Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Papy Faty> Lettre posthume

Grand champion Papy Faty

 00000Papy Faty, joueur de l’équipe nationale du Burundi « Intamba », est décédé subitement sur le terrain en accomplissant son devoir. Voici l’intégralité d’une lettre lui adressée à titre posthume. 
Ta disparition nous a profondément attristés, affligés. Papy, grand artisan du succès national dans la campagne sportive africaine a flanché, dans la fleur de l’âge et près du but, la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations édition 2019.Tu n’es point le premier ni le dernier à tomber. Les accidents du genre sont légion dans le sport de haut niveau. Après le cas Vivier Foë du Cameroun, voici 16 ans, la presse en compte une cinquantaine.Tu ne seras donc pas sur le terrain en Egypte, au coup d’envoi contre le Nigéria. Seule une image planera avec tes partenaires, les flamboyants « Hirondelles », arborant une échappe noire en ton hommage après une minute de silence.C’est donc ton « coaching » qui va les allumer et les sublimer, fidèles à tes variations de jeu et tes longues ouvertures dignes d’un excellent demi relayeur en transition offensive.Tel fut ton rôle qui a suscité tant d’admiration parmi les supporters au Burundi (St Etienne, Inter star), au Rwanda, en Turquie, en Hollande, en Afrique du sud et en Swaziland, où tu as rendu ton âme.Le chef de l’Etat, premier supporter des « Intamba mu rugamba», dans son message de condoléance, a exprimé sa consternation: « Ses pensées et prières vont à la famille et aux amis ».Les médias sociaux nous ont présenté ta brave mère résidant à Kanyosha, ta sœur et ton mignon garçon. Puissent ces messages de soutien vibrer dans cette place béante laissée dans la famille.Grand champion, tu te savais en danger mais tes soucis de santé restaient loin derrière ton pays natal à qui tu t’es donné sans ménagement. C’est que toute chirurgie du mal impliquait tes vacances voire ton abdication de porter haut les couleurs nationales. Mais tu as tenu bon et tu es tombé sur le champ d’honneur en faisant ton devoir.Que la jeunesse burundaise trouve en toi un exemple de bravoure et de patriotisme.  Et que le « Tout Puissant » t’accueille au paradis dans l’équipe des anges.

Ancien journaliste du RenouveauLouis Ruzoviyo

Ouvrir