Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Natation> Etat des lieux

Une évolution positive s’observe

 

DSC00196Une équipe sélectionnée de vingt athlètes par la Fédération burundaise de natation s’entraîne régulièrement à la piscine de l’Entente sportive. Ils vont constituer une équipe nationale de la fédération. Ces nageurs se préparent pour les compétitions qui auront lieu au mois d’août, d’octobre et de décembre pour la clôture de l’année. 

 

Selon Salvator Ndikumagenge, directeur technique à la Fédération burundaise de natation, cela fait deux mois que ces athlètes se préparent à ces différentes compétitions, et l’évaluation (par une compétition) se fera au mois d’août. « A voir les chronos et leurs techniques, il y a une évolution positive ». Un seul nageur burundais, Belly chresis Ganira participe actuellement aux Jeux africains de la jeunesse qui se déroulent en Algérie jusqu’au 30 juillet. Cet athlète va aussi représenter le Burundi aux Jeux olympiques de la jeunesse.

Des compétitions interscolaires sont organisées

La natation commence à évoluer car ladite fédération a pu organiser cette année des compétitions interscolaires pour les élèves de 8 à 12 ans. Seize écoles de Bujumbura y ont participé. Cette fédération a aussi organisé récemment via le ministère en charge de l’éducation, la troisième édition du championnat interscolaire de natation, depuis la 7e année jusqu’en 1ere année. « Il y a eu une forte participation. Le résultat voulu n’est pas encore atteint mais on se cherche encore, et on est en train d’évoluer », a précisé M. Ndikumagenge. Quatre provinces à savoir Gitega, Ngozi et Muyinga ont  également participé à cette édition interscolaire.La natation est un sport qui se pratique dans des endroits particuliers. Pour cela, le problème majeur rencontré par la Fédération burundaise de natation est le manque de piscines par rapport aux terrains réservés à d’autres disciplines. Si on avait au moins trois piscines, on pourrait faire mieux. Avec une seule piscine, c’est la surcharge, a-t-il déploré. Les enfants s’entraînent dès le plus jeune âge. Cinq clubs sont affiliés à la Fédération burundaise de natation.
Yvette Irambona

Ouvrir