Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

KANYOSHA> Saisie des marchandises frauduleuses

Plus de 1 300 pagnes ont fait une partie la saisie

DSC07957Plusieurs sortes de marchandises  frauduleuses composées de pagnes, de cartons de vin rouge, etc…, ont été saisies dans la nuit du 6 au 7 août 2017 par la police. Le Commissaire général de l’Office burundais des recettes (OBR) a indiqué que cette saisie a été possible grâce à la clairvoyance de la population de Kanyosha riveraine du lac Tanganyika et celle de la police qui faisait la patrouille le jour de la saisie.   

Dans une communication qu’il a donnée à la presse le lundi 7 août 2017, le commissaire général de l’Office burundais des recettes, Audace Niyonzima, a indiqué que ces marchandises frauduleuses saisies sont de plusieurs sortes. Il a dit qu’elles sont composées de plus de mille trois cents pagnes, de deux cartons de vin rouge, d’un moteur du pirogue contenant ces marchandises frauduleuses. Selon le rapport de la police qui a effectué cette action, le commissaire Niyonzima a dit que ladite saisie a été faite dans le lac Tanganyika, côté Kanyosha en mairie de Bujumbura vers 03h du matin pendant la nuit du 6 au 7 août 2017. Il a précisé que ces marchandises venaient de la République démocratique du Congo.Concernant la destination de ces marchandises saisies, M.Niyonzima a signalé que la loi permet au fisc d’attendre le fraudeur pendant un délai ne dépassant pas un mois. S’il vient réclamer ses marchandises, a expliqué le commissaire général, l’OBR lui fait payer tous les droits et taxes qu’il devrait payer plus l’application d’une amende de 50% de la valeur des marchandises saisies.Il a ajouté qu’on lui applique aussi une amende sur les instruments qui ont été utilisés pour déplacer les marchandises frauduleuses saisies. Si le fraudeur ne se présente pas dans ce délai prévu par la loi, M. Niyonzima a indiqué que les marchandises saisies sont vendues aux enchères. « Dans ce cas, les frais sont déposés au Trésor public », a-t-il martelé.Le Commissaire général de l’OBR a profité de cette occasion pour lancer un appel à toute la population, à la police et l’administration à collaborer afin d’éradiquer ce fléau de fraude qui perturbe l’économie du pays. Vous sauriez que le criminel n’a pas pu être arrêté. Il a plongé dans l’eau.

VINCENT MBONIHANKUYE

Ouvrir