Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

RELIGION> Célébration de la fête du Saint Sacrement par les corps de défense et de sécurité

Le président de l’Assemblée nationale a salué l’unité qui règne entre ces corps

 

DSC 1513Les chrétiens catholiques membres des corps de défense et de sécurité  ont célébré la fête du Saint Sacrement à la paroisse militaire Christ-Roi située au quartier Kinanira III, le dimanche 23 juin 2019 à Bujumbura. Les cérémonies ont été rehaussées par la présence du président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda qui était l’envoyé spécial du chef de l’Etat. 

 

Les chrétiens de l’Eglise catholique du Burundi se sont joints à ceux du monde entier pour célébrer la fête du Saint Sacrement le dimanche 23 juin 2019. Quant aux corps de défense et de sécurité, les cérémonies ont eu lieu à la paroisse militaire Christ-Roi située à Kinanira III. Les cérémonies étaient présidées par l’archevêque émérite Evariste Ngoyagoye.Dans son homélie, l’archevêque Ngoyagoye a fait savoir que Jésus est venu mettre en application la prêtresse de Melchisedek quand il a offert le vin et le pain à Dieu. La célébration de l’Eucharistie vient de Jésus Christ. Ce dernier a utilisé ce symbole pour annoncer qu’il sera malmené jusqu’à être pendu sur la croix. C’est pour cette raison qu’il nous a offert son corps pour nous sauver, a dit l’archevêque Ngoyagoye. Actuellement, nous continuons à célébrer l’Eucharistie pour emboiter le pas à Jésus Christ, a-t-il ajouté.Dans son discours, le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, qui était l’envoyé spécial du président de la République, a salué l’unité qui règne entre les corps de défense et de sécurité. En plus de cela, M.Nyabenda a salué le fait que les corps de défense et de sécurité se prosternent devant Dieu. Comme vous avez choisi de mettre Dieu en avant, rien ne vous sera impossible, a-t-il ajouté.Selon M. Nyabenda, Jésus Christ a voulu rester avec nous dans des symboles qui ne nous font pas peur. A quelques mois des élections générales de 2020, le président de l’Assemblée nationale a demandé aux corps de défense et de sécurité de bien faire leur métier en cette période en assurant la sécurité pour tout le monde.

Il est demandé aux militaires de rester sereins.

Bien avant le président de l’Assemblée, le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Emmanuel Ntahomvukiye a remercié le chef de l’Etat qui ne cesse de soutenir les corps de défense et de sécurité. La célébration de la fête du Saint Sacrement par les corps de défense et de sécurité sous l’égide des autorités de l’Eglise catholique, c’est un signe éloquent qui montre une très bonne collaboration entre le gouvernement et l’Eglise catholique, a dit M. Ntahomvukiye.Les deux ministères en charge de la défense et de la sécurité, a fait remarquer M.Ntahomvukiye, feront tout leur mieux pour que les aumôneries aillent toujours de l’avant. Il a promis aux militaires que leur ministère sera toujours à leur côté.  M.Ntahomvukiye a clôturé son discours en demandant aux militaires de rester toujours sereins en évitant de prêter une oreille attentive à ceux qui voudront les diviser. Quant au secrétaire permanent au ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes, il a demandé avec insistance aux policiers d’éviter d’offrir à Dieu ce qu’ils ont pillé. Il sied de noter que la célébration eucharistique a été clôturée par une longue procession en l’honneur du Saint Sacrément à laquelle le président de l’Assemblé nationale et les autres autorités présentes ont participé.

Martin  Karabgega

 

Ministère de l’Intérieur>Retour au bercail des réfugiés burundais

Ils rentrent de bon gré compte tenu de la paix qui règne au pays

 

DSC02722La paix qui règne partout au Burundi pousse les réfugiés à rentrer de bon gré. Cela ressort d’un entretien qu’a accordé, le jeudi 20 juin 2019, à la rédaction du journal Le Renouveau, l’assistant du ministre de l’Intérieur de la formation patriotique et du développement local, Tharcisse Niyongabo. 

 

Dans cet entretien, Tharcisse Niyongabo, a reconnu l’existence des réfugiés burundais dans les pays voisins. Il a rappelé que les portes sont grandement ouvertes et que les mains restent tendues à tous les réfugiés qui, de leur gré, désirent rentrer. « Qu’ils viennent partager avec nous tous les bienfaits de notre chère patrie ».Cependant, il a démenti l’insécurité rapportée dans certains camps de la Tanzanie. « La sécurité y est garantie et nous travaillons en franche collaboration avec la Tanzanie», a-t-il affirmé. Il a ajouté que ceux qui rentrent de la Tanzanie ne fuient pas l’insécurité mais que leur retour est dû à leur propre volonté.Il a également dénoncé une mauvaise attitude du Rwanda en ce qui concerne le retour volontaire des réfugiés burundais. « La Tanzanie ne cause aucun problème. Par contre, le Rwanda  empêche même les réfugiés burundais qui souhaitent rentrer», a-t-il regretté.

