Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

UNIVERSITE DU BURUNDI> Hausse des frais pour l’octroi des documents académiques

Ils sont très utiles mais malheureusement chers pour le moment

 

Le ministère de l’Education, de l’enseignement secondaire et de la recherche scientifique a haussé le coût des documents qui y sont delivrés. Cela se retrouve dans son ordonnance no 610/2300 du 30 décembre 2016

 

Les documents académiques sont très nécessaires surtout pour quelqu’un qui a déjà terminé ses études universitaires. A l’Université du Burundi, les frais de retrait de certains documents comme les bulletins se sont multipliés par 5 pour les uns et par 10 pour les autres. Les demandeurs de ces documents se plaignent comme quoi, ils ne comprennent pas pourquoi les frais pour le retrait de ces documents ont ainsi monté. Dans la direction des services académiques, le service chargé de la communication a dit que ce n’est pas l’Université du Burundi qui a haussé les frais des documents académiques, que c’est plutôt l’ordonnance émanant du ministère de l’Education, de l’enseignement secondaire et de la recherche scientifique qui a fixé les redevances administratives des documents delivrés par le ministre.
Dans cette ordonnance, ce ne sont pas seulement les frais des documents academiques qui ont augmenté mais c’est tout document administratif qui est delivré par le ministère de l’Education. Cela inclut alors les documents qui se delivrent à l’Université du Burundi. Les demandeurs de ces documents disent que cette hausse va leur poser un problème serieux.
Par exemple, le bulletin qui se retirait à 500 FBu l’année passée est retiré à 2 000 FBu pour le moment. L’attestation de reussite qui se retirait à 450 FBu est retirée à 2 000 FBu et les diplômes de candidature et de licence qu’on retirait à 2 000 FBu chacun sont retirés à 20 000 FBu chacun. C’est-à-dire 40 000 FBu alors qu’avant on payait seulement 4 000 FBu. Si les frais de retrait d’un diplôme se multiplient par dix, il sera difficile pour certains de les retirer étant donné que les moyens financiers ne sont pas les mêmes pour tous.

La hausse des frais des documents academiques est un obstacle

Dans ces jours où il est même difficile d’avoir un emploi, si par hasard on a la chance d’être recruté quelque part et qu’on n’a pas les 40 000 FBu pour ceux qui ont fait la licence, c’est un problème sérieux. Il en est de même pour les bacheliers qui ne retirent seulement qu’un diplôme. Il y en a qui préféreront les laisser à cause de la pauvreté et surtout qu’ils n’ont pas où les acheminer. Il y a d’autres qui préféreront retirer le diplôme de licence et laisser celui de candidature. Un demandeur de documents qui n’a pas voulu dire son nom a donné un exemple de celui qui veut déposer son dossier dans des organisations internationales, ces dernières ne considèrent pas les attestations de réussite. Elles exigent le diplôme conforme à l’original. C’est la même chose pour celui qui veut aller faire le Master à l’étranger. On ne peut pas accepter qu’il donne une attestation de reussite. Donc, cette hausse des frais va constituer un obstacle dans le retrait . Encore plus, cette décision vient de façon subite. Les demandeurs n’y avaient pas pensé. L’Université du Burundi dit qu’elle a mis en exécution l’ordonnance du ministère, pour insinuer qu’elle ne peut rien changer.

Olivier Nishirimbere (stagiaire)

Ouvrir