Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

VIE CHRETIENNE> Place de l’autre


L’autre, un don, un chemin conduisant au paradis

 

Durant la période précédant la fête pascale, des retraites sont organisées sur toute l’étendue de l’Eglise catholique ; c’est un moment crucial pour tout chrétien catholique. C’est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à la Pâques, donc à la Résurrection, à la victoire du Christ sur la mort. C’est dans ce cadre que le recteur du Petit séminaire de Kanyosha, l’abbé Louis Mbazumutima, a insisté sur la place de l’autre dans la vie chrétienne, lors de la retraite de la chorale.

Paraphrasant le pape François, l’abbé Mbazumutima a dit que l’autre est un don, et un chemin qui conduit vers le Ciel. L’autre nous permet d’intensifier la vie de l’esprit grâce à la relation que nous entretenons avec lui.

Est-ce un péché d’être indifférent à mon prochain ?

Pour le recteur, tout péché prend ses racines dans les relations que nous entretenons avec nos sœurs et frères. Il a évoqué la parabole du pauvre Lazare et celle de l’enfant prodigue.
La parabole du pauvre Lazare commence avec la présentation des deux personnages principaux : le riche et le pauvre Lazare.
Ce dernier y est décrit de façon plus détaillée : il se trouve dans une situation désespérée et n’a pas la force de se relever, il gît devant la porte du riche et aurait aimé manger les miettes qui tombent de la table du riche sans y parvenir. Son corps est couvert de plaies que les chiens viennent lécher (cf. Evangile de Luc, 16, 19-21). C’est donc un tableau sombre d’un homme humilié.
La scène apparaît encore plus dramatique si l’on considère que le pauvre s’appelle Lazare : un nom chargé de promesses, qui signifie littéralement «Dieu vient en aide». Ainsi ce personnage ne reste pas anonyme mais il possède des traits bien précis : il se présente comme un individu avec son histoire personnelle. Bien qu’il soit comme invisible aux yeux du mauvais riche, il nous apparaît connu et presque familier, il devient un visage; et, comme tel, un don, une richesse inestimable, un être voulu, aimé, dont Dieu se souvient.

 

asdfgj Lazare nous apprend que l’autre est un don. La relation juste envers les personnes consiste à reconnaître avec gratitude leur valeur. Ainsi, le pauvre devant la porte du riche ne représente pas un obstacle gênant, mais un appel à la conversion. La première invitation que nous adresse cette parabole est celle d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre, car toute personne est un don, autant notre voisin que le pauvre que nous rencontrons dans les rues. Nous devrons ouvrir la porte à ceux qui sont dans le besoin et reconnaître en eux le visage du Christ. Chacun de nous en croise sur son propre chemin. Toute vie qui vient à notre rencontre est un don et mérite de l’accueil, du respect et de l’amour.
Le message du pape François au début du carême nous rappelle que la Parole de Dieu nous aide à ouvrir les yeux pour accueillir la vie et l’aimer, surtout lorsqu’elle est faible. Mais pour pouvoir le faire, il est nécessaire de prendre au sérieux également ce que nous révèle l’Évangile au sujet de l’homme riche.

 

 

 

Le mauvais usage de l’argent peut rendre aveugle

La parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare met en évidence les contradictions entre les deux personnages. Le mauvais riche, contrairement au pauvre Lazare, ne possède pas de nom, il est seulement qualifié de « riche ». Son opulence se manifeste dans son habillement qui est exagérément luxueux. La pourpre en effet était très précieuse, plus que l’argent ou l’or, c’est pourquoi elle était réservée aux divinités (cf. Jr 10,9) et aux rois (cf. Jg 8,26). La toile de lin fin contribuait à donner à l’allure un caractère quasi sacré. Bref la richesse de cet homme est d’autant plus excessive qu’elle est exhibée tous les jours, de façon habituelle. On aperçoit en lui, de manière dramatique, la corruption du péché qui se manifeste en trois moments successifs: l’amour de l’argent, la vanité et l’orgueil.
La parabole nous montre ensuite que la cupidité rend le riche vaniteux. Sa personnalité se réalise dans les apparences, dans le fait de montrer aux autres ce qu’il peut se permettre. Mais l’apparence masque le vide intérieur. Sa vie reste prisonnière de l’extériorité, de la dimension la plus superficielle et éphémère de l’existence.
Le niveau le plus bas de cette déchéance morale est l’orgueil. L’homme riche s’habille comme un roi, il singe l’allure d’un dieu, oubliant d’être simplement un mortel. Pour l’homme corrompu par l’amour des richesses, il n’existe que le propre moi et c’est la raison pour laquelle les personnes qui l’entourent ne sont pas l’objet de son regard. Le fruit de l’attachement à l’argent est donc une sorte de cécité : le riche ne voit pas le pauvre qui est affamé, couvert de plaies et prostré dans son humiliation.
En regardant ce personnage, on comprend pourquoi l’Évangile est aussi ferme dans sa condamnation de l’amour de l’argent : «Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent» (Mt 6,24).