Tous les mardis et jeudis sont désormais réservés à l’accueil des réfugiés burundais

M. Niyongabo a fait savoir que chaque semaine, mardi et jeudi, le Burundi  en collaboration avec le HCR, accueille les réfugiés venus des pays limitrophes. Concernant les défis auxquels se heurtent ces réfugiés, surtout la faim qui sévit ainsi que certaines familles et les enfants qui ne maîtrisent pas la langue maternelle, Tharcisse Niyongabo a indiqué que que le gouvernement leur donne un Kit retour qui leur permettra de survivre pendant trois mois et leur accorde un accès à tous les services sociaux. Pour ceux dont leurs maisons ont été détruites, le gouvernement burundais leur accorde des tôles et des houes pour qu’ils s’adonnent aux activités champêtres. Il a invité les Burundais en exil à ne pas perdre leur culture et d’enseigner d’abord leurs enfants la langue maternelle.

Moïse Nkurunziza

 

COUR ANTI-CORRUPTION> Regideso

Un ex-directeur général condamné pour favoritisme

 

L’ex directeur général de la Régie de production et de distribution d’eau et d’électricité (Regideso) est pour le moment devant la justice anti-corruption. Le parquet près la Cour anti-corruption l’a poursuivi pour infraction de favoritisme et l’a condamné à une année d’emprisonnement alors que les deux autres directeurs ont été acquittés.  

 

La Cour anti-corruption vient de déclarer établie l’infraction de favoritisme  à charge du prévenu, l’ex-directeur général (DG) de la Regideso et actuellement cadre de la BNDE, J.Nz. En conséquence  elle  l’a  condamné  à  une année de servitude pénale principale et à 50 000 FBu d’amende. Par contre, la Cour a déclaré non établie à charge des prévenus Dieudonné Ndayisenga, ex-directeur administratif et financier (Daf) et Wilson Tangishaka,  ex-directeur de l’Electricité de la même institution respectivement l’infraction de favoritisme et la complicité au favoritisme et les a acquittés par conséquent.En se basant sur l’article 59 de la loi de 2006 portant mesures de prévention et de répression de la corruption et des infractions connexes, le ministère public a déclaré qu’il a poursuivi J.Nz. et Dieudonné Ndayisenga pour avoir, à Bujumbura, en leurs qualités respectives de DG et DAF au cours de l’année 2018, procuré des intérêts injustifiés à la quincaillerie Hyssein Kanamuri et à l’entreprise EHHYCO en leur attribuant des marchés en violation des dispositions légales et réglementaires régissant les marchés publics. Pour Wilson Tangishaka, le ministère public a indiqué qu’il l’a poursuivi pour avoir, en sa qualité de directeur de l’électricité à la Regideso en dates du 18 janvier  et 15 février 2018, aidé les prévenus susmentionnés à commettre l’infraction de favoritisme en fractionnant les bons de réquisition du marché de fourniture des câbles pré assemblées. Le ministère public a expliqué qu’après une enquête menée à ce sujet, il a été découvert que deux marchés, celui de la fourniture des câbles pré assemblées et celui de la construction de la clôture du bureau régional de la Regideso  à Ngozi n’ont pas respecté la procédure de passation des marchés publics. Il a précisé que tout s’est produit  après que la direction générale de la Regideso a décidé d’installer une ligne électrique à Vyerwa en commune et province de Ngozi et de clôturer son bureau régional de Ngozi. Il a mentionné que pour les cas des câbles pré assemblées, la direction générale de la Regideso a passé ce marché suivant la procédure de gré à gré sans motif et sans autorisation de la direction nationale de Contrôle des marchés publics. Il a renseigné que la procédure  de tous les bons ont suivi le processus  normal jusqu’à ce que  le marché soit fractionné par le DG pour contourner la procédure d’appel d’offres et se retrouver ainsi dans l’assiette des seuils lui autorisés pour passer  un marché de gré à gré. « En date du 24 janvier 2018, le DG et le directeur de l’Electricité ont signé quatre bons de commande de câbles pré-assemblées d’un montant de 8 750 000 FBu alors qu’il devrait être un seul bon de commande d’un montant de 35 000 000 FBu », a-t-il ajouté. Le ministère public a requis contre J.Nz. un an de  servitude  pénale  principale  et de 50 000 FBu  d’amende et d’une peine de six mois  de servitude pénale principale et 25 000 FBu d’amende contre le prévenu     Wilson Tangishaka.

