Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE KARUZI> Lancement officiel de la Campagne nationale « Humura-Kibondo » de lutte contre la négligence à l’égard des enfants au Burundi

Sous le thème « Prenons soins de nos enfants pour un avenir meilleur de notre pays »

 

DSC 3773Sous le haut patronage du ministre des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Martin Nivyabandi, les organisations œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfant, ont organisé le jeudi 2 novembre 2017 à Karuzi dans la commune Gihogazi, le lancement officiel de la Campagne nationale « Humura- Kibondo » de lutte contre la négligence à l’égard des enfants au Burundi. Cette campagne  avait l’objectif d’amener tous les acteurs à adopter un changement de comportement et de mentalité, de négligence qui affecte le bien-être intégral de l’enfant.  

 

Dans son discours, le ministre des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Martin Nivyabandi, a dit que même si l’Etat du Burundi fournit beaucoup d’efforts dans la protection des droits des enfants, il y a  quelque chose qui manque. C’est pourquoi il est organisé cette campagne nationale de lutte contre la négligence à l’égard des enfants « Humura –Kibondo », pour amener tous les Burundais ainsi que les acteurs à adopter un changement de comportement et de mentalité, de négligence qui affecte le bien-être intégral de l’enfant. Il a indiqué que l’Etat fait tout pour que certains droits des enfants soient mis en application. Aujourd’hui, les frait scolaires pour les enfants du primaire sont gratits et  les soins de santé des moins de cinq ans sont aussi gratuits. Les vaccins de prévenir certaines maladies sont aussi donnés gratuitement à tous les enfants. M. Nivyabandi a déclaré que pour l’éducation, beaucoup d’écoles ont été construites sur tout le territoire du Burundi.  Cela permet que tous les enfants soient instruits afin d’avoir un avenir meilleur.  C’est le même cas que les écoles fondamentales qui les aident à préparer leur vie future.  

Beaucoup d’instruments ratifiés pour protéger les enfants

En ce qui concerne les droits qui protègent les enfants, que ce soit au niveau national qu’international, le Burundi a ratifié les instruments internationaux qui les protègent en mettant en place les droits inherents. L’exemple est le droit qui protège et qui  punit les personnes qui font le trafic des êtres humains dont les enfants, signé par le président du Burundi.  Aussi, un projet de faire retourner les enfants de la rue dans leurs familles respectives est en place, pour que dans quelques mois, il n’y ait plus d’enfants qui vivent dans la rue. Il y a d’autres projets qui sont en cours pour prendre soin des  enfants pour un avenir meilleur dans le pays et pour que leurs droits soient respectés et protégés. 

Se soucier de l’hygiène des enfants

M. Nivyabandi a dit qu’il faut des améliorations et un changement de comportement en ce qui concerne le manque d’assainissement  qui s’observe dans le pays.  Il y a encore des endroits où les enfants mangent sans se laver les mains avec l’eau potable et le savon. C’est pourquoi des maladies dues au manque d’hygiène s’observent, comme la dysenterie, le choléra et les diarrhées.  Il y a aussi là où les enfants souffrent des chiques et des démangeaisons.  Il y a aussi des parents qui gaspillent leurs moyens dans de mauvaises choses au lieu de lessiver les habits et rendre propres leurs enfants et qui les maltraitent en donnant aux enfants des aliments insuffisants. D’autres jettent des enfants dans les puits et dans les latrines. Sans oublier ceux qui ne les font pas enregistrer à l’Etat civil. Ils ne savent pas qu’ils les privent de leurs droits. Ces enfants non enregistrés sont donc inconnus au niveau tant national qu’international.  M. Nivyabandi a terminé en distribuant une aide de chaussures, t-shirts, savons et riz aux enfants démunis et aux deux mille quarte cents familles dont leurs récoltes ont été abîmées par les chenilles légionnaires. Il a révélé que cette campagne va durer cinq ans.

Evelyne Habonimana

 

Ouvrir