Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMISSION FEMME ET KARATE> Célébration de la Journée internationale de la femme

Organisation d’un entraînement d’ensemble et démonstration publique

 

IMG 1512La commission Femme et karaté organisera un entrainement d’ensemble et une démonstration publique ,  le dimanche 10 mars 2019, au Dojo national de Judo à partir de 10h. L’objectif principal de l’organisation de cet événement est de célébrer la Journée internationale de la femme. 

 

Dans un entretien qu’Ornella Bukeyeneza, présidente de ladite commission, a accordé à la rédaction du Renouveau, elle a fait savoir que cet événement sera organisé sous le thème : « Le savoir faire des femmes au service de la lutte contre les violences ». Mme Bukeyeneza indique que les femmes ont les mêmes talents que les hommes, donc c’est pour cette raison qu’il faut qu’elles apprennent à se défendre en cas de besoin. « Les femmes sont vulnérables. Elles subissent des violences   surtout sexuelles. Si elles apprennent le karaté en particulier ou les autres arts martiaux en général, il leur sera facile de s’auto défendre. Nous avons organisé ce geste aussi pour montrer au public ce dont les femmes sont capables. Il y a beaucoup de gens qui pensent que les femmes ne peuvent rien en matière de karaté alors que  c’est archifaux.  Cet événement sera organisé exclusivement pour toutes les femmes de tous les clubs affiliés à la Fédération burundaise de karaté (Febuka), mais nous n’allons pas écarter nos frères karatékas ou amateurs du karaté nous leur demandons de venir nous soutenir», a expliqué Mme. Bukeyeneza. Elle a ajouté que l’organisation d’un événement pareil exige beaucoup de moyens, mais les entraineurs des clubs vont faire leur mieux pour chercher les moyens de déplacement et les frais de séjour pour leurs athlètes. « C’est vrai la fédération nous soutient, mais  il faut qu’il y ait l’initiative des clubs. »Ornella Bukeyeneza a profité de cette occasion aussi cruciale pour évoquer les difficultés que les femmes karatékas rencontrent souvent dans la société. Elle dit que les femmes qui pratiquent le karaté ne sont pas encouragées. « Les gens de l’entourage nous critiquent en disant que les femmes qui pratiquent le karaté ne sont pas pudiques mais c’est le contraire. Aujourd’hui, le mouvement olympique exige le même nombre pour les hommes et pour les  femmes et nous espérons que cela va beaucoup nous aider. »

Olivier Nishirimbere

Ouvrir