Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CVR> Conférence publique

Gestion des fosses communes dans la recherche de la vérité sur le passé au Burundi

000a1 2Les fosses communes dans lesquelles ont été enterrées les filles et fils de la nation burundaise sont des sites mémoriels qui doivent être identifiés, protégés et respectés. Le but étant de contribuer à la connaissance de la vérité sur le passé violent qu’a connu le Burundi depuis 1962.

La Commission vérité et réconciliation (CVR) a organisé, le vendredi 24 février 2017, une conférence publique pour mener un débat de fond sur la gestion des fosses communes.
Le but ultime étant de faire en sorte que les victimes des crises répétitives qui ont endeuillées le Burundi recouvrent leurs dignités. L’intervention de la consultante du CICR, Dr Tania Delabarde, a attiré l’attention des Burundais sur le travail d’exhumation des restes humains. Elle a indiqué que c’est une tâche qui doit se faire avec beaucoup de soins, de respect. Il ne s’agit pas d’une question de creuser à la va-vite pour rassembler ces restes humains. Il faut plutôt le faire avec les techniques appropriées par des matériels et des équipes qu’il faut en plus de disposer de plus de temps eu égard au nombre de fosses communes qui sont répertoriés sur toute l’étendue du pays.
Une autre idée-clé émise par les participants est d’associer toutes les institutions. La plateforme de prévention des risques et des catastrophes doit provenir de divers ministères sectoriels. Il faut associer la population, les associations, l’administration pour que la CVR puisse être attentive pour mieux lui permettre d’accomplir les missions lui assignées. Il a été aussi recommandé de profiter des travaux déjà effectués par d’autres institutions ou par des associations des victimes.
Les suggestions ont porté sur l’utilisation des techniques de l’archéologie préventive, des connaissances techniques spatiales. Encore faut-il parvenir à stopper les fosses communes par la non répétition des événements du passé. Sans ignorer de s’inspirer des modèles d’ailleurs.
Auparavant le président de la CVR, Mgr Jean Louis Nahimana a fait remarquer que la conviction profonde de celle-ci est que la conjugaison des efforts de tous fera arriver le Burundi à une paix durable en passant nécessairement par la découverte de la vérité sur son passé douloureux et la réconciliation nationale. Pour lui, le travail de la CVR marquera un tournant décisif dans l’histoire du pays d’autant plus qu’une crise socio-politique qui est mal gérée finit par engendrer une autre.
Il a précisé que toutes les cultures du monde y compris la nôtre réservent normalement un grand respect aux morts. Ainsi, les victimes des crises cycliques qu’a connues le Burundi et qui ont été entassées dans des fosses communes méritent de recouvrer leur dignité. C’est une obligation morale de tout un chacun.
Pour ce faire, il s’agira de localiser géographiquement les fosses communes éparpillées à travers tout le pays, d’exhumer les restes humains là où c’est possible en vue de les inhumer dans la dignité. Enfin, la loi demande à la CVR de proposer l’érection, sur des sites identifiés, des monuments de la réconciliation au niveau national, provincial et local.
Mgr Jean Louis Nahimana n’a pas manqué de rappeler les descentes effectuées à Kivyuka, à Buyenzi, et sur la colline Gasenyi. Lors de chaque descente, la CVR a demandé à l’administration locale d’arrêter les différents travaux qui étaient en cours sur les lieux où se trouveraient les fosses communes. Il a demandé plutôt de les protéger.
Masta Shabani

Ouvrir