Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSOCIATION> L’organisation non gouvernementale « Babehafi»

Tout pour l’encadrement des gens vulnérables

 

DSC 6090L’apprentissage des métiers constitue l’outil principal de lutte contre la pauvreté, les grossesses non désirées et la transmission des maladies sexuellement transmissibles. Les personnes qui n’ont pas d’occupation sont vulnérables vis-à-vis de la délinquance. Consciente de cette réalité, l’association dénommée « Babehafi » encadre des personnes de diverses catégories sociales comme les mères-célibataires, les enfants naturels, les enfants de la rue non seulement en les formant dans la coupe couture, mais également en les aidant à retrouver leur paternité en plus de plaider leurs causes en matière successorale. Signalons que cette association a monté un projet de restauration qui a buté sur des contraintes liées à l’emplacement.

 

Le quotidien « Le Renouveau» s’est entretenu, le lundi 26 juin 2017, avec le secrétaire exécutif de l’association « Babehafi» qui est chargée de l’encadrement des personnes vulnérables particulièrement les mères-célibataires et les jeunes à la recherche des métiers pouvant leur permettre de mener décemment leur vie.
Selon le secrétaire exécutif de l’association « Babehafi», Christophe Congera, l’organisation forme les jeunes gens en couture en vue de s’auto-prendre en charge dans l’avenir. C’est ainsi qu’une dizaine de personnes sont déjà formées pendant que d’autres sont en formation. L’association a la particularité de protéger les droits de l’enfant. Elle a identifié un certain nombre d’enfants naturels dans les zones Nyakabiga(240) et Musaga(360) en vue de les former surtout en coupe couture.
Pour se conformer aux statuts, l’association veut que le champ d’application s’étende sur 5 provinces à savoir la mairie de Bujumbura, Bujumbura, Bubanza, Cibitoke et Kirundo. L’association a ciblé ces provinces parce que ses membres y sont essentiellement ressortissants.

L’élaboration des projets figure parmi les préoccupations de l’association

Le secrétaire exécutif de l’association « Babehafi» a fait remarquer que les 10 personnes ont été formées pour qu’elles puissent à leur tour former les autres. En outre, ces personnes ont appris comment élaborer des projets en vue de les soumettre à toute âme épris de charité et d’amour. Et c’est pour cette raison qu’il existe parmi les personnes formées celles qui exercent les activités génératrices de revenus.
En plus, l’association a aidé certains enfants à retrouver leur paternité à travers leur inscription à l’état civil. Il n’a pas manqué de signaler que d’autres enfants sont en entente dans la mesure où il faut d’abord réunir toutes les formalités requises.

L’assistance juridique ne manque pas dans les activités de l’association

Christophe Congera a précisé qu’il existe 4 enfants qui ont déjà retrouvé leurs droits en plaidant leurs causes en matière successorale. Il souhaite que l’association soit assistée d’une manière ou d’une autre par des bailleurs qui seraient sensibles à la protection des droits de l’enfant. Il faisait allusion à l’insuffisance des outils de formation pour mieux préparer l’avenir de ces personnes vulnérables surtout les mères-célibataires et les enfants naturels.
Dans les perspectives, l’association tient à encourager à travers cette formation, la population environnante pour qu’elle soit également sensible à l’avenir ces enfants pour lutter notamment contre les grossesses non désirées ou les violences sexuelles dont ils pourraient être victimes.
L’association a été créée le 4 juin 2014 et dispose de d’un siège à la 6ème avenue numéro 38 de la zone Nyakabiga.
MASTA SHABANI

 

Ouvrir