Face au mal de l’autre, être miséricordieux

azqsde Le Fils prodigue est l'une des paraboles de Jésus, également appelée parabole du Fils perdu, ou de l'Enfant prodigue ; on lui préfère quelquefois le titre de Père miséricordieux, Fils retrouvé, ou parabole du Père et des deux fils... Cette parabole est l'image du retour de la brebis égarée, et aussi de la repentance.
La parabole met en scène trois personnages : le père ; le fils aîné, qui suit les commandements de son père ; et le deuxième, le fils prodigue qui, lassé, part à la découverte du monde.
Après avoir dilapidé sa fortune, il se retrouve sous le joug d'un autre maître, plus dur, qu'il finit par abandonner pour retourner vers son père riche et doux. Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu'il revint et s’approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. Il appela un des serviteurs et lui demanda ce que c'était. Ce serviteur lui dit : ton frère est de retour, et, parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. L’abbé Mbazumutima attire l’attention des fidèles sur le comportement du fils aîné qui n’a jamais désobéi à son père, mais qui est attristé par le retour de son petit frère. Il nous arrive également de nous rendre à la messe chaque matin, mais de ne pas reconnaître la valeur de notre prochain. On oublie que la recherche de notre bonheur passe par celle de l’autre.

Le bonheur de l’autre nous est bénéfique

Pour le pasteur Flory Kazingufu, représentant légal du Réseau des églises missionnaires du Christ, il ne devrait pas y avoir de barrières sociologiques entre les humains qui sont tous créés à l’image de Dieu. Pour lui, l’autre est l’incarnation de Dieu. L’inconnu ne lui fait pas peur, c’est une opportunité de se découvrir et de découvrir de nouveaux horizons. L’autre le comble de joie. C’est un instrument que Dieu utilise pour sa promotion et sa perfection face aux défis de la vie.
Aimer le prochain (1Jean 4 :7) et prier pour ses ennemis (Mt 5 :44), dimension ontologique super et supra naturelle de l'autre dans la vie. Cela se démontre dans nos relations de chaque jour. On ne peut pas prétendre aimer Dieu, prier ou servir Dieu sans faire autant à autrui que nous rencontrons au sortir de notre maison chaque jour.

Yolande Nintunze
Département de la Documentation

 

 

 

 

 

ASSOCIATION DES FEMMES INTWARI> Assistance à une famille de la commune Mabayi victime d’un écroulement d’une montagne


Des vivres et des matériels variés lui ont été offerts

 

aqsddev L’association des femmes Intwari est composée par les anciennes femmes combattantes et des épouses des anciens combattants. Elle a procédé dernièrement à l’assistance à une famille de la commune Mabayi en province de Cibitoke, victime d’un écroulement d’une montagne suite aux pluies diluviennes, à Mabayi. Les membres de cette association ont aussi procédé à l’échange des vœux de nouvel an et à la célébration de la Journée internationale de la femme.

 

 Sur la colline Gafumbegeti de la commune Mabayi en province de Cibitoke, la famille de Bosco Ndagijimana a perdu cinq enfants et tous les biens matériels suite à un écroulement d’une montagne provoqué par des pluies diluviennes. Cela s’est produit dans la nuit du 16 mars 2017.
Après avoir entendu cette triste nouvelle, l’association des femmes Intwari n’a pas croisé les bras. Elle a commencé à collecter ce qui pouvait aider cette famille victime du catastrophe naturel. L’association des femmes Intwari a pu donner à cette famille des vivres, comme le riz, les haricots, les poissons secs, l’huile de palme et de coton et des grains de maïs. En plus de cela, cette famille a reçu des savons de lessive, des gobelets, des bassins, des houes, des couvertures, des ustensiles, des assiettes et des pagnes. L’association a aussi donné de l’argent à cette famille pour pouvoir se procurer d’autres choses dont elle a besoin. Au nom de la présidente de l’association Angeline Ndayubaha qui était empêchée, la vice-présidente Solange Nkurunziza a promis à cette famille que l’association continuera à leur venir en aide.
De retour à Bujumbura, les membres de ladite association ont échangé des vœux de nouvel an tout en célébrant aussi la fête internationale de la femme. Dans son discours de circonstance, Angeline Ndayubaha , présidente de l’association a fait savoir que tout cela a été possible grâce à Dieu tout puissant . « Puisque nous sommes encore vivantes, c’est une bonne fête pour nous », a-t-elle dit.

Evelyne Habonimana (Stagiaire)

 

COMMENTAIRE> Quid des jeunes diplômés sans expérience !

