Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Kayanza > Prière d’action de grâce organisée par la famille présidentielle

«Nous louons le Seigneur de la part de tous les Burundais»

0abertL’après-midi du 27 décembre 2017, la deuxième journée de la prière d’action de grâce organisée par la famille présidentielle en province de Kayanza a été marquée par les chants et danses des différentes chorales, l’enseignement du pasteur Stephano Munongo et le témoignage du président de la République sur les miracles de Dieu au Burundi.


Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a témoigné des miracles de Dieu au Burundi durant l’année 2017 en commençant par le beau temps qui régnait au stade durant le deuxième jour de la prière d’action de grâce. «Nous louons aussi le Seigneur pour tout ce qu’il nous a fait. C’est Dieu qui a gardé notre pays le Burundi et le peuple burundais durant cette année que nous allons bientôt terminer. Acclamons notre Dieu», a-t-il dit. Il a indiqué que la vie du pays est conditionnée par plusieurs choses notamment les personnes, l’eau, l’environnement, la nourriture, etc. « Tout cela Dieu s’en est chargé et a veillé sur chacun de nous. Acclamons-le encore une fois. Nous, en tant qu’Hommes, on ne peut pas contrôler le fonctionnement de toutes ces choses. Nous pourrions juste semer les graines de maïs, nous ne pourrions pas les faire sortir de la terre. Mais, regardez comme toutes nos plantations sont merveilleuses. C’est Dieu qui l’a fait. Nous avons eu une très bonne récolte pour cette année», a-t-il dit.


Dieu a combattu aux côtés du peupleburundais

Le président Nkurunziza a loué le Seigneur pour les promesses faites au peuple burundais au début de cette année. « Remémorez-vous les promesses que Dieu nous a faites au début de cette année et dernièrement au mois de septembre à Karusi et constatez par vous-mêmes ce que Dieu a fait par rapport à ces promesses. C’est un Dieu qui tient ses promesses», a-t-il dit. Il a fait savoir que c’est Dieu qui lui a donné la bonne santé et l’a gardé de tout mal dont les accidents. Il a rappelé que, quand le président souffre dans son corps, c’est toute la nation qui en souffre en conséquence, car le peuple est caractérisé par le désespoir et le fonds national régresse. «Dieu a évité à notre pays des épidémies graves qui ont touché les autres pays. Il y a des pays qui ont été touchés par l’épidemie d’Ebola, et toutes les institutions ont été forcées de fermer. Notre cheptel bovin se porte bien, c’est une bénédiction.

Dieu a combattu du côté des Burundais de nombreux combats, visibles et invisibles, que nous avons connus ou pas. Nos adversaires étaient puissants, mais Dieu est plus puissant que toutes les puissances sur la terre et au ciel. Il est vainqueur pour nous et nous terminons cette année avec la victoire de notre Seigneur. Nous avons des raisons de le glorifier», a-t-il dit, sous les acclamations de la population.Il a souligné que les rapports de cette année montrent que les feux de brousse n’ont touché que 3% du territoire national alors que, dans d’autres pays, ce phénomène a causé des catastrophes. « Dieu nous a préservés de la grêle, des inondations et des tempêtes. Ailleurs, des millions de personnes ont dû se déplacer à cause des vents forts. Dieu nous a protégés de tous ces fléaux, il nous a défendus. Dieu a protégé l’église du Burundi», a-t-il dit. Il a souligné que chaque Burundais a son propre témoignage et que, faute de temps, tous ne pourraient pas témoigner. « Nous te louons de la part de tous les Burundais», a indiqué le président lors de la prière de clôture de la journée. Le témoignage du président Nkurunziza était agrémenté par les chants et danses de louanges de différentes chorales. L’assemblée présente dansait à leur rythme. L’enseignement du pasteur Stephano Munongo qui a précédé l’intervention du président de la République a insisté sur comment faire face aux préjugés fomentées par l’ennemi. 

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir