Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE> Quid des jeunes diplômés sans expérience !

Il existe actuellement un grand nombre de jeunes diplômés en quête d’emplois. Ils sont d’un côté pourvus de diplômés dans les différents domaines de la vie, mais sans expérience. D’un autre côté, il y a des entreprises ou des sociétés qui offrent des emplois à travers divers canaux de communication en posant des conditions qui sont de nature à décourager ces jeunes diplômés. 

Pour ces entreprises, il ne suffit pas d’être détenteur d’un diplôme, mais encore exigent-elles quelques années d’expérience allant souvent de 5 à 10 ans. Les jeunes diplômés se voient dès lors écartés de ces offres étant donné qu’il leur manque cette expérience. Pourtant, ces offres répondent bel et bien aux filières suivies par ces jeunes. Ils sont à cet effet plongés dans un chômage prolongé de telle manière qu’ils continuent à dépendre de leurs parents qui ont de surcroît investi beaucoup de moyens pour leurs études.
Une alternative serait de penser à entreprendre leurs propres projets. Ils sont également limités à ce stade par le problème des moyens financiers qui ne sont pas que très rarement disponibles.
Et s’il est vrai qu’il existe des jeunes entrepreneurs qui réussissent dans leurs projets, il n’en demeure pas moins vrai que cela nécessite une certaine base financière ; l’idée d’entrepreneuriat n’évolue pas dans la mesure où on ne peut pas la mûrir dans le vide.
Il faut qu’il y ait une personne nantie qui accepte de cautionner le projet pour soutenir tel ou tel groupe de jeunes diplômés. Sinon, les moyens financiers ne pourraient que provenir de leurs parents respectifs en associant, dans la mesure du possible, d’autres jeunes qu’ils estiment capables.
Une question nous hante : comment des jeunes diplômés pourraient-ils acquérir de l’expérience sans qu’ils aient une fois travaillé ? Par principe, l’on acquiert de l’expérience après avoir travaillé. C’est pour cette raison qu’il nous semble plausible que les entreprises ou les organisations internationales puissent privilégier le culte du test d’autant que certains jeunes diplômés sans expérience sont plus performants qu’on ne le croit.
Il suffit de les mettre à l’épreuve pour montrer la visibilité de leurs talents.

Masta Shabani

Ouvrir