Il existe actuellement un grand nombre de jeunes diplômés en quête d’emplois. Ils sont d’un côté pourvus de diplômés dans les différents domaines de la vie, mais sans expérience. D’un autre côté, il y a des entreprises ou des sociétés qui offrent des emplois à travers divers canaux de communication en posant des conditions qui sont de nature à décourager ces jeunes diplômés. 

Pour ces entreprises, il ne suffit pas d’être détenteur d’un diplôme, mais encore exigent-elles quelques années d’expérience allant souvent de 5 à 10 ans. Les jeunes diplômés se voient dès lors écartés de ces offres étant donné qu’il leur manque cette expérience. Pourtant, ces offres répondent bel et bien aux filières suivies par ces jeunes. Ils sont à cet effet plongés dans un chômage prolongé de telle manière qu’ils continuent à dépendre de leurs parents qui ont de surcroît investi beaucoup de moyens pour leurs études.
Une alternative serait de penser à entreprendre leurs propres projets. Ils sont également limités à ce stade par le problème des moyens financiers qui ne sont pas que très rarement disponibles.
Et s’il est vrai qu’il existe des jeunes entrepreneurs qui réussissent dans leurs projets, il n’en demeure pas moins vrai que cela nécessite une certaine base financière ; l’idée d’entrepreneuriat n’évolue pas dans la mesure où on ne peut pas la mûrir dans le vide.
Il faut qu’il y ait une personne nantie qui accepte de cautionner le projet pour soutenir tel ou tel groupe de jeunes diplômés. Sinon, les moyens financiers ne pourraient que provenir de leurs parents respectifs en associant, dans la mesure du possible, d’autres jeunes qu’ils estiment capables.
Une question nous hante : comment des jeunes diplômés pourraient-ils acquérir de l’expérience sans qu’ils aient une fois travaillé ? Par principe, l’on acquiert de l’expérience après avoir travaillé. C’est pour cette raison qu’il nous semble plausible que les entreprises ou les organisations internationales puissent privilégier le culte du test d’autant que certains jeunes diplômés sans expérience sont plus performants qu’on ne le croit.
Il suffit de les mettre à l’épreuve pour montrer la visibilité de leurs talents.

Masta Shabani

 

CENI> Point de presse

Sur l’ouverture de la campagne électorale pour l’élection sénatoriale partielle en province de Muramvya

 

aaaaqsfj La vice-présidente de la Commission électorale nationale indépendante(Ceni), Annonciate Niyonkuru, a animé le vendredi 14 avril 2017, un point de presse sur pour annoncer de l’ouverture de la campagne électorale pour l’élection sénatoriale partielle de la province de Muramvya.


 La vice-présidente de la Ceni a fait savoir que le président de la République a signé le 16 mars 2017, le décret n°100/46 portant convocation du collège électoral à l’élection sénatoriale partielle en remplacement de l’honorable Célestin Ndayizeye, élu dans la circonscription de Muramvya. Elle a indiqué que les préparatifs pour cette élection sénatoriale partielle avancent normalement. La Ceni a déjà reçu les dossiers des candidats qui ont voulu entrer en compétition. Il s’agit des candidats du parti CNDD-FDD représenté par Claver Nduwimana et Fébronie Nizigiyimana et du parti Pajude représenté par Pascal Nkunzumwami et Gilbert Ngendakuriyo. Ainsi, les insignes de ces partis qui seront utilisés pour les bulletins de vote lors de cette élection ont été déjà déposés à la Ceni. Mme Niyonkuru a rappelé que la période de dépôt de candidatures a été clôturée le 5 avril 2017.

La campagne va se dérouler du 18 avril au 1er mai 2017

La vice-présidente de la Ceni a révélé que le président de la République a signé le décret n° 100/68 du 5 avril 2017 portant ouverture de la campagne électorale pour l’élection sénatoriale partielle en remplacement de l’honorable Célestin Ndayizeye. Et l’article 1 de ce décret indique que cette campagne est ouverte le 18 avril 2017 de 6 h à 18h, et elle va se clôturer le 1er mai 2017. Toute propagande en dehors de cette période fixée est interdite. L’article 2 de ce même décret souligne que seuls les partis politiques dont les dossiers de candidatures ont été reçus et approuvés par la Ceni sont autorisés à organiser des réunions électorales.
Mme Niyonkuru a précisé que toute réunion électorale est soumise à l’obligation d’une déclaration préalable auprès de l’administrateur communal au moins 24 h à l’avance. Le collège électoral pour cette élection sénatoriale partielle est composé par les membres des conseils communaux de la province de Muramvya de la législature 2015-2020. Concernant l’élection, elle aura lieu le 4 mai 2017 au chef-lieu de cette province.

Fidès Ndereyimena

 
Ouvrir