Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CULTURE>Concours des Batimbo de la mairie de Bujumbura

L’ équipe Ruciteme de la zone Buyenzi s’est distinguée

 

aaaqsdgth Le vendredi 7 juillet 2017, le ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture a organisé au Musée visant un concours des Batimbo de la mairie de Bujumbura dans le but de sélectionner les meilleurs groupes de tambourinaires qui vont participer à la semaine dédiée aux tambours prévue en novembre 2017. Tous les groupes de tambourinaires ont eu une enveloppe en guise d’encouragement.

 

 Le festival était rehaussé par l’assistant du ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture, Raymond Niyonkuru; directeur géneral de la Jeunesse, Nathalie Miburo . Il a commencé avec un long défilé de huit équipes de tambourinaires de la mairie de Bujumbura dont Akayazwe, Batimbo Percution Magique,Birenzi vya Ntare, Komezakaranga, Amagaba, Ndangakaranga, Intatana et Ruciteme. La commission qui constituait le jury pour évaluer la performance des groupes devait suivre les critères suivants : l’originalité du tambour, la saveur tambour , le respect du timing, l’accoutrement des tambourinaires et la façon dont ils s’alignent ainsi que leur sortie et entrée de la piste.
Dans son discours, Raymond Niyonkuru, l’assistant du ministre a fait savoir que c’est la troisième fois qu’une telle compétition est organisée après que l’Unesco ait classé le tambour à la première place au monde entier, ce qui constitue une très grande richesse pour le Burundi. C’est le Burundi seul qui a des groupes de tambourinaires les plus expérimentés au monde.

Donner la valeur au tambour burundais

Il a invité tous les tambourinaires burundais à continuer à donner au tambour la valeur qu’il mérite, signe d’honneur pour le pays. Il a invité aussi tout le public à toujours donner la valeur au tambour en particulier et à la culture burundaise en général. Et d’ailleurs, c’était le thème du jour celui d’inviter les Burundais à renforcer la culture et les mœurs burundaises. Raymond Niyonkuru a en outre prodigué des conseils à l’un ou l’autre groupe qui ne serait pas sélectionné de garder le courage parce que leur tour viendra. Signalons à toutes fins utiles que la première place a été occupée par le groupe Ruciteme de Buyenzi, suivi par Akayazwe, Birenzi vya Ntare , Amagaba et Komezakaranga de la zone Kamenge. Ce sont les cinq groupes qui vont représenter la mairie de Bujumbura dans la compétition qui va se tenir à Gitega au mois de novembre 2017.

OLIVIER NISHIRIMBERE

 

ENTRETIEN> Etat des lieux du commerce à la Gare du nord après le déménagement de parking

Les commerçants comptent s’installer ailleurs suite au manque du clientèle

 

aaxxdsgf Après le déménagement du parking de la Gare du nord vers le marché de Ngagara II dit cotebu, a dit le commerce est perturbé. La clientèle qui, en grande partie était constituée de passagers qui montent vers l’intérieur du pays, a sensiblement diminué. Les commerçants enregistrent de lourdes pertes que certains songent s’installer ailleurs.


 La rédaction du journal Le Renouveau s’est entretenue le jeudi 6 juillet 2017 avec quelques commerçants de la Gare du nord sur l’état des lieux de leurs affaires après le déménagement du parking vers le marché de Ngagara II. Suite aux pertes enregistrées dans ces quatre jours, certains disent qu’ils vont bientôt fermer ou chercher un autre endroit où ils peuvent s’installer.
Les commerçants qui ont investi dans les restaurants ont indiqué que leurs clients étaient des passagers qui descendent des bus provenant de l’intérieur du pays, ceux qui attendent monter les bus, les rabatteurs ainsi que les vendeurs ambulants. « Depuis ces trois jours, je n’ai encore pas eu une somme que je réalisais dans la demi journée auparavant. Je compte réduire le nombre des serveurs parce qu’ils n’ont plus rien à faire », a fait savoir un des commerçants.
Certains des vendeurs des pièces de rechange des véhicules ont indiqué que leurs ventes ont fortement chuté. Les véhicules en panne qui nécessitent une petite réparation, les mécaniciens les réparent à la queue en attente de leurs tours de charger les passagers. Ils ont informé qu’ils sont concurrencés par d’autres vendeurs déjà installés au marché de Ngagara II.
Ceux qui vendent des petits articles comme de l’eau, des beignets, des pains, des cartes de recharge des téléphones etc, grognent suite au déménagement du parking. Un d’entre eux a signalé que les ventes réalisées durant ces trois derniers jours ont chuté de plus de la moitié du gain réalisé auparavant.
Le revenu journalier de tous ces différents types de métiers a fortement diminué alors que la plupart des commerçants ont dit qu’ils gagnent la vie au quotidien grâce à ces métiers. Certains pensent à joindre leur clientèle vers où elle a déménagé, mais se heurtent au manque de place, au coût énorme d’installation et à la récupération difficile d’avance sur les loyers.


Ezechiel Misigaro

 

Page 1 sur 157

Ouvrir