Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PERSONNES AGEES>Les difficultés rencontrées dans leur vie quotidienne

«Je pensais que la vieillesse était une chance ou une richesse»

 

Les personnes âgées disent qu’elles ont rencontré beaucoup de problèmes dans leur vie quotidienne. Cela a été recueilli par la rédaction du journal Le Renouveau, le lundi 9 octobre 2017, dans un entretien qu’elle a mené avec certaines.  

 

C.N. est une personne âgée qui vit dans la municipalité de Bujumbura. Elle affirme que les personnes âgées  vivent dans des conditions tellement difficiles. Elle dit qu’elle pensait que la vieillesse était une chance ou une richesse, à laquelle n’accède que les chanceux, mais aujourd’hui, ce ne pas le cas. Elle dit que c’est le contraire car les jeunes et certains adultes se moquent des personnes âgées et ne les respectent pas. Quand une personne âgée est dans un bus ou dans une Eglise, il peut être debout alors qu’un jeune est assis. La culture et la tradition burundaises sont  en train de se dévaloriser. Les jeunes d’hier puisaient de l’eau, lavaient les habits et allaient à la recherche du bois  pour les personnes âgées. Mais aujourd’hui, les choses ont complètement changé. Notre interlocutrice confirme qu’elle a eu beaucoup de problèmes dès la mort de son mari. Elle déclare que beaucoup de personnes ont voulu s’approprier de ses biens, surtout ses enfants, alors qu’elle était encore vivante. « C’est le cas de mes enfants qui ont voulu s’approprier de ma petite parcelle qui se trouve dans la municipalité de Bujumbura», a-t-elle expliqué. C’est pourquoi l’Etat devrait instaurer une loi et une juridiction spéciale pour les personnes âgées pour défendre leurs droits. Notre source ajoute que les personnes âgées, quand elles tombent malades, il leur est difficile de se faire soigner. Elles n’ont pas de moyens pour payer les frais des soins de santé. « Je vis avec mes enfants. Mais, quand je tombe malade, ils ne m’emmènent  pas à l’hôpital. Ils disent qu’ils n’ont pas d’argent,  qu’aujourd’hui la vie est dure », s’est-elle indignée. D’autres personnes âgées n’ont pas de parcelles et leurs familles les ont chassées. Elles  vivent dans la rue et  ne trouvent pas de quoi manger. Elles  vivent de la mendicité. Si c’est possible, les bienfaiteurs, ou l’Etat, devraient  assister les personnes âgées en payant les frais des soins de santé pour elles et en leur construisant des villages de paix pour faciliter leur prise en charge.                        

Evélyne Habonimana

Ouvrir