Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

QUARTIERS MUYAGA-TABA> Déplacement matinal en bus

Des sanctions doivent être prises à l’endroit de ceux qui violent les lois

 

Sur la route Gare du nord-petit marché de Gasenyi, des problèmes liés au déplacement surtout matinal sont nombreux. Les bus sont rares surtout pendant la période où les élèves se rendent à l’école alors que les clients sont nombreux. Des sanctions doivent être prises à l’endroit des violeurs de lois.

 

Dans la matinée, la plupart des personnes se lèvent et se rendent aux différents lieux de travail. Certaines y vont à pieds au moment où les autres cherchent des moyens de déplacement pour y arriver. Le moyen le plus recherché par un grand nombre est celui du transport en commun en bus.
Sur la route Gare du nord-petit marché de Gasenyi, s’y déplacer le matin à l’aide d’un bus est un casse-tête. Quand l’on se pointe au bord de la route à la recherche d’un bus, il est rare de le trouver. Cela est dû au fait que les chauffeurs en provenance de la ville n’ont pas l’habitude de s’arrêter à mi-chemin avant d’arriver à la destination finale.
Pour résoudre ce problème, la plupart des gens descendent pour se pointer au début de cette route près de la Bancobu, agence Gare du nord. Quand le bus s’arrête, ces gens entrent dedans et continuent le chemin ensemble avec ceux en provenance de la ville. C’est pour cette raison que ceux qui attendent le bus au petit marché de Gasenyi ne trouvent pas de bus car ces derniers arrivent là-bas étant déjà pleins. Quand le bus s’arrête pour déposer un client en cours de route, les autres clients se bousculent pour entrer dedans.
Devant cette situation, les chauffeurs et les convoyeurs de ces bus de transport en commun changent automatiquement de comportement. Parfois, ils ne font pas arriver les clients à destination et les déposent à mi-chemin pour pouvoir prendre d’autres clients qui vont en ville. Fâchés, les clients refusent quelques fois de quitter le bus et bonjour la mésentente entre eux et les chauffeurs. De toutes les façons, les chauffeurs et les convoyeurs doivent travailler en respectant les lois qui régissent le transport en commun. Où sont alors ceux chargés d’assurer le respect de ces lois ? Ces chauffeurs et convoyeurs qui déposent les clients à mi-chemin qui ont payé la totalité du prix du ticket due bus, ne sauraient pas qu’ils violent les lois ?
MARTIN KARABAGEGA

Ouvrir