Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

TEMOIGNAGE> Un élève qui a arrêté la consommation de la drogue

Un ouf de soulagement pour toute sa famille

 

La consommation de la drogue est devenue monnaie courante en milieu scolaire. Grâce aux interventions des encadreurs et l’existence de clubs anti drogues dans les écoles, certains élèves ont pu arrêter la consommation de la drogue et donnent des témoignages afin d’inciter les autres à faire de même.   

 

Dans son témoignage, E.K., un élève qui a arrêté de consommer la drogue, a fait savoir que les mauvais compagnons sont parmi les premières causes de la consommation de la drogue en milieu scolaire. Il a indiqué qu’il a commencé à consommer la drogue comme un jeu mais il ne se rendait pas compte que les conséquences seront énormes car, l’arrêt de cette consommation a été un long processus, a-t-il dit. Et il a souligné qu’en général, les clubs antidrogues dans son école l’ont aidé dans l’arrêt de la consommation. E.K. a précisé que lorsqu’on est en train de consommer la drogue, on éprouve de la force surnaturelle. C’est pourquoi les élèves ont l’habitude de la consommer souvent dans la période des examens ou des tests. Mais le problème est qu’ils ne réalisent pas les conséquences de cette consommation. Car, parmi les facteurs qui entraînent  les élèves à consommer la drogue, il y a une influence négative et des croyances erronées sur les bienfaits de la drogue dans l’assimilation de la matière. Il a souligné qu’en réalité, la consommation de la drogue a un impact négatif sur toute la famille. Et il a précisé que l’arrêt de la consommation de la drogue  a été un ouf de soulagement pour toute sa famille. Notre source a précisé qu’il a avait l’habitude de voler de l’argent à la maison et d’autres objets précieux. Cela dans l’optique de trouver de l’argent pour acheter de la drogue.  Et cela a fait qu’il était toujours en conflit avec ses parents et cette situation le poussait à consommer de la drogue davantage. Maintenant qu’il a arrêté de consommer la drogue, tout le monde s’en réjouit.   E.K. a conseillé tous les jeunes surtout les élèves qui n’ont pas encore consommé  la drogue de ne jamais penser à la consommer car c’est un poison qui tue en silence. A ceux qui l’ont déjà consommée, il a conseillé d’arrêter avant d’arriver au stade de la dépendance.Aux parents, il a conseillé d’éviter les conflits entre leurs enfants car ces conflits peuvent être à l’origine de la consommation de la drogue.

Fidès Ndereyimana

 

SOCIETE> Le rôle des parents dans l’apprentissage des travaux ménagers à leurs enfants

La part des parents est inestimable

 

Les parents jouent un rôle important dans l’éducation de leurs enfants. En effet, la famille est le lieu où s’acquiert l’éducation de base et pour qu’une famille marche bien chacun doit faire sa part de travail. Suite à ce qui précède, il est avantageux de faire participer les enfants aux tâches ménagères dès le jeune âge.  

 

Dans l’entretien que Léocadie Ndayishimiye et Yvette Ndenganyo ont accordé à la rédaction du quotidien Le Renouveau le lundi le 1er avril 2019, elles estiment que la part  des parents dans l’apprentissage des travaux ménagers à leurs enfants est inestimable. D’après Mme Ndayishimiye, les parents devraient apprendre aux enfants à faire les travaux ménagers dès le bas-âge sans distinction  car c’est un  bon moyen de les aider à devenir responsables dans l’avenir.  De plus, s’exprime-t-elle, il est très important d’amener les enfants à aimer les tâches ménagères et de leur inculquer la collaboration dans l’exécution de ces dernières. « Les avantages sont notamment l’estime de soi ; l’enfant devient indépendant et responsable », renchérit Mme Ndayishimiye. Mme Ndenganyo, quant à elle, fait savoir que la période des vacances est le moment idéal d’apprendre aux enfants à exercer de tels travaux domestiques. De plus, l’interlocutrice continue en disant que c’est bien de familiariser l’enfant à participer aux travaux ménagers  sans pour autant lui donner des travaux lourds, en commençant par lui assigner de petites tâches réalisables  en fonction de son âge. « Par exemple, apprendre à l’enfant à laver ses habits, à laver la vaisselle, faire la propreté de son corps, de sa chambre, etc », explique-t-elle. Egalement, il peut s’avérer nécessaire de motiver l’enfant sans pour autant en faire une habitude, de le féliciter et de l’encourager, a dit Mme Ndenganyo. Vous saurez que si l’enfant est associé dès son bas âge à exercer des tâches ménagères, l’impact sera positif sur sa vie. Celui-ci apprendra à ne dépendre de personne et à organiser son temps.

Joy Kamariyagwe (stagiaire)

 

APADECO> Don de légumes à l’orphelinat officiel de Bujumbura

Pour accomplir un acte de charité

 

DSC06973L’Action pour la paix et le développement communautaire (Apadeco), a offert un don de légumes d’amarantes à l’orphelinat officiel de Bujumbura situé au quartier Jabe, le 04 avril 2019. 

