème chez beaucoup de jeunes gens et adultes. Alors qu’il y a certains qui terminent leurs études et préfèrent rester à la maison, il y en a d’autres qui ont trouvé un moyen d’investir dans d’autres métiers pour faire face au chômage. Emmanuel  Ngarura est un vendeur d’objets d’art  qui s’est entretenu le jeudi 21 mars 2019, avec « Le Renouveau » sur son mode de vie, au moment où les touristes ne sont plus nombreux. 


Emmanuel Ngarura, un vendeur d’objets d’art  métalliques que la rédaction a trouvé au quartier Rohero sur l’Avenue de la JRR dans la place connue sous le nom d’Athénée primaire, nous a parlé de son mode de vie. « Les touristes ne sont plus nombreux comme par le passé. Ils viennent rarement mais quand ils achètent l’on est satisfait », raconte M. Ngarura.Les autres clients sont surtout ceux du gouvernement qui veulent orner leurs salles de réunion ou des salles où ils accueillent leurs visiteurs. Les autres clients sont des Chinois de la religion protestante qui veulent l’ornement des salles de prière ainsi que leurs maisons, les personnes venues au Burundi pour passer des vacances qui vont retourner à l’étranger et qui s’apprêtent à montrer la beauté de notre pays à l’étranger, les personnes qui vont faire les cérémonies de remise de dot pour le cadeau du conjoint ainsi que d’autres qui veulent embellir leurs propres maisons», explique-il.

C’est un métier qui permet l’auto subvention

M. Ngarura indique qu’il a commencé le métier de vendre ces objets il y a quatre ans. Au commencement, c’était difficile du fait que les clients se limitaient à de simples visites. «Mais cela ne l’avait pas découragé et aujourd’hui, il y a un léger mieux.Il a fait savoir que c’est un métier qui lui permet de subvenir aux besoins fondamentaux de sa famille. Il lance un appel vibrant aux autres gens de s’inspirer de son expérience.

Irène Niyongabire(Stagiaire

Ouvrir