Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ATHLETISME> Championnat national

Pour chercher les ambassadeurs qui vont représenter le pays dans différentes compétitions

 

IMG 1002La Fédération burundaise d’athlétisme a organisé le dimanche 31 mars 2019 le championnat national d’athlétisme au Stade Olympa Africa. L’objectif principal de cette activité était de sélectionner les meilleurs athlètes qui vont représenter le pays dans différentes compétitions qui sont organisées dans les jours à venir. 

 

Le président de la Fédération burundaise d’athlétisme Dieudonné  kwizera  dit Muvuduka a fait savoir que le travail qui venait d’être mené avait commencé dans différentes régions du pays où on a sélectionné les meilleurs athlètes au niveau des régions. «  Ceux qui se sont  classés au niveau des différentes régions du pays (nord, sud est et ouest) se sont rencontrés ici dans le cadre du championnat national pour bien-sûr sélectionner les meilleurs athlètes qui vont représenter le Burundi dans différentes compétitions d’athlétisme organisées au cours de l’exercice 2019. Les compétitions sont nombreuses. Il y a la compétition de la zone V dans la Confédération d’athlétisme au niveau de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) qui va se tenir au Rwanda ; le championnat d’Afrique pour les enfants de moins de 20 ans et ceux de moins de 18 ans, ceux qui vont nous représenter au championnat mondial qui va se dérouler au Qatar (Doha)et ceux qui vont représenter le pays aux jeux africains de la jeunesse qui vont se dérouler au Maroc », a dit Dieudonné  kwizera. Il a ajouté  qu’il est satisfait des minimas faits par ces athlètes car dit-il, ils ont risqué de battre le record de Ntahimpera, un record qui venait de passer 20 ans à 100 m. Les minimas à 1 500 m et 3 000 m étaient aussi satisfaisants. Cela montre que le niveau de nos athlètes est en train de monter. «Nous allons essayer d’organiser beaucoup de compétitions pour permettre à nos athlètes de bien se préparer et monter leur niveau davantage».  Il n’a pas manqué de signaler que la fédération  fait face  à beaucoup de difficultés, soit liées au manque de moyens financiers et soit au manque d’infrastructures. «  Nous avons un problème sérieux de manque de moyens financiers, car, par exemple, le travail d’aujourd’hui nous a pris à peu près de 10 millions de francs burundais mais  nous tenons à remercier les sociétés qui nous ont sponsorisés. Il s’agit de la Bancobu et du Comité global. Aussi la question des infrastructures hante l’athlétisme burundais. Nous n’avons qu’un seul stade qui a les mesures internationales. Les autres n’ont pas de mesures reconnues internationalement. Au paravent, on se servait du Stade prince Louis Rwagasore, mais pour le moment nous ne l’utilisons plus. » signalons que les trois premiers dans chaque discipline étaient primés. Le premier recevait 50 000 FBu, le second,        30 000 et  le troisième 20 000.

Le Burundi se classe 5è au Cross country mondial

Le Burundi vient de se classer 5è au Cross country mondial qui s’est déroulé au Danemark.  C’est une classification historique parce que c’est la première fois le Burundi occupe cette place en athlétisme. Rodrigue Kwizera, un des athlètes qui étaient allés représenter le pays a fait savoir qu’il salue la place que le Burundi a décrochée. « Mes sincères remerciements s’adressent premièrement à la Fédération burundaise d’athlétisme qui nous a envoyés. Je tiens à remercier aussi les athlètes avec les lesquels nous étions partis. Ils se sont donné corps et âme pour que  notre pays ait la place qu’elle a occupée. Ce n’était pas facile parce que la distance que nous devrions parcourir était difficile. Il y a Thierry Ndikumwenayo qui s’entraîne en Espagne, il y a moi Rodrigue Kwizera, il y a Olivier Irabaruta et le prénommé Onesphore. Nous avons essayé de bien défendre les couleurs du drapeau national. »                                                                                    

Olivier Nishirimbere

Ouvrir