Aucun préjudice subi par la Regideso

Tous les prévenus avaient plaidé non coupable. Dans sa défense, J.Nz. disait que tout a été fait dans la légalité absolue. Il a précisé néanmoins que tous ces marchés étaient urgents. Il s’est expliqué en affirmant qu’il n’a jamais donné aucune instruction en vue du morcellement des marchés et qu’il ne peut pas être poursuivi sur base de rumeur. Pour conclure, il a indiqué que tous les travaux ont été bien exécutés et que la Regideso n’a subi aucun préjudice. Il a demandé ainsi à la Cour de l’acquitter car étant innocent.


Les bons d’acquisitions proposés n’ont pas été pris en considération 

S’expliquant sur les accusations du parquet général près la Cour, le prévenu Dieudonné Ndayisenga a fait savoir que depuis sa nomination à la Regideso, tous les marchés urgents sont fractionnés pour éviter les appels d’offres ouverts.  Il a précisé qu’il a agi dans l’intérêt supérieur de la nation  car Vyerwa devait être éclairé  en raison des matchs de Cecafa et la clôture du bureau régional de Ngozi devait être construite pour protéger la propriété de la Regideso contre les gens malveillants qui voulaient s’approprier une partie de ladite propriété. Quant à Wilson Tangishaka, il a déclaré qu’après avoir évalué le matériel nécessaire sur demande du DG, il a établi deux bons d’acquisition mais que sa proposition a été rejetée par la DG et au lieu de deux, quatre bons ont été établis. Il a ajouté qu’il ne peut être accusé de complicité alors que les bons d’acquisition qu’il avait établis  n’ont été pris en considération.Après plusieurs motivations légales, la Cour a affirmé que le prévenu ex-DG J.Nz. a procuré à la quincaillerie Kanamuri Hussein et à l’entreprise EGHYCO des avantages injustifiés en leur attribuant des marchés en violation  des dispositions légales et réglementaires régissant les marchés publics d’où ledit arrêt. 

Vincent Mbonihnakuye

 

REGIDESO> Mise en place d’un centre d’écoute pour le traitement rapide des doléances

Trois numéros verts à la disposition de la clientèle

 

IMG 0506La Régie de production et de distribution d'eau et d'électricité du Burundi (Regideso) dispose désormais d’un centre d’écoute pour le traitement rapide des doléances de sa clientèle. Trois numéros verts sont ouverts à tous les clients qui désirent demander ou fournir les informations. 

 

Le centre d’écoute pour le traitement rapide des doléances de la clientèle est une innovation de la Regideso qui vient d’être mis en place pour faciliter sa clientèle à présenter leurs doléances et conseils.Selon les informations recueillies auprès de la direction générale de la Regideso,  ce centre dispose de trois numéros téléphoniques verts  à savoir le  164, 168 et 169. Tout client de la Regideso qui le désire peut appeler audits numéros du lundi au vendredi de 7heures 30 à 18 heures et pendant les week-ends de 8 heures à 14heures. D’après la même source, la Regideso a déjà accueilli pas mal de clients à travers ce centre d’écoute. Certains clients demandent des informations nécessaires en rapport avec l’orientation dans différents services de la Regideso. Les autres annoncent des cas de fraudes, de pannes, de fuites d’équipements de l’eau et d’électricité, la demande de factures et bien d’autres informations. Ces doléances sont traitées rapidement après leur réception. L’appréciation de la part de la Regideso est satisfaisante par rapport à la mise en place de ce centre.

Augmenter les heures d’écoute

Innocent Nakumuryango, abonné de la Regideso rencontré à la Direction commerciale a fait savoir qu’il n’était pas au courant de l’existence du centre d’écoute. Il trouve néanmoins que c’est une bonne initiative de créer un tel centre d’autant plus qu’il favorise les clients à demander et à fournir des informations sans présence physique sur le lieu.La plupart des clients demandent l’augmentation des heures d’écoute même après les heures de travail. A cette préoccupation, la Regideso promet d’effectuer plus d’améliorations en vue de satisfaire ses clients. Cela est d’autant plus vrai qu’elle compte, prochainement, recevoir les doléances 24 heures sur 24 heures.

Eric Mbazumutima

 

 
Ouvrir