Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SECURITE ROUTIERE> Le non respect de la distance de sécurité requise pour un véhicule roulant derrière un autre

La police devrait ramener à l’ordre les récalcitrants

 

DSC 0415Le Code de la route est clair sur la distance de sécurité requise pour un véhicule circulant derrière un autre. Il reviendrait aux conducteurs de bien l’estimer  en vue d’éviter tout risque d’accident. Quand on sait qu’il existe des conducteurs de véhicules qui freinent ou s’arrêtent brusquement. Sinon, il serait mieux de se référer aux articles 319, 322 et 327 du Code de la route.     

 

La plupart des conducteurs de véhicules ne respectent pas la distance de sécurité suffisante pour pouvoir éviter une collision en cas de ralentissement brusque ou d’arrêt subit des véhicules  qui précèdent d’autres.  Le quotidien « Le Renouveau » l’a dernièrement observé lorsqu’il était le long de certaines artères de la municipalité de Bujumbura. Pourtant, quelques articles de la loi no 1/ 26 du 23 Novembre 2012 portant Code de la circulation routière est bien précis. Il s’agit particulièrement des articles 319, 322 et 327. En effet, l’article 319 stipule que      «Tout conducteur doit régler sa vitesse dans la mesure requise par la disposition des lieux, leur encombrement, le champ de visibilité, l’état de la route et du véhicule, pour qu’elle ne puisse être ni une cause d’accident, ni une gêne pour la circulation. Il doit en toutes circonstances pouvoir s’arrêter devant un obstacle prévisible». L’article 322 retient que « le conducteur d’un véhicule circulant derrière un autre véhicule doit laisser libre, derrière celui-ci, une distance de sécurité suffisante pour pouvoir éviter une collision en cas de ralentissement brusque ou d’arrêt subit du véhicule qui le précède. Cette distance est d’autant plus grande que la vitesse est plus élevée ». L’article 327 porte, quant à lui, sur « les véhicules exploitant le transport rémunéré des personnes qui ne peuvent dépasser la vitesse de 40 km/h en zone urbaine et 70 km/ h en zone interurbaine.Le constat est que bon nombre de véhicules violent ces dispositions. Mais il reste à savoir s’ils le font par ignorance ou par entêtement.  Le moins que l’on puisse dire est qu’il faut estimer la distance de sécurité suffisante pour plus de prudence au volant.

MASTA SHABANI 

Ouvrir