 

Dans son interview à la presse, le président et représentant légal de l’Apadeco, Fabien Bimenyimana, a fait savoir que le geste qu’il venait de poser  est un acte de charité. Nous avons voulu partager ce dont nous disposons avec ces enfants des plus démunis, a-t-il dit. Cette association a donné à cet orphelinat tout un champ d’amarantes prêt à être consommé.Cette association a posé le même acte à l’Ecole technique de Kamenge (ETS). M.Bimenyimana a précisé que l’Apadeco va continuer à donner ces légumes à d’autres groupes de personnes vulnérables se trouvant à Bujumbura. Cette association cultive les amarantes dans le but de lutter contre les maladies liées à la malnutrition mais aussi pour renforcer la quantité de légumes produites dans la municipalité de Bujumbura.Comme les légumes n’ont pas une longue durée de vie, l’Apadeco  est en train d’approcher les gens qui ont de l’expérience dans la conservation des légumes afin de pouvoir les  aider dans le but de les utiliser plus tard, a dit M.Bimenyimana. Le représentant légal de l’Apadeco demande au gouvernement et aux autres institutions qui travaillent dans le domaine de la lutte contre la pauvreté  d’assister les associations qui sont à l’œuvre afin de les accompagner.Comme l’a indiqué le délégué de l’orphelinat officiel de Bujumbura, Elysée Karorero, la joie est totale au sein de cet orphelinat grâce à ce don. Les légumes constituent un aliment que l’on mélange avec d’autres aliments pour équilibrer l’alimentation. M. Karorero a vivement remercié l’Apadeco qui a pensé à cet orphelinat et l’encourage à penser à d’autres orphelinats car c’est un acte louable.Nous nous sommes habitués à acheter les légumes tous les jours, raison pour laquelle nous allons passer quelques jours sans les acheter aux marché, a dit M. Karorero. En plus de cela, les enfants vont manger ces légumes en abondance, pas comme celles achetées au marché. M. Karorero a enfin demandé aux autres associations travaillant dans le domaine de l’agriculture de penser aux orphelins.

Martin  Karabagega

 

COMMUNE MUHANGA> Lancement officiel du projet d’adduction d’eau potable par la Brarudi

Elle va donner accès à l’eau potable à plus de 16 500 ménages

 

DSC 0839L’entreprise Brarudi à travers «Heinkein Africa foundation», a procédé le mardi 2 avril 2019, aux ccérémonies officielles de lancement du projet « 108 Wash Kayanza 2018 » pour l’adduction d’eau potable dans les communes de Muhanga et Gahombo de la province de Kayanza. Lambert Nduwimana, administrateur de la commune Muhanga, a affirmé que ce projet constitue un appui indéniable dans le développement du pays et des populations bénéficiaires. 

 

Dans son mot d’accueil, M. Nduwimana, administrateur de Muhanga a d’abord remercié très vivement la Brarudi pour ce grand projet initié dans cette localité, qui vise le développement du pays en général et l’amélioration des conditions de vie et de la santé des populations bénéficiaires. Il a ensuite demandé aux responsables de ce projet d’impliquer la population de cette localité dans les différentes activités afin qu’ils puissent y tirer d’autres avantages. Quant au conseiller principal du gouverneur de Kayanza chargé du développement économique, il a informé qu’au moment où l’eau est l’un des éléments qui caractérisent le développement et joue un grand rôle dans l’amélioration de la santé des populations, la commune Muhanga est l’une des communes de la province de Kayanza qui souffre du manque criant d’eau potable.Il a ajouté que ce même projet s’inscrit dans la politique du gouvernement du Burundi de donner accès à l’eau potable à toute la population burundaise. A cela, il a affirmé que ce projet vient résoudre pas mal de problèmes à l’endroit des populations bénéficiaires, surtout ceux liés à la santé et à la distance qu’ils effectuent  pour trouver de l’eau.

Six réservoirs et huit bornes- fontaines vont être contruits

Exécuté par la société Burundi development impact (BDI), ce projet vise la construction de six réservoirs et huit bornes fontaines sur une distance de dix neuf kilomètres. Et plus de 16 500 ménages des collines de  Kanyundo, Gatozo, Masanze et Nzewe vont bénéficier de ce projet. Pour Sachat Rwamibango, représentant de Heinkein Africa foundation, que ce projet vient après d’autres projets d’adduction d’eau potable qui ont été exécutés dans certaines autres provinces du pays.  M. Rwamibango a également précisé que le lancement de ce projet d’adduction d’eau potable dans les différentes provinces du pays a été une meilleure occasion pour la Brarudi de contribuer dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Dans cette même perspective, il  a terminé en promettant qu’en plus de la distribution des boissons de différentes sortes, la Brarudi ne ménagera aucun effort pour soutenir le gouvernement du Burundi dans ses projets et programmes pour renforcer le développement du pays et de son peuple.
Avit Ndayiragije

 
Ouvrir