Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

TRANSPORT>Lamentations des passagers suite au manque de bus de transport

Les files d’attente s’allongent pendant la soirée alors que c’est à ce moment qu’on est souvent pressé

 

DSC 0012De longues lignes de passagers s’observent dans ces  jours sur le parking des bus se déplaçant vers le nord et le sud de la ville de Bujumbura; on dirait qu’on est en cas de pénurie du carburant. Les passagers se lamentent pour le temps à attendre les bus. C’est le constat fait par le quotidien burundais d’informations le Renouveau lors de son passage à ces parking, dans la soirée du lundi 6 novembre 2017. 

 

«On est fatigué  de passer des heures et des heures devant le parking en attente de bus». Telles sont les lamentations des passagers rencontrés au parking des bus les transportant vers le nord de la ville  de Bujumbura, le lundi 6 novembre 2017 à dix-sept heures et demi. A cette heure, les files des passagers  au parking des bus menant vers le nord de la ville dépassaient les kiosques rouges de la Brarudi. Mécontents, ces passagers ont signalé à la rédaction du journal « Le Renouveau » que plus d’une heure peut passer sans trouver le bus. « Les lignes s’allongent pendant la soirée alors que c’est à ce moment qu’on est souvent pressé, on peut passer plus d’une heure aligné au parking en attendant que son tour arrive pour monter de bus », expliquent un passager. Celui-ci se demande la cause de ce manque de bus qui s’observe pendant la soirée, alors que ce n’est pas le cas pendant les heures de l’avant midi.Le même problème de bus est observé sur le parking des bus menant vers le sud de la capitale. Après son constat sur le parking des bus menant vers le nord de la ville, le journal Le Renouveau s’est rendu au parking des bus déplaçant les passagers vers le sud (Musaga, Kanyosha, Kinindo).Là-bas, le constat est le même que le précédent ; les passagers se lamentent aussi des heures qu’ils passent en files indiennes. « N’eût été la peur d’être attaqué par des malfaiteurs, on préfèrerait partir à pied», dit un passager habitant à Musaga. De retour au travail de l’après-midi, on est déjà habitué d’arriver trop tard à la maison.Les passagers de ces deux directions demandent aux autorités compétentes de suivre de près la question afin de les aider à se déplacer facilement comme ceux des autres directions. 

Eric Sabumukama

Ouvrir