Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

TEMOIGNAGE> Un ex- prévenu sud-coréen s’exprime sur sa vie carcérale

« La formation sur l’éducation de la mentalité est importante »

 

DSC04239Grâce aux bons conseils d’un pasteur,  l’ex- prévenu Kim Kisung était parvenu à préparer son avenir après avoir passé 17 ans en prison. Il avait fait ce témoignage devant les détenus de la prison de Mpimba à l’occasion de l’ouverture de la formation sur l’éducation de la mentalité.  

 

Lors du lancement officiel de la formation sur l’éducation de la mentalité organisée par le ministère de la Justice et garde des sceaux en collaboration avec l’Ong     « International Youth Fellowship » en date du 21 février 2018, le chef de l’Institut pour l’éducation au changement de mentalité, Kim Kisung , a tenu à témoigner sur sa vie carcérale avant qu’il ne retrouve la liberté. A en croire ses propos, il a passé toute sa vie de jeunesse en prison. Il était âgé de 23 ans  lors de son incarcération pour être libéré à l’âge de 39 ans. Il avait été incarcéré depuis 1987 jusqu’à 2004, soit 17 ans de prison. C’est là qu’il a ajouté que sa mère était morte pendant qu’il était emprisonné. Il se disait dans son for intérieur qu’aussitôt qu’il quittera la prison, il fera tout pour ne plus revenir en prison. Et pour y parvenir, il avait écrit à son père pour lui dire qu’il avait juré ne plus regagner le toit familial  s’il parvenait  à retrouver la liberté. Il avait précisé que la raison était claire : regagner le toit familial reviendrait à côtoyer ses vieux amis de manière à commettre d’autres infractions qui le conduiraient une fois de plus en prison par l’effet de l’influence. Dans un premier temps, son père ne comprenait pas cette attitude. Mais après y avoir trop réfléchi, il s’était accordé au désir de son fils. Ainsi, après sa libération, il avait décidé de vivre chez un pasteur à qui il avait sollicité de l’aider pour bien préparer son avenir. Grâce aux nombreux conseils de ce pasteur, il décrocha son diplôme de doctorat. Il a terminé en disant qu’il ne suffit pas seulement de dire : « Je ferai tout pour ne plus revenir en prison».  Encore faut-il avoir une formation en éducation liée au changement de mentalité.  Il avait évoqué le cas d’un prévenu qui avait juré de la sorte, mais après sa libération, il s’était retrouvé en prison pour avoir tué cinq personnes. Il a, à cet effet, demandé à tous les détenus de Mpimba de suivre attentivement la formation qui leur sera offerte par « International Youth Fellowship » en vue de mieux s’intégrer au sein de la société aussitôt après leur libération. 

Masta Shabani

Ouvrir