Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Zone Maramvya> Entretien avec une femme membre de l’association «Twiyunge »

Les associations contribuent beaucoup à la vie du ménage

 

Certaines femmes de la zone Maramvya, commune Mutimbuzi, province de Bujumbura s’organisent en associations afin de pouvoir survivre. Ces dernières contribuent beaucoup à la vie des ménages surtout ceux qui ont un niveau de vie moyen.

 

Dans un entretien avec Christine Ndagijimana, membre de l’association « Twiyunge », elle a fait savoir que son ménage vit grâce à  cette dernière. Avant d’adhérer à ladite association, la vie était très dure car elle n’avait aucun autre revenu. Les enfants ne pouvaient pas manger régulièrement comme il le faut. Quant aux adultes, ils mangeaient une fois par jour, le soir seulement.Mme Ndagijimana a indiqué qu’aujourd’hui, elle n’a pas beaucoup de problème, car elle peut s’acheter ce dont elle a besoin sans toujours tendre la main à son mari. Quand elle a adhéré à l’association, elle venait de gagner de l’argent dans les chantiers en construction où elle travaillait comme aide-maçon. Avec cet argent, elle a payé les cotisations jusqu’à une année. C’est à ce moment qu’elle avait droit au premier crédit. Ce dernier est remboursable progressivement. C’est grâce à ce  crédit qu’elle a pu louer un terrain pour cultiver le riz.Mme Ndagijimana a fait savoir qu’avec la première récolte du riz, elle a pu trouver un petit capital pour le petit commerce des produits vivriers. Aujourd’hui, les enfants trouvent ce dont ils ont besoin grâce au bénéfice de ce commerce. Au fur et à mesure que les cotisations augmentent au sein de l’association, elle peut avoir un crédit plus ou moins important.   Mme Ndagijimana lance un appel à d’autres femmes qui ne sont pas encore membres de telle ou telle autre association d’y adhérer le plus tôt possible. Les femmes, surtout celles à faible revenu ou femmes rurales, parviennent à s’autonomiser petit à petit grâce aux associations. Les femmes qui se regroupent en association jouent un rôle très important dans le développement de leur  ménage.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir