Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Berahino> Un buteur burundais à Libreville

Il a porté haut le drapeau national

 A Libreville, Berahino a  montré qu’il était prêt à souffrir pour son pays natal. Il a prouvé que désormais rien n’est impossible pour le Burundi. Et la star européenne d’Arsenal en Angleterre, le gabonais Aubameyang buteur aussi à Libreville et appelé pour la circonstance, ne dira pas le contraire. 
Le but de Berahino requiert du talent et du sang-froid. L’on savait en effet que quand notre « Intamba » déploie ses ailes, la défense adverse est foudroyée, le gardien mis à genoux et le but immanquable ! Du détail, il a embarqué dans son envol deux défenseurs à bâbord ensuite à tribord (tenez-vous bien) et bat imparablement dans l’angle pourtant fermé par le gardien Gabonais Evono rempart de tout « Paris football club». Tel est le style Berahino qui avait été placé sur la liste des sélections nationales anglaises des jeunes. Appelé ensuite en seniors, heureusement pour le Burundi, il n’a pas joué car la loi est catégorique. Merci à la Fifa d’avoir accepté la demande de notre « Intamba », l’hirondelle de printemps porteuse d’espoir pour la jeunesse footballistique burundaise ! Le nom Berahino, c’est comme pour ainsi dire : il ne suffit pas d’être doué, il faut être un chevalier capable de défendre les couleurs nationales : Berahino, Beraburundi, Berumuryango ! L’international gabonais, Serge, meilleur« distributeur » en Suède, interrogé pour sa modeste prestation contre le Burundi à Libreville, arguant à Stockholm (Hammarby) son genou souffrant. Hum ! C’était sans savoir qu’il avait à ses trousses un certain Bigirimana, un milieu du Burundi très solide évoluant en Ecosse. La prochaine échéance c’est le 12 octobre et 16 octobre respectivement à Bamako et Bujumbura ! Les Burundais de Bamako sont-ils prêts pour applaudir nos « Intamba » tel qu’il en fut le cas à Libreville ? Un homme averti en vaut deux. A voir notre « Intamba » Berahino dans ses irrésistibles accélérations, il n’est pas rare d’être sujet aux troubles visuels pour cause de ravissement ! 

Louis Ruzoviyo

(Ancien journaliste au Renouveau)

Ouvrir