Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Sur la part des peuples autochtones dans le changement climatique

Sensibiliser tous les Batwa sur  la protection et la promotion d’un environnement sain

 

DSC03724Il faut lutter contre le changement climatique, que ce soit au niveau national, régional et international. Les peuples autochtones se sont également engagés à travailler en synergie avec les autres composantes de la population en vue de lutter contre ce fléau. Et pas mal de projets ont été élaborés afin de contribuer significativement dans la sauvegarde d’un environnement sain par l’Uniproba. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du journal «Le Renouveau», Vital Bambanze, directeur  de l’Unissons-nous pour la promotion des Batwa (Uniproba), a  indiqué que la question du changement climatique est un fléau qui n’épargne personne, que  soit au niveau national, régional et international. M. Bambanze a ajouté qu’après sa participation à la Conférence des parties pour le changement climatique (Cop23), qui s’est tenue en décembre 2017 en Allemagne, c’était une occasion de démontrer à la communauté internationale comment les Batwa ont vécu en symbiose. « En utilisant leurs connaissances traditionnelles, les Batwa protègent toujours l’environnement parce qu’il n’y a aucune activité exercée par les peuples  autochtones qui vont dans le sens de la destruction de l’environnement », a affirmé M. Bambanze. Ce dernier a  aussi signalé que les peuples autochtones se sont donné comme priorité  de plaider pour que la politique de pollueur-payeur soit mise en application surtout par les  pays les plus industrialisés  du monde afin de garder un environnement sain pour nos générations futures. 

Pas mal des projets ont été fixés au niveau de l’Uniproba

M. Bambanze a signalé que beaucoup de projets qui vont dans le sens de la résilience du changement climatique ont été élaborés au niveau de cette association en  tant que  peuple autochtone. Il s’agit entre autres de l’organisation de différentes séances de sensibilisation sur la protection et la promotion d’un environnement sain en pratiquant une agriculture adaptée sur leurs terres minoritaires, de la plantation des arbres au niveau de certaines infrastructures publiques comme les  routes, les écoles et d’autres  en priorisant la province de Kirundo qui est souvent  frappée par le soleil ainsi que la province de Bujumbura surtout les collines surplombant la capitale burundaise qui est ménacé d’érosion. «En dernier lieu,  nous avons prévu de  faire une sensibilisation à l’endroit des administrations de haut niveau  pour montrer que la protection de l’environnement est un devoir de tout un chacun », a précisé  M. Bambanze. 

AVIT NDAYIRAGIJE

Ouvrir