Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Entretien> Journée internationale de la femme

Une femme Mutwa s’exprime

aaaaojLa journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année. D’une part, cette journée est considérée par les femmes Batwa comme d’autres journées. D’autre part, elle est prise comme une journée célébrée par les femmes qui ont plus de moyens financiers. Ces femmes Batwa demandent aux femmes qui occupent les postes de prise de décision de considérer les préoccupations de cette catégorie afin de s’assurer que toutes les femmes jouissent des mêmes droits.

Nicelate Nayubu est une femme Mutwa de la zone Buterere. Quand le quotidien Le Renouveau lui a demandé ce qu’elle savait de la journée internationale de la femme, elle a répondu qu’elle en a entendu parler mais, qu’elle n’en sait rien. Elle a indiqué que depuis sa célébration au Burundi, elle n’a jamais vu de femmes qui approchent les Batwa pour savoir leurs préoccupations. « Je parle des préoccupations des Batwa en général et des femmes Batwa en particulier, parce que nous avons des problèmes spécifiques. Au moment où les femmes en général crient haut qu’elles ne jouissent pas pleinement de leurs droits, les femmes Batwa quant à elles sont débordées», a-t-elle mentionné.
Mme Nayubu a rappelé que beaucoup d’entre elles n’ont pas de terres cultivables. Par conséquent, elles sont contraintes de croupir dans la pauvreté à cause de manque de moyens financiers. C’est pour cette raison qu’elle a suggéré aux intervenants qui œuvrent pour l’auto-développement de la femme que, pour élaborer les plans d’actions, il faut impliquer les femmes Batwa pour s’assurer que leurs préoccupations sont également prises en compte.
Notre source demande aussi aux femmes qui sont chargées de préparer la journée internationale de la femme au niveau du Burundi de toujours associer les femmes Batwa afin qu’elles se sentent considérées lors de l’élaboration du thème choisi chaque année.
Elle a enfin fait un clin d’œil aux femmes Batwa qui occupent des postes de prise de décision d’annoncer chaque fois les problèmes spécifiques des Batwa lors de l’adoption des lois sur les droits des femmes en général.
Rose Mpekerimana

Ouvrir