Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Islam > Lancement de la rupture du jeûne durant le Ramadhan

Une période sacrée sous le signe de la joie et du plaisir d’être ensemble

 

DSC 0214A l’occasion du mois sacré du Ramadhan 2017, le Centre culturel islamique a organisé le mercredi 31 mai 2017 le lancement officiel du repas d’Iftar, c’est-à-dire le repas de rupture du jeûne. Ces moments sous le signe de la joie et le plaisir d’être ensemble, la joie des musulmans qui rompent le jeûne dans un esprit de convivialité et de fraternité.

 

Les cérémonies du repas d’Iftar ont été marquées par les discours du directeur général du Centre culturel islamique et du représentant légal de la Comubu ainsi que le partage du repas. Les deux personnalités ont prodigué des conseils à la communauté musulmane. « Je vous remercie d’avoir accepté mon invitation de partager avec vous cette rupture du jeûne. C’est aussi une occasion de lancement officiel de cette activité de rupture du jeûne qui sera aussi organisée dans différents quartiers de la capitale burundaise ainsi que dans les différentes provinces.», a indiqué le directeur général du Centre culturel islamique, Abderrahmane Faraji.
Il a souligné que ce projet qu’il a lancé rentre dans le domaine d’appuyer directement les familles et les individus pauvres et vulnérables de sorte que ce mois du Ramadhan connaisse une haute consommation de nourriture. « C’est pour cela que nous comptons durant ce mois-ci distribuer environ 6 000 repas et paniers alimentaires dans différents coins de Bujumbura ainsi qu’à l’intérieur du pays.», a-t-il dit. Il a précisé que ces moments sont placés sous le signe de la joie et du plaisir d’être ensemble, la joie des musulmans qui rompent le jeûne dans un esprit de convivialité et de la fraternité.

Une période d’augmenter ses bonnes œuvres

Le directeur général du Centre culturel islamique a rappelé que le Ramadhan est une occasion de renouer le contact avec le Seigneur Allah. « Le Ramadhan est une occasion de recommencer une nouvelle page de la vie spirituelle, une page blanche purifiée et lavée de tout pêché et de toute faute volontaire ou involontaire. Une occasion de nous réconcilier avec notre propre âme ainsi qu’avec notre entourage, en particulier les parents et les proches. Une opportunité pour la communauté musulmane de retrouver sa cohésion, sa dignité, sa solidarité, son entraide et surtout son pardon mutuel.», a souligné Abderrahmane Faraji. Il a ajouté que c’est une période d’augmenter ses bonnes œuvres et réduire les mauvaises, qui permet à l’âme de retrouver sa vigueur, sa vitalité et sa santé.
Le représentant légal de la Comibu, Sadiki Kajandi, a abondé dans le même sens, il a souligné que le Ramadhan est l’un des piliers de l’Islam et que quiconque détruit ce pilier, détruit la foi. Selon lui, le Ramadhan éclaire et guide le musulman et que ce mois doit être caractérisé par l’amour, l’unité et la paix. Il a précisé que le repas d’Iftar symbolise l’amour et le partage avec ceux qui n’en n’ont pas car, au dernier jour, on ne justifiera pas sa foi par le nombre de fois qu’on a prié ou jeûné mais par les bonnes œuvres. « Le Seigneur dira : Je suis tombé malade et tu ne m'as pas rendu visite. J'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, J'ai eu soif et vous ne m'avez donné à boire. On lui demandera quand et il répondra que tout ce qu’on a fait pour le pauvre, c’est à Dieu qu’on l’a fait.», a-t-il expliqué.
Le représentant a salué les efforts de chef de l’Etat dans la consolidation de la paix et lui a également remercié pour son soutien à la communauté musulmane durant ce mois sacré et dans la vie sociopolitique.

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir