Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CEADAC>Atelier d’échange sur les armes légères de petits calibres

Pour la sensibilisation et l’information en rapport avec les impacts des armes au Burundi

 

ceadacLe jeudi 8 février 2017, le Centre d’encadrement des anciens combattants, (Cedac) a organisé à Best outlook hotel, un atelier de sensibilisation et d’information en rapport avec la prolifération des armes légères de petits calibres et leurs impacts sur la sécurité et la paix au Burundi et dans la sous région des Grands lacs. Etaient présents dans l’atelier, le président de la Commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale du Burundi, Honorable Président de la commission défense et sécurité au Sénat du Burundi, les journalistes représentants de différents médias du Burundi, etc.

 

Dans son mot d’accueil, Eric Niragira, directeur général du Cedac, a souhaité la bienvenue à tous les invités. Il a par la suite fait savoir aux invités que c’est l’ouverture solennelle du séminaire dédié aux enjeux des armes légères au Burundi. Il a dit que le Cedac est reconnu à travers différents projets de réduction de violences armées au Burundi depuis l’année 2005 où des milliers d’armes légères ont été collectées par cette organisation et détruites en collaboration avec la Commission nationale de lutte contre les armes légères (Cnap) dans différentes provinces du Burundi.

Sensibiliser les acteurs en matière d’armes

Selon M.Niragira, le Cedac a participé activement soit au Burundi, soit à New York ou à Genève au siège des Nations unies, dans la mise sur pied d’un traité international sur le transfert et le commerce des armes que le gouvernement du Burundi a déjà signé. Ledit atelier a pour objectif de sensibiliser les acteurs en matière d’armes légères sur le combat dans l’éradication du transfert illégal des armes qui causent l’insécurité, et invite ainsi le gouvernement à augmenter ses efforts visant à la participation du Burundi au traité international sur le commerce et le transfert des armes.
Le représentant de la Cnap à son tour, a dit dans son mot de circonstance que le Burundi est victime de plusieurs armes qui circulent d’une façon illégale et qui attaquent de façon sporadique la population tranquille ou des personnes qui sont dans leurs affaires de tous les jours.

Olivier Nishirimbere (stagiaire)

Ouvrir